Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Liban et Israël se disputent deux gisements offshore de gaz


Le Liban dénonce auprès de l'ONU les velléités de son voisin Israël après la découverte par ce dernier de deux gisements de gaz offshore. Beyrouth considère que ces champs très prometteurs empiètent sur son territoire maritime.



Israël pourrait devenir exportateur de gaz (photo DR)
Israël pourrait devenir exportateur de gaz (photo DR)
LIBAN / ISRAËL. Le Liban montre les dents après l'annonce par Israël de la découverte de deux gisements de gaz offshore en Méditerranée. 

Le ministre libanais des Affaires étrangères vient d'en appeler, mardi 4 janvier 2011 dans un courrier, à Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU. "Nous vous demandons de faire tout le possible pour garantir qu'Israël n'exploite pas les ressources d'hydrocarbures du Liban, qui se trouvent dans la zone économique du Liban telle que déterminée dans les cartes du ministère des Affaires étrangères soumises au Nations Unies en 2010" proteste Ali Chami.  

L'Agence Nationale d'Information (ANI) libanaise qui répercute ces propos note aussi que le ministre a été très précis sur les incidences possibles : "toute exploitation par Israël de cette ressource est une violation flagrante de la loi internationale et une attaque contre la souveraineté libanaise."

Découverts en décembre 2010, les deux nouveaux gisements se trouvent à l'intérieur des périmètres baptisés Tamar et Léviathan, dans des zones maritimes à la territorialité contestée. Le premier disposerait de réserves de 8 milliards de m3 et le second de 450 milliards de m3. Leur potentiel est identifié depuis plus d'un an avec des premières découvertes sur Tamar en janvier 2009 par un consortium américano-israélien.

Se situant à 130 km au large du port d'Haïfa, Léviathan (du nom du monstre marin évoqué dans la Bible), le plus prometteur, permettrait à Israël de devenir exportateur gazier. 

Présenté par l'américain d'Houston Nobel Energy, qui prospecte pour le compte d'Israël (lire le communiqué publié lors de la découverte ), comme la plus importante découverte de la décennie en décembre 2010, Leviathan renfermerait les plus grandes capacités de gaz du globe. Un titre ravi à ... Tamar.

Nobel Energy détient 39,66% des actions du gisement de Léviathan, les Israéliens du groupe DelekDelek Drilling et Avner Oil Exploration, 22,67% chacun et Ratio Oil Exploration 15%.

Le tracé des frontières maritimes entre Israël et le Liban reste un point délicat

Les importantes ressources potentielles en gaz dans la région du Levant attisent les convoitises (photo USGS)
Les importantes ressources potentielles en gaz dans la région du Levant attisent les convoitises (photo USGS)
Tamar étant jugé assez important pour pourvoir à la consommation d'Israël pendant trente ans, Léviathan serait le viatique vers l'exportation d'ici quelques années. L'exploitation de Tamar pourrait débuter à la fi de l'année 2011 ou au début 2012.

Suite à la publication en mars 2010 d'une étude d'United States Geological Survey, la question du règlement du tracé des frontières maritimes se pose de façon encore plus accrue. Selon les scientifiques de cette institution américaine, la région du Levant disposerait d'une capacité de 1,7 milliard de barils de pétrole et de 3,4 billions de m3 de gaz (voir l'étude complète ). De quoi attiser bien des convoitises. 

L'enjeu est de taille au moment où le Liban tente de régler un à un avec ses voisins les problèmes de tracés de frontières maritimes et donc aussi avec Israël. Pour éviter justement les conflits générés par l'inflation des explorations.  Ainsi, en décembre 2010, Israël signait avec Chypre un texte pour délimiter une zone "économique exclusive entre les deux pays sur la mer Méditerranée." (lire : Israël et Chypre définissent leur frontière maritime )

L'Egypte a également paraphé un tel accord avec Chypre.

Si les relations entre Beyrouth et Nicosie sur ce dossier sensible, car touchant à de gros intérêts financiers, ont été réglé, il n'en va pas de même avec Israël. Les découvertes israéliennes n'arrivent donc pas au bon moment, en tout cas trop tôt.

Seul le Liban s'est pour l'instant lancé unilatéralement dans une tentative de fixer ses frontières maritimes avec son voisin israélien avec l'intention une fois le document prêt de le plaider auprès des Nations Unies. Les relations déjà plus que tendues entre les deux pays pourraient s'envenimer encore plus en cas de violation de frontières maritimes encore très floues.   

D'autant plus que le parlement libanais a voté, le 17 août 2010, une loi autorisant le forage et l'exploitation de champs de gaz et de pétrole au large de ses côtes. 

Le pays du Cèdre prévoit en effet de lancer en novembre 2011 les appels d'offres pour des contrats de prospection pétrolière et gazière au large de ses côtes et plus précisément dans un triangle constitué du Liban, d'Israël et de Chypre. La région risque donc de voir arriver un nouvel intervenant mais aussi des conflits territoriaux.





Mercredi 5 Janvier 2011



Lu 6430 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par Marco999 le 05/01/2011 12:46
Et si Israël respectait le droit international et les décisions de l'ONU, l'État palestinien (à travers Gaza) aurait aussi droit à une part du gâteau. Une explication au refus de l'État Juif de parvenir sérieusement à la paix ?

2.Posté par Mike le 06/01/2011 00:16
Les décisions de l'ONU, ont été bafouées par les palestiniens, puis les pays arabes, le lendemain de la création de l'état d'Israël, en contestant la création d'Israël qui était une décision de l'ONU. Donc ça n'est vraiment pas à eux de donner des leçons là dessus. Si on regarde bien la carte, et d'après d'autres sources, Léviathan et Tamar se trouvent plus proche des cotes israéliennes que tous les autres pays voisins. Ça appartient à Israël ces découvertes. Le Liban essaye de récupérer comme d'habitude, par jalousie!!

3.Posté par dror le 07/01/2011 13:13
M.Mike
Apprenez que la création de cette entité n'a pas du tout rempli les conditions nécessaires à l'ONU en 1948, mais certains pays occidentaux sont passés outre (violation du droit international). Je vous invite à vérifier. Partant de là, il n'ont aucune légitimité ni sur la terre de Palestine, ni sur la mer au large. Mais dans le fond j'ai l'impression que c'est une grosse intox, juste pour rebooster les arrivées de nouveaux colons. Car il faut savoir que cette entité se vide, doucement mais surement. La justice gagne toujours à la fin.

4.Posté par Batoz le 11/01/2011 10:24
Une guerre en vue entre Israël et le Liban... pour un territoire maritime qui devrait revenir en fin de compte -au moins partiellement- à la Palestine.

5.Posté par Robert Hadjadj le 16/01/2011 14:49
1) Il faudrait peut être expliquer au Liban que pour tracer des frontières il faut reconnaitre l'existence de son voisin Israël.
2) Je rappelle que pour signer la Paix avec l'Egypte, Israël a abandonné toutes ses installation pétrolifères du Sinaï.
3) Les palestiniens sont des arabes qui ont toujours été des laissés pour compte de la nation arabe, une part des retombées de la manne pétrolière Saoudienne leur revient de droit.
Le fruit de la découverte du gaz israélien profitera aussi aux populations arabes de Judée et de Samarie. Comme la sécurité sociale dont demandent à bénéficier les arabes de Jérusalem qui demandent de plus en plus et obtiennent la nationalité israélienne.
Voila un son de cloche que les sourds ne peuvent entendre, une réalité que ne peuvent voir ceux qui se voilent la face.

Cordialement
Robert

6.Posté par John Doe le 19/01/2011 22:53
Voila un son de cloche que les sourds ne peuvent entendre, une réalité que ne peuvent voir ceux qui se voilent la face

C'est ça la vraie vérité sur l'affaire !!! Je n'aurais pas pu mieux le dire !!!

7.Posté par Igil le 23/01/2011 00:45
Nous avons vérifié, Monsieur Dror, qu'il existait un consensus en 1947 et non 48, sur la création d'un Etat Juif sur leur terre de Palestine, et d'un Etat qui a posé comme seule condition à son acceptation de prendre le nom de "Palestine", et qui s'est rétracté, car la Jordanie existait déjà.

Arrêtez d'amalgamer les pionniers juifs sur leur terre avec des colons français d'Algérie.
Colon en anglais se traduit par pionnier et non "colon" à la française, vérifiez, donc !

Vérifiez aussi la sémantique du nom que vous distordez. Dror est un mouvement sioniste, que vous voulez pervertir de votre négationnisme

C'est cela, le gaz profitera aussi aux arabes déjà israéliens et à ceux qui se bousculent pour se convertir ou demander la nationalité israélienne.

Voilà un langage que les langues fourchues ne peuvent exprimer.

8.Posté par carte le 21/02/2011 15:10
La carte parle d'elle même, pourquoi le Liban ne revendique-t-il pas les champs pétroliers Norvégiens pendant qu'il y est. Tant qu'à être ridicule il ne faut pas se gêner.

9.Posté par Moqq-tar le 26/02/2011 18:01
Israël est propriétaire des gisements sur ses côtes, quand à la soit-disant "Palestine", elle existe déjà, c'est la Jordanie qu'il faut rebaptiser de son vrai nom.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes dimensions internationales de la crise libyenne
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La situation politique en Libye est extraordinairement complexe et voisine de l’anarchie. Depuis les élections de juin 2014, il existe deux parlements et deux gouvernements.
 

avis d'expertIsraël / Palestine : la paix est-elle encore possible après la dernière guerre de Gaza ?
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Malgré les mille précautions de Tsahal et à cause de la politique du « bouclier humain » du Hamas (confirmée par l’ONU et certains journalistes), ce sont encore les civils gazaouis qui ont payé le prix le plus fort de cet ultime conflit...
 

avis d'expertVers un modèle de cluster maghrébin spécifique
 
Paulette Pommier, Consultante internationale en développement régional et aménagement du territoire
Dans les trois pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) des concentrations géographiques d’activités, clusters spontanés ou organisés, ont été recensées...
 

avis d'expertLe Maghreb est-il prêt à accueillir des coproductions ?
 
Amal Chevreau, responsable pôle études et production à Ipemed
Au sein de l'UE, le taux de chômage est estimé à 10,2% en juin 2014 (1). Au Sud, le taux de chômage est de l'ordre de 20 à 25 % chez les jeunes...
 

Autres avis d'experts