Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les capacités électriques provençales augmentent




Alors que le début de l’hiver est marqué par la mise à l’arrêt d’une grande partie du parc nucléaire français, les capacités de production électrique augmentent en Provence. La progression majeure reste cependant à venir, avec le démarrage imminent de la centrale biomasse de Gardanne.



Stocks de bois et conduite d'alimentation de la centrale biomasse Uniper. 150 MW de puissance électrique supplémentaire en Provence à échéance de quelques semaines (photo MN)
Stocks de bois et conduite d'alimentation de la centrale biomasse Uniper. 150 MW de puissance électrique supplémentaire en Provence à échéance de quelques semaines (photo MN)
Dans un contexte anxiogène dû à la baisse des capacités électriques françaises à l’entrée de l’hiver, le parc productif installé en Provence Alpes Côte d’Azur, lui, augmente.
 
Nonobstant la remise en production possible de huit des douze réacteurs nucléaires français pour l’heure en arrêt pour cause de vérification poussée de sûreté, le parc provençal pourrait être, lui, sollicité au maximum.
 
L’arrêt des centrales nucléaires visées par l’Autorité de Sûreté Nucléaire rend en effet fragile la production électrique en France. EDF, en octobre dernier, avait baissé de 9% ses prévisions de production pour 2016. Surtout, il devait soustraire un tiers de ses capacités à produire de l’électricité d’origine nucléaire, qui elles-mêmes représentent les trois quarts des capacités françaises.
 
Les risques de chute réseau et de coupures à répétition deviendraient importants en cas d’hiver froid, si toutefois ces centrales nucléaires ne redémarraient pas rapidement.
 
Cependant, en Provence Alpes Côte d’Azur, le parc hydroélectrique, le troisième en France avec une puissance installée de 3228 MW dont 2500 dépendant d’EDF, affiche une légère augmentation de 4 MW en 2016. « Il existe encore un gisement, certes modéré, car l’installation de micro centrales reste possible, notamment dans l’arrière-pays niçois », souligne la communication de Réseau de Transport Electrique, à Marseille.  D’autres opérateurs, comme la Société du Canal de Provence, avancent des projets communs avec des associations d’irrigants entre Durance et Rhône.

Les capacités de production électrique augmentent grâce aux ENR

Le parc nucléaire civil français. Il n'y a aucune centrale de production en Paca (doc XDR)
Le parc nucléaire civil français. Il n'y a aucune centrale de production en Paca (doc XDR)
L’électricité d’origine hydraulique offre surtout une rapidité de mobilisation qui, souvent, sauve la situation du réseau de transport. Elle permet à EDF d’injecter très vite l’électricité nécessaire au maintien de celui-ci : il faut douze minutes pour mobiliser la « chaine Durance-Verdon » où quinze centrales produisent des kWh. Une centrale nucléaire, elle, monte en puissance en une demi-journée, une centrale thermique en un peu plus d’une heure.
 
Ces dernières, au nombre de cinq en Paca, développent une puissance cumulée de 2300 MW. Leur nombre n’augmente ni ne diminue.
 
Si la puissance électrique d’origine éolienne reste faible et stable – 50 MW installés – le parc photovoltaïque croît en 2016 en Provence. Certes petitement, depuis qu’en 2011-2012 les conditions de rachat par EDF sont devenues moins attractives. Si plusieurs opérateurs inaugurent des projets, tels celui de la société Boralex à Peyruis (04) de 10 MW, ou celui de GDF-Suez de 14 MW à Besse-sur-Issole (83),  EDF Energies Nouvelles affiche un parc provençal de 53,9 MW, en particulier grâce à ses centrales de Valensole (04) de 12 MW, de Saint-Martin de Crau (12 MW) et d’Istres (11,5 MW), toutes deux dans les Bouches-du-Rhône.

Toutefois leur mobilisation dépend de l'ensoleillement et leur production est en dents de scie.
 
Mais c’est avec l’énergie bois que le parc électrique augmente vraiment et, surtout, augmentera. La centrale Sylvania, portée par Innova, à Brignoles (83) avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations, fournit depuis la fin de l’été 2016 une puissance de 20 MW.  De son côté, Uniper, à Gardanne (13), une filiale d’Eon, s’apprête à mettre en production le groupe IV d’une centrale à charbon. D’une puissance de 150 MW, sa reconversion a été fortement aidée par l’Etat. Si Uniper ne communique pas sur la date effective de mise en production, semble-t-il imminente, le stock de bois visible à proximité apparaît désormais impressionnant. 

panorama_enr20160930.pdf panorama_enr20160930.pdf  (5.29 Mo)




Mardi 13 Décembre 2016




Lu 1228 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >











RÉflexions

Réflexion

Emeutes, violences urbaines, tentatives d'attentats… L'Algérie est-elle vraiment menacée ?


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












Suivez econostrum.info en direct sur Facebook










Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA          EDF
 
Femise