Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Mouammar Kadhafi se dit prêt à négocier des réformes mais refuse de partir




LIBYE. Pressé de toutes parts Mouammar Kadhafi pourrait s'engager dans des réformes politiques. 

Le porte-parole du gouvernement, Moussa Ibrahim, a évoqué dans la nuit du 4 au 5 avril 2011 des élections, un référendum mais a rejetté tout départ du colonel arguant que "le leader est la soupape de sécurité pour le pays et pour l'unité de la population et des tribus. Nous pensons qu'il est très important pour toute transition vers un modèle démocratique et transparent."

Cette annonce intervient alors que la veille le New-York Times parlait d'une possible reprise du pouvoir par les deux fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam et Saadi, plus aptes à engager le pays dans des réformes constitutionnelles.

Une solution non confirmée du côté du pouvoir libyen, et une éventualité balayée par le Conseil national de transition (CNT). L'opposition continue de réclamer le départ de Mouammar Kadhafi et de sa famille du pouvoir avant toute négociation. Une ligne politique décidée dès la création du CNT à Benghazi au début de la révoilte.

Le régime à la recherche de solution pour sa survie

Ceci n'empêche pas les tractations de se poursuivre. Après la Grèce puis la Turquie, Abdelati Laabidi, vice-ministre libyen des Affaires étrangères, poursuit mardi 5 avril 2011 sa tournée à Malte à la recherche de solutions acceptables par ces pays pour sauver son régime. 

Même si son armée est loin d'être vaincue malgré les bombardements de la coalition et le fait que la ville de Brega change régulièrement de mains (avec l'enjeu capital du contrôle du pétrole), la marge de manœuvre du numéro libyen devient de plus en plus étroite. Les défections de figures thuriféraires du régime comme Moussa Koussa, ministre des Affaires étrangères ou Ali Triki, doyen des diplomates, fragilisent Mouammar Kadhafi.

Les diplomaties restent cependant encore très prudentes. Après la France, le Qatar, l'Italie (ancienne puissance coloniale) est devenu (seulement !) le troisième pays à reconnaître le CNT comme "seul interlocuteur légitime."






Mardi 5 Avril 2011



Lu 1232 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise