Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Les économistes Lorenzi et Reiffers pour une zone monétaire en Méditerranée


Les deux économistes ont recommandé samedi 10 octobre 2009, lors des 5èmes rendez-vous de la Méditerranée, à Marseille, l’instauration d’une zone monétaire permettant d’ancrer les pays du sud de la Méditerranée à l’euro et la création d’une banque méditerranéenne de développement, à l’image de la BIRD.



Zone monétaire et Banque Méditerranéenne de Développement sont les deux gestes forts indispensables pronés par Jean-Louis Reiffers... (Photo DR)
Zone monétaire et Banque Méditerranéenne de Développement sont les deux gestes forts indispensables pronés par Jean-Louis Reiffers... (Photo DR)
FRANCE / MEDITERRANEE. Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des Economistes, et Jean-Louis Reiffers, président du conseil scientifique de l’Institut de la Méditerranée, appellent à la création d’une zone monétaire en Méditerranée et d’une Banque Méditerranéenne du Développement.

Pour les deux économistes organisateurs des 5ème Rendez-vous de la Méditerranée samedi 10 octobre 2009, à Marseille, la crise n’est pas finie, la situation risque même de se détériorer en 2010 et 2011. Ils craignent donc « l’impact majeur que ce choc pourrait avoir sur les pays méditerranéens ».

Une étude de la Femise sur les pays méditerranéens face à la crise, coordonnée par Jean-Louis Reiffers et l’égyptien Ahmed Galal, de l’Economic Research Forum, souligne que les quatre canaux de transmission de la crise aux pays méditerranéens sont au rouge.

Ainsi, les exportations de biens seront en chute en 2009 dans de nombreux pays (-40% en Algérie, -28% en Egypte, -25% en Tunisie et en Turquie, -23% au Maroc, …), les importations sont toujours en hausse (+ 6,4% en Syrie, +3,3% au Liban, +2,7% en Jordanie, +2,3% en Egypte, …), les importations de revenus de migrants sont en baisse (-17% en Algérie, -15% en Israël, -12% au Liban,…) et les investissements étrangers en forte baisse (-50% sur l’ensemble de la zone au 1er semestre selon Anima.)

Stabiliser les taux de change autour de l'Euro

...et par Jean-Hervé Lorenzi (photo DR)
...et par Jean-Hervé Lorenzi (photo DR)
La croissance perdure dans un certain nombre de pays du Sud de la Méditerranée mais à un niveau très inférieur à celui des années précédentes (+ 3 à 4% en 2009 selon la Banque Mondiale). « Cette détérioration joue fondamentalement sur les capacités d’intervention des différents acteurs, dont les banques centrales, mettant en danger, à terme, à la fois la solvabilité de certains Etats souverains, les marchés de l’emploi et les politiques de lutte contre la pauvreté », soulignent Lorenzi et Reiffers.

Les deux économistes mettent donc en avant « l’absolue nécessité » de protéger cet espace en mettant enfin en œuvre des politiques méditerranéennes régionales. Avec pour priorité, la constitution d’un vaste marché.

Pour eux, il faut franchir une étape décisive dans l’intégration monétaire en fixant « des taux de change stabilisés entre les principales monnaies de la région, principalement autour de l’euro, ce qui passe par la mise en place d’un dispositif institutionnalisé qui permette de faire jouer la solidarité entre banques centrales de la région ». Une sorte de serpent monétaire permettant d’ancrer ces pays à l’euro, avec un taux de change flottant qui serait soutenu par les banques centrales.

Une banque de développement focalisant sur les PME

Deuxième initiative souhaitée : la création d’une Banque Méditerranéenne du Développement, qui est, selon eux « la seule façon d’apporter une vraie réponse aux problèmes de financement des économies, en particulier des PME, point de passage incontournable pour les créations d’emploi».

« On ne fera pas de transferts massifs vers la zone Méditerranée sans y mettre un symbole fort. La création de la BIRD a été pleine de symbole. Il faut faire de même pour la Méditerranée », assure Jean-Hervé Lorenzi.

Car, « à force de jouer petit bras dans l’Union pour la Méditerranée, on n’avance pas », regrette Jean-Louis Reiffers.

UPM à géométrie variable

Une pierre dans le jardin d’Henri Gaino venu expliquer que « le 1er succès de l’Union pour la méditerranée est d’être encore vivante ». « On a pris du retard mais la volonté exprimée par les peuples de la méditerranée de ne pas détruire l’UPM montre l’envie de continuer », a souligné le président de la mission UPM à la présidence de la république française.

Pendant le blocage politique due à la guerre de Gaza, « nous avons continué à travailler sur les projets. Tout cela avance », a-t-il précisé.

Pour ce dernier, l’important est d’avoir « inventé une nouvelle façon de travailler à 43 pays, selon une géométrie variable selon les projets, nul ne pouvant récuser un autre membre de l’UPM »


Aliette de Broqua


Dimanche 11 Octobre 2009



Lu 2663 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts