Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les syndicats espagnols préparent la grève générale du 29 mars


Les manifestations du 11 mars 2012, qui ont réuni plusieurs centaines de milliers de personnes dans une soixantaine de villes d'Espagne, sont un avant-goût de la journée de mobilisation du 29 mars prochain, date de la grève générale. Face à cette journée de protestation contre la nouvelle réforme du travail, le président du gouvernement Mariano Rajoy veut rester inflexible.



Les syndicats espagnols se mobilisent pour le 29 mars (photo : F. Matéo)
Les syndicats espagnols se mobilisent pour le 29 mars (photo : F. Matéo)

ESPAGNE. Les deux grandes centrales syndicales espagnoles, UGT  et CCOO  (Commissions ouvrières), ont donné l’impression d'y aller un peu à reculons, mais elles se sont finalement accordées pour décider d'une journée de grève générale le 29 mars 2012. Une journée de protestation qui était dans tous les esprits depuis que Mariano Rajoy l'avait lui-même « involontairement » annoncée le 31 janvier dernier, lorsqu'un micro avait recueilli cet aveu du président du gouvernement espagnol : « La réforme du travail va nous coûter une grève générale ». Le texte de cette réforme a été adopté le vendredi 9 mars 2012 au parlement espagnol, où le Partido Popular  de Mariano Rajoy dispose d'une confortable majorité.

Le principal changement dans le Code du travail concerne la modification des modalités pour le calcul des indemnités de licenciement, désormais établies sur une base de 33 jours par année de travail (contre 45 jours/an auparavant), voire 20 jours d'indemnités par année de travail si l'entreprise enregistre un bilan négatif pendant trois mois consécutifs.

Les deux grands syndicats de salariés ont aussitôt considéré cette mesure comme une « porte ouverte aux licenciements ». Alors que le pays souffre déjà d'un taux de chômage de 23%.


Inquiétudes pour l'emploi

Un test pour les syndicats et le gouvernement (photo : F. Matéo)
Un test pour les syndicats et le gouvernement (photo : F. Matéo)
Évidemment, le raisonnement est totalement inverse de la part de la ministre du Travail, Fatima Bañez : « L'objectif principal de notre gouvernement, c'est de lutter contre le chômage et d'arrêter l'hémorragie des licenciements ». La ministre met surtout en avant les mesures concernant l'emploi des jeunes, dont le taux de chômage atteint 48% en Espagne.

Avec la nouvelle réforme, les PME espagnoles disposent d'une aide de 3 000 € pour l'embauche d'un chômeur de moins de 30 ans, dont une partie du salaire sera assumée pendant un an par l'assurance-chômage (à hauteur de 25% du montant des indemnités de chômage précédemment versées). L'employeur sera par ailleurs exonéré de charges pour un montant équivalent à 50% des indemnités de chômages qui restaient à percevoir par le salarié embauché.

Paradoxalement, même le président du gouvernement espagnol ne s'avance pas à pronostiquer une baisse du chômage à court terme. Les pronostics sont même négatifs. Selon les prévisions es organismes internationaux, l'économie espagnole pourrait subir une nouvelle récession en 2012, et perdre 1% du PIB, ce qui aurait notamment pour effet de faire augmenter le chômage dans la même proportion.

Répétition générale

La réforme adoptée par le gouvernement de Mariano Rajoy pourrait même avoir des effets délétères à court terme, comme le note un patron catalan : « Il faut s'attendre à ce que les entreprises espagnoles diminuent encore leurs effectifs avant l'été, pour que les capacités soient ajustées aux besoins du marché, mais la réforme du travail permettra d'embaucher plus facilement lorsque l'économie sera davantage favorable, car il faudra bien sortir de cette crise à un moment ou un autre. »

Et c'est bien cette logique que redoutent Ignacio Fernandez Toxo et Candido Mendez, représentant respectivement les syndicats CCOO et UGT. Les deux syndicalistes ont organisé une sorte de « répétition générale » ce 11 mars 2012, avant la grande mobilisation du 29 mars, avec des manifestations organisées dans toutes les grandes villes d'Espagne ; plusieurs centaines de milliers de personnes ont défilé dans tout le pays (1,5 million de manifestants d'après les syndicats), pour dénoncer une réforme qui « va provoquer une régression sociale pour toujours », selon les termes de Candido Mendez.

L'épreuve du 100ème jour au pouvoir

le 29 mars prochain, Mariano Rajoy sera au pouvoir depuis 100 jours (Photo : PP)
le 29 mars prochain, Mariano Rajoy sera au pouvoir depuis 100 jours (Photo : PP)
Reste à savoir quel sera l'impact de la grève générale du 29 mars 2012. Le dernier mouvement de cette ampleur, le 29 septembre 2010, avait jeté dans les rues des millions de manifestants, ce qui n’avait pas empêché le gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero de faire adopter une loi assouplissant considérablement le Code du travail, pour permettre notamment aux dirigeants d'entreprises en difficulté de modifier les conditions de travail de leurs salariés. Cette grève générale avait cependant signifié le divorce entre le gouvernement socialiste et la base de son électorat. Ce fut en quelque sorte le début du déclin de José Luis Rodriguez Zapatero.

Aujourd’hui, les conditions sont toutes différentes. Sans oser l'avouer, Ignacio Fernandez Toxo et Candido Mendez s'inquiètent sans doute de leur capacité de mobilisation dans un contexte économique qui s'est considérablement dégradé. C'est d'ailleurs sans doute pour cette raison que les deux leaders syndicaux ont repoussé l'échéance de cette grève générale en proposant des amendements qui ont tous été ignorés par Mariano Rajoy.

Le président du gouvernement, qui affronte ici sa première « épreuve du feu », affiche de son côté une détermination justifiée par les fortes attentes de son électorat. Ce qui ne doit pas masquer l'exaspération, voire le désespoir d'une partie de la société espagnole en voie de paupérisation. Avec le risque de débordements incontrôlés qui en découlent.

La grève générale du 29 mars, qui marquera le 100e jour de son arrivée au pouvoir, représentera donc aussi un test périlleux pour Mariano Rajoy.





Mardi 13 Mars 2012



Lu 1638 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise