Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les droits de l’homme restent le principal frein au rapprochement entre le Maroc et l’Union européenne


Grain de sable dans les discussions sur le statut avancé entre le Royaume chérifien et l’Union européenne, les droits de l’homme, comme la liberté de la presse, progressent cependant.



En plein changement, le Maroc avance lentement sur les droits de l'homme mais il avance (photo F.Dubessy)
En plein changement, le Maroc avance lentement sur les droits de l'homme mais il avance (photo F.Dubessy)

MAROC / UNION EUROPÉENNE. Il y a toujours deux façons de considérer les choses. Voir la bouteille à moitié pleine ou à moitié vide. Reste que parler du rapprochement entre le Maroc et l’Union européenne sans évoquer les droits de l’homme et la liberté de la presse reviendrait à nier deux des principaux points d’achoppement au statut avancé en préparation.
 

« Avec l’UE, nous parlons de tout », assure Nabil Adghoughi, directeur des affaires européennes au ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération. Et même des droits de l’homme. « Ils sont un des points essentiels dans les discussions sur le statut avancé », affirme d'ailleurs Émilie Dromzee. Coordinatrice du projet Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme, elle reconnaît toutefois les progrès accomplis, mais évoque également un « essoufflement » dans la réforme de la justice et la réforme du droit de la presse. « Les acquis du Maroc en terme de droit de l’homme restent fragiles alors qu’il existe une grosse attente de la part de la société civile. »


Des dictateurs plutôt que des islamistes

La chercheuse Leila Mouhib pense que les aides européennes vont à l'encontre de la démocratie (photo F.Dubessy)
La chercheuse Leila Mouhib pense que les aides européennes vont à l'encontre de la démocratie (photo F.Dubessy)
Leila Mouhib, chercheur à l’Université Libre de Belgique, reste assez critique sur le rapprochement Maroc/UE. « L’Europe parle de démocratisation mais, comme dans les relations avec l’Afrique, autant d’aides financières fournies par la PEV (ndlr : Politique européenne de voisinage) ne peut que renforcer les régimes en place en leur offrant de nouvelles ressources. L’Union européenne préfère avoir des dictateurs plutôt que des islamistes. Les impacts ne sont pas toujours ce que l’on croit ! »
 

Selon elle, « le modèle de partenariat est dicté par Bruxelles. C’est le modèle européen. On ne parle jamais de menace nord/sud par exemple. J’observe que tout va toujours dans le même sens depuis la colonisation » 
 

La réponse fuse du côté de Giovanni Crémonini, coordinateur général de la PEV à la commission européenne : « Nous sommes ethnocentristes oui ! L’Union européenne est impérialiste car elle exporte ses valeurs. Mais, il s’agit d’un impérialisme accepté volontairement. » La nuance compte.

« Mon constat n’est pas une critique mais un constat sur la légitimité politique. Le pouvoir du Roi au Maroc ne peut pas être remis en cause. Le Maroc connaît plus une redistribution du pouvoir avec la dynamique régionale et le morcellement des partis qu’un bouleversement politique » souligne Leila Mouhib. Tout en reconnaissant volontiers que « les évolutions existent. Depuis le début des années 1990, nous observons indéniablement du mieux.. » 
 

Il a cependant fallu attendre 2002 pour organiser les premières élections non contestées au Maroc. Huit partis sont actuellement représentés au Parlement. Hors, pas de droit de l’homme sans une véritable démocratie !


Incontournables : l'histoire et la culture du Maroc

Eneko Landaburu dit appuyer une politique pas un régime (photo F.Dubessy)
Eneko Landaburu dit appuyer une politique pas un régime (photo F.Dubessy)

Dans le plan d’action à cinq ans (2005/2010, le suivant se discute actuellement), la promotion des droits de l’homme et le développement de la démocratie s’intégraient parmi les priorités.
 

« Il faut voir jusqu’où ce pays veut aller. En politique étrangère, nous rehaussons le niveau du dialogue. Nous appuyons une politique pas un régime ! », souligne Eneko Landaburu. Pour le chef de la Délégation de l’Union européenne au Maroc, « si on dispose d’un modèle des droits de l’homme avec une interprétation rigide énoncée par des Européens, nous allons nous tromper et être perçus comme des personnes voulant imposer leur modèle et leur vérité. Il faut tenir compte de l’histoire et de la culture du Maroc, de l’attachement à la personne du Roi. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas être vigilant ! » 
 

Le Royaume chérifien s’est doté depuis mai 1990 d’un Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH) basé à Rabat avec six bureaux régionaux dont deux autres en projet. Composé de quarante-quatre membres représentant toutes les composantes de la société marocaine, il travaille actuellement sur un plan d’action national pour la promotion des droits de l’homme et la démocratie. 


"La loi est prioritaire sur la liberté de la presse"

La liberté de la presse se heurte souvent à la loi marocaine (photo F.Dubessy)
La liberté de la presse se heurte souvent à la loi marocaine (photo F.Dubessy)

Pour Eneko Landaburu, « les droits de l’homme sont universels mais on peut les définir de façon relative. Au Maroc, les journalistes sont mal traités mais la liberté de la presse existe. Ce pays respecte beaucoup d’éléments et plus que dans le monde arabe. Il a fait beaucoup d’efforts ces dernières années. Même si certains cas sont contraires aux droits de l’homme, il faut garder raison. » 

La liberté de la presse justement ! « En 2006, nous avons été à deux doigts d’adopter un nouveau Code de la presse mais nous n’avons pas réussi à nous entendre sur le cadre général. Actuellement les discussions se poursuivent sur les attentes du lectorat, la déontologie, la formation… », explique Nabil Adghoughi. « Plus il y aura de procès, plus les juges pourront se prononcer de manière équitable. C’est dans la pratique que les standards déontologiques seront atteints », lance-t-il.

En janvier 2010, le « Journal Hebdomadaire» a du fermer ses portes, car il était trop critique envers le régime, d’autres ont été sanctionnés pour des commentaires jugés inadéquats sur la santé du Roi.
 

Directeur de la publication de l’hebdomadaire la Vie économique, Fadel Agoumi note que « le concept de liberté de la presse est très récent au Maroc et date seulement des années 90. Ces quatre dernières années il y a eu une régression mais dans le cadre de ce que prévoit la loi : Atteinte à la personne du roi, à la famille royale ou à la marocanité du Sahara. Faire respecter la loi est prioritaire sur la liberté de la presse. »
 

Un propos modéré cependant par une affirmation : « il faut changer la loi parce qu’un journaliste ne doit pas être emprisonné pour ce qu’il a écrit. Mais, je distingue information et diffamation. La presse doit aussi être responsable. »

 

Lire aussi : Le Maroc s’engage vers un rapprochement irréversible avec l’Union européenne
Les politiques et les patrons marocains approuvent le rapprochement avec l’UE mais restent vigilants

 

Les problèmes migratoires marocains se heurtent au concept de réadmission


 A SUIVRE : Du 28 juin au 2 juillet 2010 retrouvez les articles de notre enquête sur le rapprochement entre Maroc et UE.

Le 1er juillet 2010 lisez l’article :  "
Les problèmes migratoires se heurtent au concept de réadmission"



Frédéric Dubessy, à BRUXELLES, RABAT et CASABLANCA


Mercredi 30 Juin 2010



Lu 4186 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par guy.salteur-de-la-serraz@orange.fr le 01/07/2010 01:05
ATTENTION, LIBERTE DE LA PRESSE NE VEUT PAS DIRE N'IMPORTE QUOI, COMME CELA APPARAIT EN FRANCE SURTOUT A LA TELEVISION. LA GAUCHE ATTAQUE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE D'UNE MANIERE SCANDALEUSE ET DIFFAMATOIRE ET SE PERMET DES LIBERTES DE LANGAGE INADMISSIBLES.JE SOUHAITE QUE LES JOURNALISTES MAROCAINS N'IMITENT PAS LEURS CONFRERES FRANCAIS QUI SE SALISSENT ET TERNISSENT L'IMAGE DE LA FRANCE A L'ETRANGER. VOIR A CE SUJET COMMENT S. ROYAL A TRAITE LE PRESIDENT SUR UNE CHAINE NATIONALE HIER AU SOIR. INADMISSIBLE. QUAND ON NE FAIT RIEN ON SE TAIT.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise