Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Mariano Rajoy survit aux élections en Espagne


Avec 33 % des suffrages, le Partido Popular de Mariano Rajoy arrive largement en tête des élections parlementaires en Espagne, et conforte même son avance sur ses opposants. Une position qui devrait permettre au président du gouvernement « en fonction » de conserver son fauteuil, mais avec une majorité relative.



Mariano Rajoy, ici entouré de son état major de campagne, pourrait conserver son poste de président du gouvernement face à une opposition très divisée (photo PP)
Mariano Rajoy, ici entouré de son état major de campagne, pourrait conserver son poste de président du gouvernement face à une opposition très divisée (photo PP)
ESPAGNE. Mariano Rajoy a une capacité de résilience qui pourrait bien lui permettre demain de se maintenir à la Moncloa comme président du gouvernement espagnol.
Malgré un degré alarmant de corruption qui touche jusqu’au cœur de son parti, le Partido Popular (PP). De nombreuses figures historiques sont aujourd'hui sous le coup de procédures judiciaires, notamment dans les régions de Valencia et Madrid.
Malgré une remise en question de son leadership, y compris par son prédécesseur et ancien mentor José Maria Aznar.
Malgré le rejet en bloc de l'ensemble des représentants de l'opposition, qui ont empêché sa réélection alors que le PP s'était imposé comme le premier parti d'Espagne lors des dernières élections du 20 décembre 1015.
Malgré l'impossibilité de trouver un allié pour former un gouvernement au cours des six derniers mois, ce qui a obligé à l'organisation de nouvelles élections parlementaires ce 26 juin 2016…

Malgré tout cela...Mariano Rajoy sort grand vainqueur de ce dernier scrutin, parvenant à gagner 600 000 voix en six mois et quatorze députés de plus au parlement. Le Partido Popular reste ainsi le premier parti d'Espagne, accentuant même son avance. Son principal opposant, le PSOE de Pedro Sanchez, perd 180 000 votes et cinq députés, alors que son rival de centre-droit Ciudadanos connaît une hémorragie de 400 000 voix ! De son côté, la coalition de gauche antilibérale « Unidos Podemos » conduite par Pablo Iglesias parvient tout juste à maintenir ses positions.

Champ de ruines

Dans un bureau de vote de Barcelone, pour les deuxièmes élections générales en six mois (photo Francis Matéo)
Dans un bureau de vote de Barcelone, pour les deuxièmes élections générales en six mois (photo Francis Matéo)
Le nouveau parlement espagnol compte donc 137 parlementaires du PP, 85 du PSOE, 71 étiquetés « Unidos Podemos » et 32 élus du parti Ciudadanos. Auxquels s’ajoutent 25 représentants de différents partis régionaux autonomistes ou indépendantistes.

Et ici commence le casse-tête pour trouver une majorité… Les différentes tentatives d'alliances avortées au cours des six derniers mois ne laissent aucun espoir sur la possibilité d’atteindre la majorité absolue de 176 élus. Pire : les électeurs espagnols semblent avoir sanctionné les deux forces politiques qui avaient tenté de trouver un accord de gouvernement, c'est à dire le PSOE et Ciudadanos.

Effrayé par la possibilité d'être dépassé par sa gauche, le parti socialiste a par ailleurs durci le ton contre Podemos, désormais désigné clairement comme un adversaire.

Sur ce champ de ruines, Mariano Rajoy a donc toutes les chances d'être désigné -presque par défaut- comme futur président du gouvernement espagnol, mais avec une majorité relative. Il profite en somme de l'affaiblissement de l’opposition, à gauche comme au centre, mais aussi de l'usure de toute la classe politique, qui s'est traduite ce 26 juin 2016 par un taux d’abstention record de 30,16 %.  




Lundi 27 Juin 2016



Lu 804 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise