Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les financements de la BEI ne profitent pas aux pays du Sud, selon une coalition d'ONG




La BEI n'a ni le personnel, ni l'expertise nécessaires pour travailler sérieusement sur le développement, estime le rapport (photo DR)
La BEI n'a ni le personnel, ni l'expertise nécessaires pour travailler sérieusement sur le développement, estime le rapport (photo DR)
EUROPE.  "Les populations des pays en développement ne bénéficient pas des milliards d'euros prêtés chaque année par la BEI " (Banque européenne d'investissement), conclut un rapport  des Amis de la Terre et de la coalition Counter Balance (1). Les auteurs demandent que "l’argent européen pour le développement ne passe plus par la BEI et s’opposent à la création d’une nouvelle Banque européenne pour le développement issue de la BEI".
 
Publié jeudi 25 février 2010, le document s'intitule « Dans l'intérêt des multinationales plus que du développement : pourquoi l'action de la BEI hors de l'UE est un échec ».
 
Se basant sur "de nombreux projets désastreux" financés par la BEI dans les pays en développement, le rapport explique l’échec de l’activité de la BEI hors de l’UE notamment par "l’incompatibilité entre différents mandats de la Banque qui rend sa mission pratiquement impossible" et le "manque de compétences de l’institution, qui n’a ni le personnel, ni la culture interne, ni les procédures pour mettre en œuvre un travail sérieux sur le développement". 
 

La BEI ne devrait plus être impliquée dans le développement

Alex Wilks, consultant et auteur du rapport, estime que la BEI "se contente d’un modèle archaïque basé sur des prêts à de grosses multinationales, des soutiens aux industries extractives et aux énergies fossiles, ou des lignes de crédits totalement opaques à des intermédiaires financiers. Elle manque totalement d’expertise environnementale et sociale et n’est pas compétente pour intervenir dans les pays en développement."
 
Selon Desislava Stoyanova, coordinatrice de la coalition Counter Balance, "la Banque n’est pas capable d’opérer des changements assez profonds pour devenir pertinente en matière de développement. Elle ne devrait plus être impliquée dans ce domaine". Les ONG demandent que l’argent européen soit "redirigé vers des institutions existantes autres que la BEI, notamment les institutions liées aux Nations Unies".
 
Dans ses recommandations, la coalition préconise notamment de privilégier les prêts à la région ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique), d'identifier des objectifs en lien avec ceux de l'UE, de limiter les sommes prêtées à 2 mds€ pour la période 2011-2013, et de ne plus financer les projets liés aux énergies fossiles ni à l'adaptation aux changements climatiques. 

(1) La coalition Counter Balance regroupe la CEE Bankwatch Network (Europe centrale et orientale), les Amis de la Terre (France), Urgewald et WEED (Allemagne), Campagna per la Riforma della Banca Mondiale (Italie), BothEnds (Pays-Bas) et Bretton Woods Project (Grande-Bretagne). 


Lire aussi : La BEI a consenti 79 mds€ de prêts en 2009
La BEI veut se rendre plus visible pour aider davantage les PME européennes
La Femip, bras armé de la BEI en Méditerranée, a investi 1,6 md€ en 2008


Marie-Pierre Vega


Lundi 1 Mars 2010



Lu 2572 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 10:09 L'Ipemed ouvre une antenne en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise