Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Mariano Rajoy sera le nouveau président du gouvernement espagnol


La droite parlementaire espagnole obtient la majorité absolue au Parlement, avec 186 députés sur 350, à l'issue des élections législatives qui permettront à Mariano Rajoy d'accéder au fauteuil de chef du gouvernement. Le scrutin a sanctionné la politique d'austérité de José Luis Rodriguez Zapatero. Le représentant du PSOE à ces élections, Alfredo Pérez Rubalcaba, accuse d'ailleurs le plus mauvais résultat électoral de l'histoire de son parti. Reste à savoir quelle sera la politique du nouveau chef de gouvernement, puisque Mariano Rajoy est resté très vague sur ce plan, au cours d'une campagne électorale particulièrement terne.



Mariano Rajoy, 56 ans, dont 30 ans de carrière politique (photo DR)
Mariano Rajoy, 56 ans, dont 30 ans de carrière politique (photo DR)
La déferlante attendue de la droite parlementaire espagnole s'est vérifiée dans les urnes ce 20 novembre 2011, partout en Espagne. Le PP (Partido Popular) de Mariano Rajoy remporte la plus ample victoire de son histoire, et le PSOE (Partido Socialista) du candidat Alfredo Pérez Rubalcaba subit sa plus lourde défaite. Sur les 36 millions d'électeurs, le PP a su convaincre plus de 10 millions de personnes lors de ces élections législatives qui donnent 186 députés à la droite parlementaire, contre 110 au PSOE. L'ensemble des autres sièges de cette assemblée regroupant 350 députés se répartira pour l'essentiel entre les partis d'extrême gauche et nationalistes.

Les élections du 20 novembre 2011 concernaient aussi le renouvellement du Sénat, la chambre haute du parlement espagnol, où le PP obtient également la majorité absolue, avec 136 élus sur 208 (48 sénateurs pour le PSOE) Le PP disposera donc d'une large majorité pour gouverner au Parlement espagnol au cours des quatre prochaines années, et pour affronter une conjoncture économique critique.

L'ampleur de la défaite du PSOE se mesure à travers le recul du parti de José Luis Rodriguez Zapatero -totalement absent lors de la soirée électorale- dans toutes les grandes régions espagnoles, à commencer par Madrid, la Catalogne et le Pays Basque. Dans ces deux dernières régions autonomes, le PSOE perd même la première place en nombre de votes, au profit des partis nationalises : CiU en Catalogne, PNV et la coalition Aimur (gauche indépendantiste) au Pays Basque, où le scrutin était également marqué par l'annonce de la fin des violences de l'ETA.

Une sanction pour la politique de José Luis Rodriguez Zapatero

Le candidat du PSOE, Alfredo Pérez Rubalcaba, a payé la politique et le bilan de José Luis Rodriguez Zapatero, ici au centre de l'image lors d'une réunion au Parlement (photo DR)
Le candidat du PSOE, Alfredo Pérez Rubalcaba, a payé la politique et le bilan de José Luis Rodriguez Zapatero, ici au centre de l'image lors d'une réunion au Parlement (photo DR)
Mais ce sont surtout les considérations économiques qui ont dominé les débats électoraux, au demeurant assez ternes. Jamais une campagne électorale en Espagne n'aura été marquée à ce point par les préoccupations économiques, et jusqu'au dernier jour.

Le chômage, qui touche 21,5 % de la population active, était évidemment la question principale ; c'est sans aucun doute l'élément le plus déterminant dans l'issue de ces élections qui semblaient jouées d'avance, surtout depuis que Zapatero avait décidé, à l'été 2011, d'avancer le scrutin d'un semestre. Une anticipation sur le calendrier qui signifiait déjà la quasi-impossibilité du gouvernement à faire face aux réalités macro-économiques. Malgré les mesures drastiques adoptées pour essayer d'endiguer la crise avec par exemple ma baisse moyenne du salaire des fonctionnaires de 5 %, ou encore l'augmentation des taux des durées de cotisation pour la retraite. Des mesures et un bilan qui aboutissent à la débâcle électorale du parti socialiste espagnol et de son représentant, Alfredo Pérez Rubalcaba, qui fut ministre de l'Intérieur de José Luis Rodriguez Zapatero jusqu'au début de campagne.

D'autant que l'Espagne n'est pas à l'abri des turbulences ni des variations de la « prime de risque », que les Espagnols ont appris à connaître au cours des derniers mois, et que reste toujours un sujet de préoccupation. La veille du scrutin électoral de ces élections générales, ce différentiel avec les taux d'emprunt des bons allemands à 10 ans flirtait même avec les 500 points, ce qui plaçait l'Espagne dans une situation extrêmement périlleuse.

Un mandat qui débute sous le signe de l'austérité

Les Espagnols ont voté massivement à droite (photo F;Dubessy)
Les Espagnols ont voté massivement à droite (photo F;Dubessy)
De son côté, Mariano Rajoy a eu la Victoire modeste au soir du 20 novembre. Dans son premier discours, quelques minutes après l'annonce officielle des résultats, le futur chef de gouvernement espagnol s'est empressé de prévenir qu'il « n'y aura pas de miracle ». Il n'en a d'ailleurs jamais promis !

En effet, le représentant du PP s'est bien gardé de donner trop de détails sur son programme au cours d'une campagne électorale extrêmement pauvre en arguments. Se contentant de répéter comme un mantra que la priorité reste le problème du chômage, dans un pays qui compte aujourd'hui 5 millions de chômeurs, où 3 millions d'emplois ont été détruits depuis 2008. « C'est une façon de dessiner en creux la politique qui sera mise en œuvre par le nouveau gouvernement », estime Pedro Conejero, patron des Transports Caudete, près de Valencia : « Et cela devra forcément se traduire par des allégements d'impôts pour faciliter la création d'emplois, donc la mise en place d'une taxation plus favorable aux entreprises pour aider à créer des postes et surtout à les maintenir dans le contexte d'une économie plus que jamais incertaine ».

Il semble par contre tout à fait clair que le changement de gouvernement ne va pas apaiser les inquiétudes des dirigeants d'entreprise en Espagne, et encore moins celles d'une population qui s'attend à la mise en œuvre d'un nouveau plan d'austérité au cours des prochains mois. Le nouveau chef de gouvernement devra trouver au moins 16 Mrd€ en 2012 pour satisfaire les exigences de réduction du déficit public espagnol à 4,4%, imposées par l'Union Européenne.

186 députés sur 350 pour le Partido Popular

Le siège du Partido Popular à Madrid (photo DR)
Le siège du Partido Popular à Madrid (photo DR)
Nombre de députés des différentes formations politiques. Les formations disposant d'au moins 5 députés peuvent former un groupe indépendant au Parlement :

PP : 186 députés (154 en 2008)
PSOE : 110 (169 en 2008)
CiU (parti nationaliste catalan) : 16 (10 en 2008)
IU (Izquierda Unida) : 11 (2 en 2008)
AIMUR (gauche indépendantiste basque) : 7 (0 en 2008)
UPyD : 5 (1 en 2008)
PNV (parti nationaliste basque) : 5 (6 en 2008)
ERC : 3 (3 en 2008)
BNG : 2 (2 en 2008)
Coalicion Canaria : 2 ( 2 en 2008)
Compromis Equo (écologistes) : 1 (0 en 2008)
FAC : 1 (0 en 2008)
GBAI : 1 (0 en 2008)


Francis Mateo, à BARCELONE


Lundi 21 Novembre 2011



Lu 4849 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 30 Octobre 2014 - 09:06 Résultats des législatives en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes dimensions internationales de la crise libyenne
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La situation politique en Libye est extraordinairement complexe et voisine de l’anarchie. Depuis les élections de juin 2014, il existe deux parlements et deux gouvernements.
 

avis d'expertIsraël / Palestine : la paix est-elle encore possible après la dernière guerre de Gaza ?
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Malgré les mille précautions de Tsahal et à cause de la politique du « bouclier humain » du Hamas (confirmée par l’ONU et certains journalistes), ce sont encore les civils gazaouis qui ont payé le prix le plus fort de cet ultime conflit...
 

avis d'expertVers un modèle de cluster maghrébin spécifique
 
Paulette Pommier, Consultante internationale en développement régional et aménagement du territoire
Dans les trois pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) des concentrations géographiques d’activités, clusters spontanés ou organisés, ont été recensées...
 

avis d'expertLe Maghreb est-il prêt à accueillir des coproductions ?
 
Amal Chevreau, responsable pôle études et production à Ipemed
Au sein de l'UE, le taux de chômage est estimé à 10,2% en juin 2014 (1). Au Sud, le taux de chômage est de l'ordre de 20 à 25 % chez les jeunes...
 

Autres avis d'experts