Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les investissements étrangers "déçoivent" en Méditerranée


L'observatoire Anima-Mipo dresse un bilan plutôt négatif des investissement direct à l'étranger en Méditerranée Aussi bien qualitativement que quantitativement.



Le rapport étudie les investissements en Méditerranée pour l'année 2011 (photo Anima)
Le rapport étudie les investissements en Méditerranée pour l'année 2011 (photo Anima)
MÉDITERRANÉE. L'observatoire Anima-Mipo  publie un rapport sur l'investissement direct à l'étranger (IDE) : "les défis de la transition", dans les pays MED (Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Autorité palestinienne, Syrie, Tunisie, Libye et Turquie).

Bilan du rapport : la déception l'emporte. Hormis en Turquie, en Israël et au Liban, les pays "attirent relativement peu d’investissements" du fait principalement de la crise économique et du "printemps arabe". Par surcroît, l'observatoire ajoute que "les projets d’IDE détectés se concentrent dans des secteurs relativement peu efficaces en termes de création d’emplois" et peuvent aggraver la "pression environnementale sur un littoral déjà surexploité".
 
A la baisse des IDE et des revenus du tourisme se complète parfois par une diminution des exportations en 2011 (-16% en Égypte, -30% en Syrie, -67% en Libye).

'Anima prône le retour à l'investissement privé répondant "aux atouts et besoins de la région". De plus, l'observatoire invite les différentes parties prenantes à envelopper, dans les projets d'investissement, le développement durable.

Les investissements dans la région MED et en Europe en 2011

Les investissements de certains des pays du sud méditerranéen continuent "de dégringoler" (photo F. Dubessy)
Les investissements de certains des pays du sud méditerranéen continuent "de dégringoler" (photo F. Dubessy)
En Europe, les entreprises européennes arrivent toujours en tête et représentent encore environ "la moitié (45% en 2011) des investissements étrangers en montant". Mais, avec seulement "12 mrds€ annoncés en 2011, soit 7 mrds€ de moins qu’en 2010, les Européens sont  toutefois à leur plus bas niveau depuis 2004". 
 
Les investissements de certains des pays du sud méditerranéen continuent "de dégringoler" : en Turquie (division par deux du nombre de projets d’investissement et de partenariat dans les pays MED), en Égypte (6 mrds€ de moins en 2011 par rapport à 2010) et en Syrie (2 mrds€ de moins qu’en 2010).

Au Liban, "le nombre de projets est stable, mais les montants sont en forte régression (64 M€,  soit 10% des IDE de 2010)"  tandis qu'en Jordanie "la baisse par rapport à 2010 est également significative : deux fois moins de projets annoncés". Par ailleurs, les Territoires palestiniens ne font l'objet d'aucun projet d’investissement.

Si, en Algérie, les IDE ont doublé entre 2012 et 2011 ceci s'explique par le "niveau historiquement bas atteint en 2010" . Mais son portefeuille de projets apparaît "plus diversifié qu’auparavant" dans le secteur immobilier, bancaire, énergétique et pharmaceutique. La Tunisie et le Maroc perdent chacun 1 mrd€ d’IDE entre 2010 et 2011 et la Libye voit son montant d’IDE divisé par quatre en 2011.

Seul Israël "flirte en 2011 avec les niveaux records d’IDE de 2005-2006".

Certains indicateurs apaise quelque peu la déception de l'observatoire avec "une légère reprise des IDE enclenchée au cours des derniers trimestres" mais aussi l'apparition "d'une certaine rotation sectorielle dans les projets d’investissement, qui a privilégié les secteurs les plus stratégiques pour la région (agroalimentaire, médicament, industrie, distribution), et plus efficaces en termes de création d’emplois (logiciels, automobile, électronique, banque)".

Voir :Le rapport sur bilan 2011 et impact des crises sur l’investissement direct étranger

Lire aussi :

L’investissement domestique doit être la courroie d’entraînement des IDE

La crise de la zone euro affecte les économies des rives sud et orientale




Lundi 5 Novembre 2012



Lu 1307 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:50 L'Algérie dans le doute €


Commentaires

1.Posté par Gérard Tur le 08/11/2012 16:54
Question de la rédaction aux lecteurs d'Econostrum.info : Pensez-vous que les Etats ont raison d'accorder d'importantes facilités aux investisseurs directs étrangers?

2.Posté par Charles le 10/11/2012 16:55
L'investissement étranger dans un pays semble indispensable à la création d'emplois et la croissance. Mais le coût engendré pour l'incitation à l'investissement peut ensuite se répercuter sur d'autres éléments de manière néfaste.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise