Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les patrons des deux rives n'affichent pas tous les mêmes priorités dans la future Union pour la Méditerranée


Une enquête CGPME/IPSOS révèle que les chefs d’entreprises de six pays du Bassin Méditerranéen attendent beaucoup du projet de l’Union pour la Méditerranée. Mais, selon leur origine, la hiérarchie des priorités varie.



La Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) et la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes ont réalisé du 14 avril au 5 mai 2008 un sondage sur les attentes concrètes des patrons de Pme à l’égard de la future Union pour la Méditerranée (UPM). L'enquête a été confiée à l’Institut IPSOS. Les 933 entrepreneurs de six pays (Algérie, Espagne, France, Italie, Maroc et Tunisie) interrogés espèrent en premier lieu que l’UPM soutienne la création d’entreprises (42% des dirigeants). Ils désirent qu'elle associe les Pme aux nouvelles réglementations les concernant (38%) et qu'elle procède à une harmonisation fiscale (34%).

Reste que, et ce n’est pas le moindre des enseignements de cette enquête, la hiérarchie des attentes varie d’un pays à l’autre. Ainsi, 34% du total des sondés donnent la priorité à l’harmonisation fiscale. Mais ils sont 57% des chefs d’entreprises algériens à la préconiser et 46% des Français.
Autre thème évoqué, le soutien à l’innovation (priorité pour 42% des patrons interrogés) reste un souhait moins évident en Algérie (8%) et en France (12%) mais très fort au Maroc (46%), en Tunisie (40%), en Espagne (35%) et en Italie (32%).
Au sein des pays du Maghreb, les patrons se montrent plus attachés à la création d’une banque méditerranéenne d’investissement (83% pour les Algériens, 37% pour les Marocains) que leurs homologues européens (13%). Seuls les patrons tunisiens, avec seulement 14%, se distinguent de leurs voisins.

A l’inverse, les patrons de l’Union Européenne penchent davantage vers la mise en place d’une Chambre de Commerce et d’Industrie spécialement dédiée (37% pour les Français et 25% pour les Italiens). Ceux du Maghreb ne sont que 15% à le souhaiter (1% en Algérie, 19% en Tunisie et 25% au Maroc.)
Sur les 417 chefs d’entreprises (35% de l’échantillon) annonçant envisager « une nouvelle implantation au cours des mois et des années qui viennent », 37% pourraient l’effectuer au sein de l’UPM.
Autant de données qui viendront sans doute alimenter les débats lors du sommet sur le projet d’Union Pour la Méditerranée le 13 juillet prochain, à Paris.

Frédéric Dubessy

www.cgpme.org


frederic dubessy


Mardi 20 Mai 2008


Lu 347 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 10:09 L'Ipemed ouvre une antenne en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise