Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les chaînes privées de télévision se trouvent dans la ligne de mire du gouvernement grec


Deux chaînes privées grecques seulement ont obtenu leur licence. Quatre autres, sans ce précieux sésame, vont devoir licencier. La réforme audiovisuelle fait rage en Grèce.



Seules deux chaînes privées ont obtenu leur licence, parmi elles Antena (photo Antena)
Seules deux chaînes privées ont obtenu leur licence, parmi elles Antena (photo Antena)
GRÈCE. La bataille des licences de chaînes télévisées privées bat sont plein en Grèce et tourne même au pugilat politique. Présentée comme LA loi phare -  visant à casser les liens opaques entre le monde des affaires, les banques et les media - cette réforme audiovisuelle est condamnée par l’opposition. Elle voit en ce texte un cache-sexe d’un nouveau contrôle de l ‘information.
 
Pas moins de quarante recours ont été déposés depuis février 2016, date de l’adoption de cette réforme par les seuls députés de la coalition gouvernementale (Syriza à gauche, et parti souverainiste Grecs Indépendants à droite). Ils émanent essentiellement d'une dizaine de chaînes de télévisions qui s’estiment lésées. Tous visent à faire annuler cette réforme qui avait pour objectif d'attribuer pour la première fois des licences de diffusion nationale - quatre au total - mettant fin ainsi selon le gouvernement à une situation de non droit. Avant, seules des licences de diffusion temporaires étaient accordées aux télévisons privées depuis leur apparition en Grèce dans les années 80.
 
Pour des raisons de clientélisme, aucun gouvernement ne s'était jusqu'ici aventuré à réglementer le paysage audiovisuel. Pour autant, bon nombre de juristes estiment cette réforme "anti-constitutionnelle et portant atteinte à la liberté d'information".

Promesses électorales

Quatre chaînes privées, qui n’ont pu obtenir de licences lors de la vente aux enchères inédite organisée par le gouvernement, sont menacées de fermeture et plus de 1000 salariés de licenciement immédiat. Le Conseil d’Etat doit se prononcer la semaine prochaine sur la question. Pour le gouvernement d’Alexis Tsipras, cette réforme, exigée depuis des décennies par l’Union Européenne s'avère une occasion en or de présenter à ses électeurs la preuve qu’il tient ses promesses électorales à plus d’un titre. Non seulement il fait le ménage dans le paysage audiovisuel grec mais aussi, et surtout, il s’est engagé à reverser les 240 M€ recueillis au cours de cette vente aux enchères "aux Grecs les plus touchés par la crise".

Mais, pour I’opposition conservatrice la Nouvelle Démocratie (ND) et les socialistes du Pasok,  le gouvernement  veut "contrôler" les médias et fermer des télés. La vente aux enchères des licences de diffusion "est un fiasco", a même  lancé le président de la ND, Kyriakos Mitsotakis.
Seules Skaï et Antena, parmi les six chaînes actuelles, ont réussi à obtenir des licences. Les deux autres licences étant adjugées à deux nouveaux venus issus des milieux d'affaires dont l‘un, proche du gouvernement, a du la remettre en lice accusé de l’avoir obtenue grâce à des faveurs bancaires .

Baisse des dépenses publicitaires

De son coté, le gouvernement se défend en soulignant que la loi est "une première" visant à instaurer un système transparent après des décennies de déréglementation. "La loi veut remédier à une distorsion structurelle, qui permettait aux propriétaires des médias d'imposer leurs intérêts à l'Etat", a indiqué, jeudi 20 octobre 2016 à Skaï, Nikos Pappas, artisan de la loi et bras droit du premier ministre Alexis Tsipras. Selon lui, le marché audiovisuel actuel ne peut financer que quatre chaînes, compte tenu de la baisse des dépenses publicitaires et de l'accumulation des dettes des télés.

La controverse s'est enflammée ces derniers jours après la fuite dans des médias sur une liaison prêtée à un magistrat, réputé opposé à la loi. La ND accuse désormais le gouvernement de vouloir influencer le débat et "intervenir d'une manière inacceptable dans le cours de la justice" en révélant des données privées sur des juges. "Les magistrats de leur coté dénoncent un chantage", titrait mercredi 19 octobre 2016 à la une le quotidien Ta Nea (centre-gauche), plus gros tirage du pays, et appartenant au même groupe de presse que Mega, une des principales chaînes privées du pays. Qui n'a pas pu participer aux enchères à cause de son endettement.
"Ce conflit d'intérêts politico-financiers risque de provoquer une crise politique majeure ", prévenait de son côté l'éditorial du Journal des rédacteurs (gauche) le même jour.


Thomas Iacobi, à ATHÈNES


Mardi 25 Octobre 2016



Lu 2866 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF