Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les pourparlers sur l'avenir de la Syrie officiellement reportés


Alors que le combats se poursuivent, la réunion pour la paix en Syrie, qui devait se tenir à Genève le 8 février 2017, est reportée de quinze jours pour laisser une chance au cessez-le-feu de se consolider et ainsi favoriser les discussions. La Russie a livré une proposition de nouvelle constitution.



Selon l'OSDH le cessez-le-feu n'est pas respecté (photo : OSDH)
Selon l'OSDH le cessez-le-feu n'est pas respecté (photo : OSDH)
SYRIE. Comme l'avait indiqué, vendredi 27 janvier 2017, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, les négociations de paix en Syrie sont bel et bien reportées. Initialement, ces pourparlers organisés par l'Onu à Genève et réunissant le régime syrien, son opposition (hors djihadistes) ainsi que des représentants russes, turcs et iraniens, devaient se dérouler le 8 février 2017.

Mardi 31 janvier 2017, du siège des Nations Unies à New York, Staffan de Mistura a confirmé que les négociations de paix en Syrie ne débuteraient que le 20 février 2017 comme il l'a proposé au Conseil de sécurité. L'émissaire spécial de l'Onu pour la Syrie, veut "donner une chance au cessez-le-feu d'être consolidé... Si ce cessez-le-feu devient aussi solide que nous l'espérons, cela ne fera qu'aider les pourparlers syriens à être concrets". L'arrêt des combats avait été décidé, sur l'initiative de la Russie, la Turquie et l'Iran, en décembre 2016 entre le gouvernement syrien et plusieurs groupes armés d'opposition.

Staffan de Mistura souhaite que l'opposition syrienne forme un front uni. Il ajoute que si cela n'est pas le cas d'ici d'ici le 8 février 2017 - date à laquelle devraient partir les invitations aux participants - il utiliserait sa prérogative d'envoyé spécial pour sélectionner les membres de la délégation de l'opposition pour qu'elle soit aussi inclusive que possible et comprenne notamment des femmes.

Une nouvelle constitution plus démocratique

Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, a confirmé le report des pourparlers de paix en Syrie (photo : Onu/Mark Garten)
Staffan de Mistura, l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, a confirmé le report des pourparlers de paix en Syrie (photo : Onu/Mark Garten)
Alors que fin décembre 2016, le régime syrien a accepté le principe de la création d'un gouvernement d'unité nationale avec l'opposition ,les acteurs de ce conflit se sont déjà rencontrés, à Astana (Kazakhstan), les 23 et 24 janvier 2017, pour préparer la réunion de Genève. "Un pas important vers la reprise du dialogue inter-syrien à Genève" indiquait le Conseil de sécurité de l'Onu.

Mercredi 1er février 2017 lors de la 4e session du Forum ministériel russo-arabe à Abou Dhabi, Sergueï Lavrov, cité par l'agence syrienne Sana, a demandé à l'Onu de "cesser l'atermoiement dans la reprise des pourparlers de Genève et d'accélérer les efforts visant à organiser un nouveau round de pourparlers syriens". Pour le ministre russe, "la réunion d'Astana n'est pas une alternative au processus de Genève."

Au cours des entretiens au Kazakhstan, la Russie a lancé un projet de constitution démocratique dévoilé par l'agence russe Sputnik (ex-Ria Novosti) mercredi 1er février 2017. Ce texte élimine le mot arabe du nom du pays pour ne retenir que République syrienne. En outre, toute allusion à la religion musulmane se trouve effacée. "La République syrienne est un État indépendant souverain démocratique fondé sur les principes de l'état de droit, de l'égalité et de l'unité sociale, du respect des droits et des libertés de tous les citoyens sans aucune différenciation", précise un des articles proposés. La Syrie deviendrait, selon les experts russes qui ont rédigé ce texte, un pays multiconfessionnel et multiethnique même si la langue officielle resterait l'arabe. Mais, la langue kurde aurait également droit de cité.

Le pouvoir serait exercé par un président et son gouvernement qu'il nommera. Elu au suffrage universel égal, direct et par scrutin secret pour un mandat de sept ans renouvelable un seule fois, le chef de l'Etat devra avoir plus de quarante ans. Il représentera la Syrie dans les relations internationales, sera chef suprême des armées et le garant de l'indépendance nationale, de l'unité et de l'intégrité territoriale du pays. Le président ne disposera pas de la fonction législative. Elle sera uniquement dévolue à une Assemblée populaire et à une Assemblée des territoires. Les députés seraient élus au scrutin secret direct pour un mandat de quatre ans.

La transmission du pouvoir se ferait pacifiquement après l'adoption de la nouvelle constitution par référendum.

La constitution syrienne actuelle date de 1973. Elle a cependant été révisée, en février 2012 par référendum en plein conflit, pour instaurer le pluralisme politique (avant le pouvoir était réservé au seul parti Baas) et réduire le mandat du président à sept ans renouvelable une seule fois.

Les combats continuent malgré le cessez-le-feu

Selon Staffan de Mistura, le mécanisme pour superviser et mettre en oeuvre le cessez-le-feu défini à la réunion d'Astana, "dans l'ensemble fonctionne de manière assez efficace en Syrie". Le représentant de l'Onu pense que "ce cessez-le-feu a plus de chances que les précédents de tenir, notamment avec l'établissement de ce mécanisme."

Dans la même ville d'Astana se tiendra le 6 février 2017 une réunion technique pour examiner les résultats de la mise au point de ce mécanisme de contrôle de cessez-le-feu. Un communiqué du gouvernement russe, cité par l'agence Tass, précise "la nécessité de préserver et contrôler la cessation des hostilités en Syrie et de poursuivre les efforts déployés pour le règlement de la crise en Syrie". Le texte appelle "en même temps à lutter contre les groupes terroristes". Pour Sergueï Lavrov, "le cessez-le-feu reste ouvert à tous les groupes armés qui souhaitent le rejoindre, sauf l'Etat islamique et le Front al-Nosra."

Selon un bilan dressé mercredi 1er février 2017 par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), "la trêve en place depuis trente-deux jours a connu des violations continues". L'OSDH cite notamment des affrontements entre forces rebelles et armée du régime dans la zone d'Al-Samdania, des attaques aériennes à al-Zowar, Morek, Idlib, Kafar Ein et Kafa Zita, et des tirs d'obus à Ein Terma. Mais aussi entre l'armée régulière et l'Etat islamique avec une tentative de reprise du site de Palmyre et entre rebelles et Etat islamique à Daraa et al-Raqqa.

Le 8 janvier 2017, lors d'une interview réalisée par plusieurs médias français, Bachar al-Assad avait déclaré vouloir libérer "chaque centimètre carré du territoire" de son pays.




Mercredi 1 Février 2017



Lu 2181 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 16 Octobre 2017 - 10:36 Rakka libérée des jihadistes

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Finance islamique : l'Algérie dans les starting blocks


avis d'expert

Ezzedine Ghlamallah, fondateur et directeur du cabinet de conseil Saafi


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF