Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les mineurs tunisiens de Kalaât Khasba tirent la sonnette d'alarme


Quel est le sort des mineurs de Kalaât Khasba, ville rattachée au gouvernorat du Kef? Une question délicate s'il en est. Chaque fois que le sujet est évoqué, il provoque un malaise.



La mine de phosphate est délaissée (photo DR)
La mine de phosphate est délaissée (photo DR)
TUNISIE. Jour après jour, l'étau se resserre autour des mineurs de Kalaât Khasba. Après la décision du 1er octobre 1992 et de la carette (loi) en date de 16 février 1993 relative à l'assainissement sociale de la mine de Kalaât Khasba appartenant à la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), la dite mine a été fermée au mois de juin 1993. La mine de phosphate qui a connu ses beaux jours sous la direction de la famille Belo et Belini en 1903 a été déclarée, suite à la décision de fermeture mine délaissée.

Après vingt-trois ans de dictature, les mineurs ressentent le besoin légitime de s'exprimer. Résultat,: le dossier de la mine de phosphate de Kalaât Khasba est de nouveau sur la table de négociations. 
Ils auront attendu dix-neuf ans pour manifester leur mécontentement vis-à-vis à la décision de fermeture, prise hors promotion et à titre exceptionnel. Car nul ne veut aborder le sujet. On veut être positif sur le dossier, à tout le moins circonspect.

Tout frais gouverneur du Kef, Mohamed Néjib Thlijani, a, mi-février 2011, mis tous les acteurs de Kalaât Khasba autour de la table pour discuter de l'affaire.

"On a décidé d'ouvrir un front pour la défense de nos droits"

Hassan Chikhaoui veut la réouverture de la mine (photo DR)
Hassan Chikhaoui veut la réouverture de la mine (photo DR)
Pour Hassan Chikhaoui, l'un des techniciens œuvrant à l'époque pour le compte de l'ex compagnie de phosphate de Kalaât Khasba, l'arrêt prématuré et la mise en veilleuse de la mine par la CPG a plongé la région en crise.
"C'est une décision lourde de conséquences pour la vie économique de la région. La mine représentait à l'époque un formidable réservoir d'emplois. Elle embauchait dans les années 80 près de 700 personnes. Suite à la réduction de l'effectif, on recensait plus que 165 travailleurs", atteste notre interlocuteur. N

e craignant pas le jugement de ses pairs, Hassan Chikhaoui le déclare urbi et orbi:" Nous avons décidé de mener un autre combat, d'ouvrir un front pour la défense de nos droits. Nous demandons la réouverture immédiate de la mine de Kalaât Khasba qui dispose de gigantesques gisements de phosphates avoisinant les trente millions de tonnes de phosphate non exploités."

"Les yeux des investisseurs braqués sur la mine de Kalaât Khasba "

La mine de phosphate de Kalaât Khasba ne cesse de susciter l'intérêt des investisseurs comme le confirme Hassan Chikhaoui.  "La famille Chikhaoui immigré en Amérique, à titre d'exemple, a dévoilé récemment son intention de recycler le phosphate de la mine de Kalaât Khasba. Ces jours-ci j'ai entendu parler d'investisseurs australiens en quête d'opportunités d'investissement dans la région. Les rumeurs vont bon train. A mon avis, rien n'est confirmé pour le moment" estime-t-il.

Aux yeux de Farid Chikhaoui, professeur au secondaire, autant de dossiers, voire le chômage, la santé, l’économie sont encore au centre de bisbilles et de confusion. "Le droit de grève est un élément fondamental en démocratie et personne ne peut revenir sur ce point. C'est pour cette unique raison que nous avons fait une grève pendant cinq jours pour que nos revendications soient entendues" confirme-t-il. 

"Parmi nos revendications figurent la réouverture de la mine de Kalaât Khasba et la nécessité de mettre davantage l'accent sur l'emploi dans le cadre des plans de la relance économique et l'enlèvement et le traitement de 2 millions de tonnes de phosphate , au centre ville, s'étalant sur une superficie de 25 hectares, ce qui rend difficile l'usage futur des terrains", explique Farid Chikhaoui.

Les mineurs de Kalaât Khasba militent quotidiennement pour maintenir le cap de leurs objectifs. Espérons bien qu'au plus haut niveau, le dossier de la mine de phosphate de Kalaât Khasba fasse l'objet d'un suivi attentif.     


Rym Tlili, à TUNIS


Mardi 22 Février 2011



Lu 3092 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par bouazizi med sabri le 22/02/2011 23:00
Merci pour cet article

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise