Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les voix s'élèvent à l'Onu pour réclamer la fin du conflit en Syrie




Ban Ki-Moon réclame à la tribune de l'Onu la fin du conflit syrien (photo Onu)
Ban Ki-Moon réclame à la tribune de l'Onu la fin du conflit syrien (photo Onu)
SYRIE. Le conflit en Syrie, relancé après la rupture de la trêve, vient s'inviter dans la 71e Assemblée générale de l'Onu dont l'ordre du jour devait se concentrer sur les solutions durables à la crise des réfugiés.

A New York,  les voix se multiplient pour réclamer une nouvelle trêve. Ban Ki-Moon en tête. Le secrétaire général de l'Onu a lancé un appel "à tous ceux qui ont une influence" pour faire cesser les combats. Il n'a pas hésité a employer des mots très durs : "ceux qui bombardent sont des lâches !" Et de poursuivre sur le même ton : "de nombreux groupes ont tué de nombreuses personnes innocentes, mais aucun ne l'a fait autant que le gouvernement syrien, qui continue de larguer des barils d'explosifs sur des zones urbaines et de torturer systématiquement des milliers de prisonniers...Une transition politique est nécessaire depuis longtemps. Après tant de violence et de mauvaise gouvernance, l'avenir de la Syrie ne devrait pas dépendre du sort d'un seul homme. " 

Sa vindicte ne cible pas seulement le pouvoir de Bachar el-Assad : "de puissants Etats-clients qui continuent à alimenter la machine de guerre ont également du sang sur les mains. Présents dans cette salle aujourd'hui, se trouvent les représentants de gouvernements qui ont ignoré, facilité, financé, participé à ou même planifié et perpétré les atrocités commises par toutes les parties au conflit syrien contre les civils."

Forcer Bachar el-Assad à faire la paix

Pour le président américain Barack Obama, "dans un endroit comme la Syrie, où il ne peut y avoir de solution militaire, nous allons devoir continuer sur la voie ardue de la diplomatie."

"La tragédie syrienne sera dans l'histoire une honte internationale si nous n'y mettons pas fin maintenant" indique de son côté François Hollande. Pour le président français, les soutiens étrangers du régime syrien doivent le forcer à  faire la paix,  "sinon, ils porteront avec lui la responsabilité de la partition et du chaos". En insistant à New York sur le fait que "le Conseil de sécurité ne doit pas devenir le théâtre d'un jeu de dupes ou ceux qui l'ont empêché d'agir depuis cinq ans prétendent aujourd'hui l'utiliser pour soutenir le régime", il formule quatre exigences : imposer le cessez-le-feu, l'acheminement immédiat et sans conditions de l'aide humanitaire vers Alep et les autres villes syriennes, la reprise des négociations politiques selon les principes de la transition actés dès 2012, la dénonciation et la sanction du recours aux armes chimiques.

"Nous ne pouvons pas perdre davantage de temps à mettre fin au conflit, au terrorisme et aux persécutions qui sont la source du problème en Syrie et à mettre en mettre le processus politique de réinstallation" précise le président turc Recep Tayyip Erdogan.




Mercredi 21 Septembre 2016



Lu 836 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Affiches électorales et femmes sans visage


avis d'expert

Razika Adnani, philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA