Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Méditerranée : l’emploi des jeunes en priorité




Labellisé par l’Union pour la Méditerranée, HOMERe, apporte une réponse régionale au défi de l’emploi des jeunes diplômés. Le programme est soutenu par les réseaux académiques et des acteurs économiques privés.



Etudiants jeunes marocains. Photo World Bank
Etudiants jeunes marocains. Photo World Bank

Au Sud de la Méditerranée, les diplômés universitaires restent paradoxalement les plus touchés par le chômage des jeunes. Une situation source de tensions dans un contexte de morosité économique. Pour répondre au défi de l’employabilité et de la mobilité des jeunes diplômés, le programme High Opportunity for the Mediterranean Executives Recruitment (HOMERe), a été lancé en mars 2015. Un programme labellisé par l’Union pour la Méditerranée (UpM).

 

« Le défi de l'emploi des jeunes touche aussi bien les pays du Sud que du Nord de la Méditerranée. Et pour cela, il faut des réponses régionales. Le programme HOMERe consiste à proposer des stages pour développer des compétences transversales recherchées par les employeurs. Nous partons des besoins des entreprises en matière de recrutement », relève Emmanuelle Gardan, responsable de programme à la division recherche et enseignement supérieur de l’UpM.

 

L’initiative HOMERe est portée par le Réseau méditerranéen des écoles d’ingénieurs et de management (RMEI) et par les Conseillers du commerce extérieur de la France, chefs de file d’un consortium régional regroupant des réseaux académiques et des acteurs économiques.

 

HOMERe favorise l’immersion des jeunes dans le monde de l’entreprise par le biais de stages internationaux de longue durée. Les entreprises communiquent leurs besoins en matière de recrutement, les jeunes sont ensuite sélectionnés par le réseau RMEI et préparés à la mobilité (aide pour obtenir le visa, complément de formation éventuel, tutorat). Un jeune Marocain peut être formé dans une entreprise en Espagne, puis recruté au Maroc, tandis qu’un jeune Français peut se former en Italie.


Economies et efficacité

Avant d’intégrer la SOMEI (Groupe Eaux de Marseille) à Rabat, Sara El Khal, ingénieur en informatique, a ainsi fait un stage de six mois au siège à Marseille. Cette immersion professionnelle et culturelle lui a permis de faire le lien entre les projets développés en France et au Maroc, mais aussi d’établir une relation de confiance avec ses futurs collègues.

 

« Ce programme euro-méditerranéen est un outil de développement des ressources humaines. Il permet à l’entreprise de réaliser des économies et de gagner en efficacité. Le jeune est opérationnel dès son recrutement, il connaît le fonctionnement de l’entreprise », indique Alain Meyssonnier, président du comité Provence Corse des conseillers du commerce extérieur.

 

Business France souhaiterait d’ailleurs voir se développer HOMERe en Algérie pour compenser la perte des V.I.E (volontariat international en entreprise). « Aujourd’hui, nous comptabilisons plus de cent demandes d’entreprises en souffrance en Algérie. HOMERe permet la réciprocité. Nous sommes prêts à former de jeunes diplômés algériens en France, avant qu’ils ne retournent dans leur pays d’origine », assure Alain Meyssonnier.




Jeudi 3 Décembre 2015




Lu 1747 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >















Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




RÉflexions

Réflexion

Crise du Qatar :
Et si les véritables raisons étaient ailleurs ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil