Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Levée imminente de l'embargo sur les armes en Libye


Fayez El-Sarraj, premier ministre libyen du gouvernement d'unité nationale, devrait obtenir ce qu'il est venu chercher à Vienne : la fin de l'embargo sur les ventes d'armes décrété par l'Onu après la chute de Mouhamar Khadafi en 2011.



Le premier ministre libyen va pouvoir armer ses militaires (photo wikipedia)
Le premier ministre libyen va pouvoir armer ses militaires (photo wikipedia)
LIBYE. Fayez El-Sarraj, premier ministre libyen du gouvernement d'unité nationale, devrait obtenir ce qu'il est venu chercher à Vienne. Lundi 16 mai 2016, lors de la réunion sur la sécurité en Libye, les puissances internationales ont appuyé sa demande de levée de l'embargo sur la vente d'armes en Libye décrété par l'Onu après la chute de Mouhamar Khadafi en 2011.

Vingt-cinq délégations nationales ou unions régionales, dont les États-Unis mais aussi la Russie, la Chine, L'Égypte, la France, l'Italie et la Tunisie ont signé une déclaration en faveur de la levée de cet embargo.

La décision revient aux Nations-Unies, mais il semble difficile de concevoir que l'institution de New-York ne réponde pas favorablement à une demande formulée à l'unanimité par les cinq membres permanents de son Conseil de sécurité. D'autant plus que la fin de l'embargo s'accompagnera d'un renforcement du contrôle de l'embargo sur les armes et les exportations pétrolières des factions rivales au gouvernement d'union nationale.

Revirement de situation

Ce réarmement modifiera profondément les données des conflits, larvés (un autre gouvernement officieux est installé à Tobrouk à l'est du pays) ou non (Daech), dans ce pays. Il devrait renverser l'équilibre politique en permettant au gouvernement de Tripoli, seul reconnu comme légal par l'Onu, de non seulement mieux asseoir son autorité mais surtout de lutter plus facilement contre Daech.

L'État islamique contrôle aujourd'hui la ville de Syrte, 150 km de côtes et s'approche de plus en plus des sites pétroliers. Le gouvernement libyen veut éviter cette main-mise sur sa principale ressource et repousser Daech.

Une levée de l'embargo sur la vente des armes assurera également une meilleure efficacité de la nouvelle armée libyenne, baptisée Garde présidentielle, qui vient tout juste de voir le jour. Le premier ministre libyen veut pouvoir "se procurer les armes létales et le matériel nécessaires pour contrer les groupes classés terroristes par l'Onu et pour combattre Daech dans tout le pays." Il s'engage à fournir rapidement une liste d'armes.

En aucun cas cette décision ne donnera un blanc-seing de l'Onu pour l'intervention militaire internationale de plus en plus souvent évoquée dans la capitale autrichienne. "Nous parlons d'aide dans la formation et dans l'équipement de nos troupes" précise prudemment Fayez El-Sarraj. Le communiqué final de la réunion de Vienne contient d'ailleurs des termes précis évoquant le fait que la communauté internationale se trouvait "prête à répondre aux demandes du gouvernement libyen en vue d'entraîner et d'équiper la Garde présidentielle et les forces autorisées." Rien de plus.


Eric Apim


Mardi 17 Mai 2016



Lu 1142 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise