Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Mise en examen, Christine Lagarde refuse de lâcher le FMI




Christine Lagarde entend rester à son poste de directrice générale du FMI (photo F.Dubessy)
Christine Lagarde entend rester à son poste de directrice générale du FMI (photo F.Dubessy)
FRANCE. Mise en examen à Paris mercredi 27 août 2014 par les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) après avoir été interrogée la veille, Christine Lagarde est repartie dès l'après-midi à Washington.

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) a seulement été accusée de "négligences" dans l'enquête sur l'arbitrage rendu dans l'affaire entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais en juillet 2008. Un délit cependant passible d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

Christine Lagarde a annoncé qu'elle n'entendait pas démissionner de sa fonction et va engager un recours contre cette décision jugée "totalement infondée."


A l'issue d'un arbitrage, Bernard Tapie avait obtenu 403 M€ (243 M€ de dommages, 115 M€ d'intérêts et 45 M€ à titre de préjudice moral) pour clore le litige l'opposant au Crédit Lyonnais sur la revente de la société Adidas.
La CJR reproche à celle, qui était alors ministre française de l’Économie, de ne pas avoir introduit de recours contre cet arbitrage après cette décision.

La célèbre marque de sport avait été revendue en février 1993 à la Société de Banque Occidentale (SdBO, filiale du Crédit Lyonnais) par l'homme d'affaires qui la détenait depuis juillet 1990. En avril 1992, François Mitterrand, alors président de la République avait accepté la proposition de son nouveau premier ministre Pierre Bérégovoy de nommer Bernard Tapie ministre de la Ville, à condition que ce dernier évite tout conflit d'intérêts et donc cède ses sociétés.

Adidas, d'abord acquis par la banque, avait ensuite été revendu à un groupe d'investisseurs mené par Robert Louis-Dreyfus avec une grosse plus-value grâce à un montage spécifique. Plus-value qui allait provoquer le conflit judiciaire débouchant sur l'arbitrage contesté.




Mercredi 27 Août 2014



Lu 2875 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise