Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les réformes annoncées par Bouteflika peinent à convaincre


Les réactions au discours à la nation tenu le 15 avril 2011 par le président Bouteflika sont, dans l’ensemble, plutôt mitigées, pour ne pas dire franchement critiques. Le refus d’ouvrir la télévision, la radio et la presse publique aux voix discordantes illustre les limites de l’ouverture médiatique pourtant annoncée par le président.



Contestée, l'APN ne sera pas dissoute (photo DR)
Contestée, l'APN ne sera pas dissoute (photo DR)
ALGÉRIE. Les annonces de Bouteflika ne font pas l’unanimité au sein des partis de l’Alliance présidentielle, à l'exception du Front de libération nationale (FLN) et du Rassemblement national démocratique (RND).

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) s’avère en revanche plus réservé. Son président a récemment affirmé que le parti islamiste déciderait en juillet 2011 de son maintien ou non dans l’Alliance présidentielle. Bouguerra Soltani se déclare «persuadé que l'application sur le terrain des mesures annoncées se heurtera à l’administration en place».

C’est pourquoi il demande au président de définir un calendrier de mise en œuvre des réformes, de commencer par réviser la Constitution et la loi électorale et de supprimer le principe de la non-limitation des mandats présidentiels dans la Constitution.

Le Mouvement El Islah (La réforme) demande cependant une clarification sur les mécanismes de mise en œuvre, la formation d’un «gouvernement d’unité nationale» chargé de conduire les réformes et de préparer des élections législatives et locales propres et honnêtes ainsi que des mesures fortes contre la corruption.

« Un bon signe pour l’ONU»

La France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, considère que les mesures annoncées par Bouteflika vont «dans la bonne direction» alors que le rapporteur spécial des Nations unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression a déclaré, à partir d’Alger, que le discours de Bouteflika «est un bon signe». Frank La Rue a cependant conclu sa visite d’une semaine en critiquant les restrictions aux libertés de presse, d’expression et de manifestation, une réconciliation sans vérité ni justice imposée après la guerre civile des années 1990, l’utilisation de la publicité publique et du fisc pour peser sur la presse…

Les opposants ne cachent pas leur déception, à l’instar d’Abdelhamid Mehri qui regrette l’absence de concertation en vue d’adopter une démarche de «changement du système» politique. Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) dénonce une volonté de «replâtrage du système» de la part d’un régime qui refuse d’être «un acteur politique parmi d’autres».

Le Parti des travailleurs (PT) se félicite des «bonnes intentions concernant la révision de la loi électorale, la révision de la Constitution et la dépénalisation du délit de presse». Mais il considère qu’il y a contradiction entre la volonté affichée de réviser la Constitution et la décision de confier cette tâche à une Assemblée populaire nationale (APN) non crédible. Le PT, le FFS et d’autres partis sont partisans de l’élection d’une Assemblée constituante.

Les représentants de la «société civile» (étudiants, chômeurs, défenseurs des droits de l’homme, syndicalistes…) se montrent généralement réservés voire très critiques à l’égard des réformes annoncées.

Un pari qui sera tranché par la rue

Pour le gouvernement, la crise actuelle est essentiellement sociale. Les pouvoirs publics estiment donc que les réformes politiques annoncées, jumelées à la satisfaction de nombreuses demandes sociales (augmentations de salaires, crédits en direction des chômeurs pour la création d’entreprises…), suffiront à faire baisser la tension et à ramener calme et sérénité dans la maison Algérie.

Nier l’aspiration à la liberté politique constitue un pari. La rue tranchera.

Lire aussi:Bouteflika annonce des réformes politiques
L’Algérie dans l’attente d’un changement politique et social profond
L’Algérie se tourne résolument vers le sud
Abdelhamid Mehri : «pour construire la démocratie il faut absolument abandonner la pratique de l’exclusion.»
Karim Djoudi : "l'Etat peut intervenir pour soutenir le financement de l’investissement dans les entreprises"


Amal Belkessam, à ALGER


Lundi 18 Avril 2011



Lu 1838 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise