Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Mariages forcés pour l'import-export étranger en Algérie


Le sort en est jeté ! Les entreprises étrangères d'import export qui ne s’associeront pas à un actionnaire algérien à hauteur de 30% d’ici au 31 décembre 2009 devront quitter le pays. Plusieurs d'entre elles réagissent pour econostrum.info



Les importations devraient diminuer (photo DR)
Les importations devraient diminuer (photo DR)
ALGERIE. Le décret exécutif relatif « aux conditions d'exercice des activités d'importation des matières premières, produits et marchandises destinés à la revente en l'état par des sociétés commerciales dont les associés ou les actionnaires sont des étrangers » est paru au Journal Officiel n°30.

Dans son article 2, il est stipulé que « ces sociétés ne peuvent exercer les activités d'importation de ces produits que si 30% au minimum de leur capital social sont détenus par des personnes physiques de nationalité algérienne ou par des personnes morales dont l'ensemble des associés ou actionnaires sont de nationalité algérienne ».

Le marché algérien est intéressant

Decopack, une entreprise française spécialisée dans l'emballage pour l’agroalimentaire présente en Algérie depuis sept ans, va prendre un actionnaire algérien. La société mère réalise 35% de son chiffre d'affaires avec ses clients algériens.  

Même son de cloche du côté de Borel pour qui le marché algérien représente 20% du CA. Ce groupe, présent dans le pays depuis 20 ans, a « vécu » les différentes réglementations, et survécu. Il est passé de la Sarl où il disposait de 90% des parts à une autre où il était minoritaire à 10%, pour se transformer à nouveau en Eurl, il y a trois ans, avec 100% des actions.

Cette année, Borel va céder 30% de ses actions en Algérie à un partenaire local. Son directeur commercial ne désespère pas de voir la réglementation changer de nouveau.

Côté Portugal, Bersandra, une entreprise spécialisée dans l’ameublement, compte investir. Sergio Demacedo, son directeur commercial, considère que le marché algérien est intéressant et qu’avec la crise économique, les sociétés européennes se tournent vers les pays du Sud.

Pour lui, c’est décidé, le moment venu, ils prendront un partenaire algérien pour commercer en Algérie.

L'Algérie n'est pas le seul marché

Les Allemands, par le biais du directeur de leur chambre de commerce en Algérie, ont pour leur part annoncé dernièrement le gel de leurs investissements en Algérie.

Côté italien, les entreprises interrogées sont dans l’expectative et attendent pour se prononcer. Le responsable de l’une d’entre elles, qui comptait s’installer en Algérie pour vendre ses produits, résume ainsi la situation : « Le marché algérien est certes important, mais ce n’est pas le seul. »

Un expert étranger qui a préféré garder l’anonymat se dit "outré" par la rétroactivité de la loi. Il souligne que l’Algérie est signataire des conventions internationales sur l’investissement et qu’à ce titre, chaque nouvel actionnaire algérien devra transférer au propriétaire dans le pays d’origine l’équivalent des 30% en devises.

Pour lui, cela va mettre à mal la Banque d'Algérie qui ne dispose pas de suffisamment de devises pour effectuer tous ces transferts d’argent.


Amal Belkessam, à ALGER


Lundi 8 Juin 2009



Lu 3935 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise