Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les importations italiennes mises à mal par les conflits


Malgré la baisse de trafic, armateurs et courtiers italiens restent confiants compte tenu des besoins de développement que le printemps arabe devrait susciter.



Le port de Gênes en Ligurie (DR)
Le port de Gênes en Ligurie (DR)
ITALIE  « Dix-neuf pour cent du trafic maritime mondial de marchandise transite par la Méditerranée et ses quelque quatre-vingts principaux ports. Près de 2 000 bateaux prennent la mer chaque jour, ils transportent environ 1,4 milliard de tonnes de marchandises chaque année. Les troubles qui touchent des pays comme l’Égypte, la Tunisie, la Libye ou encore la Syrie ne peuvent donc qu’impacter le trafic maritime, en particulier le transport des ressources énergétiques, pétrole et gaz » constate le porte-parole de Confitarma (Confédération des armateurs italiens ).

Déjà dans une situation économique difficile avec un taux de croissance qui devrait être inférieur à 1% sur l’année 2011, l’Italie, très dépendante des importations de pétrole et de gaz, subit plus que d’autres pays occidentaux le contrecoup de ces bouleversements géopolitiques.

Aux sanctions déjà décidées contre l’Iran, se sont ajoutées celles qui concernent deux partenaires économiques importants pour la Péninsule, la Libye et la Syrie.  «  Pour ce qui est des importations, gaz et pétrole sont principalement concernés » confirme Gian-Enzo Duci, vice-président de Assagenti  qui, à Gênes, fédère les professionnels du shipping, agents maritimes et courtiers.

L’Italien ENI était jusqu’ici le premier groupe pétrolier en Libye, 38% des importations italiennes de pétrole et 10% du gaz provenaient de Libye. L’Union européenne a, en outre, décidé de suspendre les importations de pétrole en provenance de la Syrie pour sanctionner la gestion de la crise par le président Bachar al-Assad. « Un tiers des exportations du pétrole syrien est à destination de l’Italie, c’est pourquoi notre gouvernement a demandé un délai de deux mois avant l’entrée en vigueur de l’embargo » précise le vice-président d’Assagenti.

Pour les contrats qui ont été signés avant que ne soient prises ces mesures, courtiers et armateurs n’ont d’autres solutions que d’invoquer, pour justifier la non-exécution du contrat, la force majeure, ce sera ensuite aux tribunaux d’apprécier la situation en cas de désaccord. Les bateaux battant pavillons européens n’ont pas le choix, ils doivent respecter l’embargo. Confitarma  veille cependant, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères, à ce que ces sanctions n’introduisent pas de discriminations entre les différents opérateurs européens ou entre ces derniers et des armateurs de pays autres que ceux de l’Union européenne. 

Miser sur la reprise des échanges

Gian-Enzo Duci, vice-président de Assagenti Genova (DR)
Gian-Enzo Duci, vice-président de Assagenti Genova (DR)
Armateurs et courtiers italiens sont sur la même longueur d’onde. La normalisation des relations avec La Libye après la chute de Kadhafi pourrait permettre de compenser le manque à gagner suite aux sanctions décidées à l’égard de la Syrie. «  Les importations de pétrole libyen devraient reprendre, mais nous espérons aussi pouvoir affréter des bateaux pour assurer la livraison des biens d’équipements nécessaires à la reconstruction du pays » estime Gian-Enzo Duci. Reste une inconnue de taille : quel sera le poids de l’Italie dans les futures relations économiques avec la Libye car la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis sont sur les rangs et la concurrence sera vive.

Pourtant dans ce contexte incertain, Gian-Enzo Duci préfère voir le verre à moitié plein. « Le printemps arabe ouvre de nouvelles perspectives pour les ports des rives nord de la Méditerranée. Égypte, Tunisie, Libye… vont avoir d’importants besoins pour assurer le développement économique de leurs pays. L’arrivée de la démocratie est un signe positif et fournit une base solide à une coopération future plus étroite avec les pays occidentaux ».  




Mercredi 14 Septembre 2011



Lu 2100 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise