Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les consultations pour un nouveau gouvernement libanais démarreront lundi 17 janvier 2011




Le président Michel Sleimane. (crédit Présidence de la République libanaise)
Le président Michel Sleimane. (crédit Présidence de la République libanaise)
LIBAN. Le président libanais, Michel Sleimane, a annoncé jeudi 13 janvier 2011 dans l'après-midi que les consultations des différents partis politiques concernant la formation d'un nouveau gouvernement, débuteraient lundi 17 janvier 2011, à midi. En attendant, il a demandé à Saad Hariri et au gouvernement d'assurer l'intérim et d'expédier les affaires courantes.

Lors de ce processus, les différentes formations politiques se succèderont au palais de Baabda pour informer le président de la République de leur choix concernant le nom du prochain Premier ministre.

Mohammad Raad, un député influent du Hezbollah a d'ores et déjà annoncé dans la matinée que son parti opterait pour une personnalité qui témoignera d'un "passé de résistance nationale".

Quant à Samir Geagea, le leader des Forces libanaises, l'une des composantes de la majorité du 14 mars, a déclaré hier qu'il ne pouvait y avoir d'autre choix que Saad Hariri.

Conformément à la Constitution, le poste de Premier ministre échoit à une personnalité sunnite.

La Bourse de Beyrouth en recul

La démission de dix ministres de l'opposition, à laquelle s'est ajoutée celle d'un ministre proche du président, mercredi 12 janvier 2011, a déclenché la chute du gouvernement Saad Hariri.

L'ensemble des chancelleries occidentales se sont dites inquiètes de la situation et de la crise politique libanaise. Mais, depuis plusieurs semaines déjà, le pays était en proie à la paralysie, le Conseil des ministres ne s'étant plus réuni, faute d'un consensus sur le TSL.

Pour l'heure, on ne connaît pas encore les répercussions économiques de la crise qui s'engage. Après l'annonce de l'effondrement du gouvernement mercredi 12 janvier 2011, la Bourse de Beyrouth a enregistré quelques remous, notamment le cours de Solidere, la société qui gère le centre-ville de Beyrouth, qui a chuté de 8,18%.

Lire aussi: Le gouvernement libanais s'effondre avec la démission de l'opposition




Jeudi 13 Janvier 2011



Lu 3737 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise