Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

"Les fuites sont le principal problème des réseaux d'eau potable au Maroc"


Alors que se tiennent du 20 au 21 janvier 2010 à Rabat (Maroc) les 3 èmes rencontres des services publics de l'eau des pays arabes de l'association ACWUA (Arab Countries Water Utilities Association), François Coulange, directeur de la filiale Eaux de Marseille Maroc (EMM) et intervenant , fait le point sur la problématique du rendement des réseaux d'eaux potables dans ce pays.



François Coulange, directeur des Eaux de Marseille Maroc, intervient lors du colloque de l'ACWUA (photo EMM)
François Coulange, directeur des Eaux de Marseille Maroc, intervient lors du colloque de l'ACWUA (photo EMM)
econostrum : Depuis combien de temps les Eaux de Marseille travaillent au Maroc ?

François Coulange : Filiale du groupe Eaux de Marseille, Les Eaux de Marseille Maroc sont présentes depuis vingt ans dans ce pays avec une activité d'ingénierie liée à l'eau potable et à l'assainissement. Nous proposons des services tels que des audits, la rédaction de schémas directeurs, des études d'amélioration de rendement, de l'assistance technique, des campagnes de mesures, et des modélisations.

Nous proposons également des formations liées aux métiers de l'eau et de l'assainissement au Maroc, chez nos clients ou à Marseille, dans le cadre de l'École des métiers du Groupe des Eaux de Marseille.

Nous réalisons également des prestations pour divers clients distributeurs d'eau comme la recherche de fuites d'eau ou les diagnostics de réseaux. Nous travaillons dans les principales villes du Maroc.

Les Eaux de Marseille Maroc emploient cinquante salariés et réalisent un chiffre d'affaires de 2 M€ par an.

Un rendement des réseaux d'eau potable de seulement 65% en moyenne

Une des quinze équipes de recherche de fuites des Eaux de Marseille Maroc (photo EMM)
Une des quinze équipes de recherche de fuites des Eaux de Marseille Maroc (photo EMM)
econostrum :  Quels sont les principaux problèmes rencontrés dans la gestion des réseaux d'eau potable au Maroc ?

François Coulange :
C'est tout d'abord le rendement. Le rendement d'un réseau se calcule par le résultat d'un rapport entre le volume d'eau facturé et l'eau produite. La différence s'explique par des fraudes, une mauvaise comptabilité mais aussi par des fuites d'eau. C'est d'ailleurs l'un des principaux problèmes dans beaucoup de pays.

A Marseille, ce rendement est de 85% ce qui un excellent chiffre dans la profession. Au Maroc, il est en moyenne de 65%.

Certaines villes comme Rabat ou Agadir font mieux et atteignent les 80% car, depuis très longtemps elles mènent une politique de renouvellement des réseaux et des compteurs. La plupart des autres villes ont des rendements médiocres.

Une prise de conscience générale est en cours. L'eau est rare, chère et précieuse. Il faut donc diminuer les pertes.

econostrum : Quelle solution proposez-vous ?

François Coulange :
Pour diminuer les pertes, les Eaux de Marseille Maroc proposent  aux gestionnaires de la distribution d'eau potable un service de recherche de fuite depuis 2000. Nous avons débuté avec une puis deux équipes de cinq personnes et aujourd'hui nous en comptons quinze dans tout le Royaume.

Nous intervenons également sur les réseaux internes des palais royaux. Même des villes comme Rabat continuent à faire appel à nous pour maintenir leur bon niveau de rendement en évitant les fuites d'eau potable.

Cest cette expérience que nous allons présenter lors du congrès ACWUA.




Mercredi 20 Janvier 2010



Lu 5196 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 18 Juillet 2014 - 11:38 La "Caixa" second actionnaire de Suez Environnement

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes questions non réglées de la négociation du Caire
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La négociation laborieusement engagée au début du mois, au Caire, entre Israéliens et Palestiniens est dramatiquement bloquée.
 

avis d'expertIrak : l'État islamique pourrait bien changer la face du Moyen-Orient…mais pas comme nous le croyons…
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Actuellement, dans le nord et l'ouest de l'Irak, a surgi un nouveau péril : l'État islamique (EI), le Daech, en arabe, d'Abou Bakr al-Baghdadi, connu à présent sous le nom du calife Ibrahim.

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL'économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d'acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d'Algériens.

Autres avis d'experts