Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Mohamed Morsi veut « guider l’Egypte vers sa renaissance »


Profitant des festivités commémorant la victoire du « 6 octobre 1973 », le président égyptien Mohamed Morsi donne un aperçu des actions réalisées par son gouvernement après 96 jours d'investiture.



Mohamed Morsi va fêter ses 100 jours de présidence (photo DR)
Mohamed Morsi va fêter ses 100 jours de présidence (photo DR)
EGYPTE. Le chef de l’État égyptien a détaillé les thèmes et les taux de réalisation de son «programme des 100 jours » : Sécurité (70% réalisés), carburants (75% réalisés), pain (80% réalisés), code de la route (60% réalisés) et propreté (obtient le score le moins reluisant 40%) assure-t-il. Des chiffres cependant remis en cause par une frange de la population dans un pays qui connaît des grèves depuis plusieurs semaines dans de nombreux secteurs. Une manifestation d'envergure se déroulera d'ailleurs vendredi 12 octobre 2012 au Caire.

Dès son arrivée au pouvoir, Mohamed Morsi promettait de s’atteler, avec son gouvernement, à trouver des solutions rapides, en cent jours, aux cinq axes qui perturbent gravement la vie quotidienne des Égyptiens.
 
Concernant le carburant, le président indique que « l’État fournit 107% des besoins. Malgré cela les citoyens doivent subir, encore, de très longues files d’attente pour s’approvisionner ». Il pointe le doigt en direction de la maffia de la contrebande qui cause une véritable saignée dans le budget de l’État « Car notre soutien aux prix de l’essence, dépasse les 100 milliards de livres (12,6 mrds€) » souligne-t-il. 

Les services de l'État ont saisi en août 2012 au moins 23 millions de litres d’essences et de gasoil de contrebande. Des responsables, au ministère du Pétrole, viennent d’être interpellés et déférés devant la justice pour leur implication dans des malversations.     
                                                                                        
Même constat pour les bouteilles de gaz : «nous fournissons 85% des besoins. Savez-vous que le prix de revient de cette bouteille coûte 64 livres à l’État, qui lui, la cède à raison de 3 livres au citoyen ? » indique le président. Ce produit, comme le carburant, disparaît ponctuellement et son prix peut atteindre les 100 livres (12,64 €).


FMI et préceptes de l'Islam

Veolia s'est désengagée du marché de la propreté à Alexandrie. La propreté urbaine, un des principaux problèmes de l'Egypte (photo F.Dubessy)
Veolia s'est désengagée du marché de la propreté à Alexandrie. La propreté urbaine, un des principaux problèmes de l'Egypte (photo F.Dubessy)
75 000 logements ont été raccordés au du gaz de ville ces deux derniers mois. 750 000 autres devraient suivre avant la fin de l’année 2012.

Mohamed Morsi évoque aussi la campagne « un pays propre » et revendique 600 000 tonnes d’ordures ramassées en deux mois dans les gouvernorats du Caire et de Giza, 200 000 tonnes à Alexandrie et 350 000 tonnes dans les autres gouvernorats. 

Revenant sur les accusations portées sur la non-conformité du crédit octroyé par le FMI avec les préceptes de l’Islam, et le risque de voir le soutien de l'État à certains produits de première nécessité diminuer, le président crie haut et fort qu'il n'acceptera « jamais que le peuple égyptien mange grâce à de l’argent qui provient de l’usure. Le FMI n’a pas exigé que nous réduisions le niveau du soutien des prix ».

Parallèlement, il tente de rassurer les investisseurs étrangers et nationaux en  déclarant que l'Égypte respectera les contrats passés avec les entreprises, même ceux paraphés à l’époque de l’ancien régime au détriment des intérêts de son pays.

Il avertit les entreprises. Dorénavant, elles devront payer leurs impôts, respecter les clauses des accords et renoncer aux fraudes sous peine de rupture de leurs contrats avec l'État. Les services du ministère des Finances vont récupérer les arriérés d’impôts de ces entreprises, évalués à 100 milliards de livres (12,6 mrds€).

Le président Morsi affirme que le nombre de touristes a augmenté de 11% en septembre 2012 par rapport à septembre 2011, le déficit budgétaire est passé à un peu plus de 130 milliards (16,43 mrds€) alors qu’il avait atteint 170 milliards de livres (21,5 mrds€) l’année passée. Dix-sept accords économiques auraient été signés lors des neuf visites qu’il a effectuées sur le plan international.




Lundi 8 Octobre 2012



Lu 1073 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise