Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les grandes routes de la migration guidées par la religion




La culture influe-t-elle sur les flux migratoires ? L’étude Femise (FEM 42-03) analyse l’impact des facteurs culturels sur le choix des destinations des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Si la corrélation entre pays d’origine et passé colonial persiste, le Printemps arabe a cependant réduit l’intensité du choix du pays de destination par la culture.



52,3% des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord envisagent de s’installer dans un pays de l’OCDE. ©N.B.C
52,3% des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord envisagent de s’installer dans un pays de l’OCDE. ©N.B.C
Dans quelle mesure les anciennes colonies et protectorats français ou britanniques ont-ils  conservé un lien avec les grandes puissances  de la fin du 19ème siècle ? 60 ans après la décolonisation, quelles sont les influences et les corrélations avec les migrations ?

L’impact de la culture sur les flux migratoires, peu étudié jusqu’à présent, vient de faire l’objet de travaux au sein du Forum Euro-méditerranéen des Instituts de Sciences Economiques (FEMISE). L’équipe, composée de Frédéric Docquier, Aysit Tansel, et Riccardo Turati, professeurs d’économie à Louvain et Ankara, a analysé  les phénomènes migratoires de 17 pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Mena) sur la période 2007 à 2016. « Les indicateurs culturels sont correlés au niveau de développement économique », indique le rapport en se focalisant sur les attitudes par rapport aux inégalités hommes-femmes et sur la religiosité.

Les travaux de recherche révèlent que les traits culturels n’exercent pas d‘effet significatif sur les intentions migratoires à destination des pays non-membres de l’OCDE. En revanche, la progressivité en termes de religiosité et d'égalité entre les sexes affecte positivement les aspirations à migrer vers les pays-membres de l'OCDE.
 

Impact de la culture dans les pays à majorité sunnite

Par ailleurs, l’étude démontre que les attitudes vis-à-vis des inégalités hommes-femmes sont marginalement significatives. Cependant, « les jeunes migrants issus des pays MENA sont plus progressistes en terme d’égalité hommes-femmes que le reste de la population », complète l’étude.   
En revanche, la religiosité joue un rôle déterminant pour les destinations européennes ou vers l’Amérique du Nord, alors qu’il ne l’est pas pour la Turquie. « La sélection par la culture s’avère encore plus forte dans les pays à majorité sunnite », indiquent les auteurs du rapport Femise.

D’après le document, 52,3% des migrants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord envisagent de s’installer dans un pays de l’OCDE. Cette proportion atteint 90% s’agissant du Maroc et de l’Algérie et 35% des migrants syriens et 30% des jordaniens alors qu’elle se résume à  seulement 10% des migrants au Yemen et au Niger. Preuve de l’empreinte laissée par le colonialisme.
 
En effet, l’histoire continue d’influencer les aspirants migrants dans le choix de leur destination. A la fin du 19e  siècle et au début 20e siècle, l’Algérie, le Tchad, le Mali, le Liban, la Mauritanie, le Maroc, le Niger, la Syrie et la Tunisie étaient des colonies ou des protectorats français et bénéficiaient donc d’un socle culturel commun. Il en va de même pour l’Egypte, l’Irak, la Jordanie et le sud du Yemen qui furent colonisés et  administrés par la Grande-Bretagne à la même époque. L’Azerbaïdjan, sous la domination de l’Union Soviétique, a proclamé son indépendance en 1991 et fait partie des pays les plus progressistes avec le Liban en termes d’égalité homme-femme et s’agissant du fait religieux.
 
Si les caractéristiques des grands flux migratoires se maintiennent, des évolutions ont suivi les événements du printemps Arabe. Suite aux émeutes, aux violences en Egypte, en Algérie, en Irak en Tunisie et au Yémen, ces pays ont développé une vision progressiste et « condamnent la violence sur les civils », précise le rapport.
 
Cliquez ici pour lire l'intégralité du rapport Femise FEM42-03
 


Lundi 6 Novembre 2017




Lu 1302 fois











RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA