Econostrum

Read in your language
Facebook | © icondock.com
Twitter | © icondock.com
Google+ | © icondock.com
Rss | © icondock.com
Flickr | © icondock.com
en.econostrum.info | © icondock.com
Econostrum le blog | © icondock.com
Mobile | © icondock.com


            partager partager

Les Régions espagnoles testent l'austérité


Après l'annonce des plans de réduction de la dépense publique dans les deux plus grandes régions d'Espagne, en Catalogne et au Pays Basque, tous les gouvernements régionaux autonomes du pays mijotent leurs politiques d'austérité. En attendant de connaître les mesures que Mariano Rajoy prendra en ce sens, mais au niveau national.



Pour Artur Mas, président du gouvernement catalan, « il n'y a pas d'alternative » aux mesures d'austérité (photo : Generalitat de Catalunya)
Pour Artur Mas, président du gouvernement catalan, « il n'y a pas d'alternative » aux mesures d'austérité (photo : Generalitat de Catalunya)
Au lendemain de la victoire des conservateurs du Parti populaire (PP) aux élections générales du 20 novembre 2011, les régions autonomes d'Espagne se sont converties en « laboratoires » des politiques d'austérité, dont s'inspirera peut-être le nouveau président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy.

Pour assainir leurs finances publiques, et des déficits incontrôlés, quasiment toutes les régions envisagent de déduire d'environ 10% les coûts de fonctionnement de leur administration ; même si la plupart des politiques d'ajustement envisagées sont restées dans les tiroirs jusqu'à ces jours-ci, pour ne pas perturber le fonctionnement des dernières élections nationales.

La Catalogne a été la première à rendre public son plan visant à générer 1 mrd€ d'économies en un an, pour faire face à une situation financière d'autant plus dangereuse qu'elle pourrait déboucher, faute d'amélioration, sur une remise en cause partielle l'accord d'autonomie financière négocié avec la Moncloa (gouvernement central espagnol). La Generalitat de Catalogne, contrôlée par le parti nationaliste catalan Convergencia i Unio (CiU) d'Artur Mas, veut en priorité agir à travers le gel, voire la baisse du salaire des fonctionnaires.

Chômage temporaire pour les fonctionnaires

Le porte-parole du gouvernement de Catalogne, Francesc Homs, est cependant resté très vague sur l'application de ces mesures, se contentant de préciser que les baisses éventuelles de rétributions ne concerneraient que les plus hauts salaires et les paiements complémentaires (primes, 13e mois, etc.).

La Generalitat prévoit aussi de minimiser les dépenses publiques à travers des mesures équivalentes au chômage technique, mais qui s'appliqueront aux fonctionnaires ou agents dépendants du gouvernement de Catalogne. C'est ainsi que vient d'être confirmé le plan de chômage temporaire de quinze jours concernant 1 397 salariés de l’hôpital de Sant Pau (à Barcelone).

La Région autonome taille également dans le budget consacré aux médias publics de Catalogne, regroupés au sein de la Corporation catalane des Médias audio-visuels (CCMA) ; cet organisme devra supporter une baisse de 13% des subventions de la Generalitat en 2012 (le financement public passera ainsi de 300 à 260 M€ en 2012), et devra supprimer deux des six chaînes de télévision catalane qui existent aujourd'hui.

Lutte contre l'absentéisme au Pays Basque

Les élections, ici à Barcelone, ont donné leur verdict, reste à les traduire en actions (photo F.Dubessy)
Les élections, ici à Barcelone, ont donné leur verdict, reste à les traduire en actions (photo F.Dubessy)
La chasse aux excès de dépenses publiques réunit toutes les régions d'Espagne dans une même logique, au-delà des clivages politiques, puisque le socialiste Patxi Lopez, président du gouvernement autonome d'Euskadi (Pays Basque), vient lui aussi d'annoncer une stratégie d'économie qui se caractérise d'abord par une diminution des « salaires complémentaires » des 66 769 fonctionnaires de la région.

Une mesure qui doit permettre d'économiser 100 M€ en 2012. cette politique passe également par le gel du nombre des fonctionnaires, au minimum, car le gouvernement basque pourrait ne pas remplacer en 2012 certains fonctionnaires qui partiront en retraite. Au-delà, Patxi Lopez mise aussi sur un fonctionnement de l'administration plus efficient, avec notamment une diminution des coûts liés à l'absentéisme. Comment ? En réduisant d'abord le niveau des indemnisations (seuls les accidentés du travail pourront prétendre à percevoir l'intégralité de leur indemnité, par exemple). Selon le gouvernement autonome d'Euskadi, 48 135 « arrêts maladies » ont été enregistrés au cours des dix premiers mois de cette année, ce qui généré le versement de 43,8 M€ d'indemnités. L'objectif étant bien sûr aussi de réduire encore ce taux d'absentéisme, passé de 6,1 à 5,5% au cours des trois dernières années dans l'administration basque.

En attendant les mesures du pouvoir central

Reste à savoir quelle sera la politique d'austérité mise en ouvre par Mariano Rajoy, et dont personne ne doute plus outre Pyrénées. Le nouveau président du gouvernement espagnol se charge d'ailleurs lui-même , à travers des messages sibyllins, d'imposer l'austérité comme une voie inéluctable, en lançant par exemple que « l'Espagne n'est pas à la fête », mais sans oser pour l'instant dévoiler le détail des mesures d'économies, par crainte sans doute de déclencher un conflit social de grande ampleur.

Les responsables politiques des régions autonomes semblent d'ailleurs également gérer leurs plans d'austérité comme autant de « patates chaudes » ; en témoigne la mesure adoptée en Navarre, où seuls pourront prétendre à l'allocation minimum de « fin de droits » (réservée aux personnes sans aucun revenu) ceux qui résident dans la région depuis au moins deux mois. Il faut dire que cette allocation est au moins 20% plus élevée en Navarre que dans toutes les autres régions d'Espagne, ce qui peut donner des idées de « déménagement » aux plus démunis.

La région de Navarre veut aussi faire adopter une loi pour priver de cette indemnité les chômeurs en fin de droits qui refuseraient une offre d'emploi, dès le premier refus.

De son côté, le porte-parole de la Generalitat de Catalogne, Francesc Homs, a prévenu que les restrictions salariales annoncées deviendraient caduques si le gouvernement de Mariano Rajoy décidait d'appliquer ce type de mesure à toute l'Espagne ; ce qui serait un bon moyen pour la Generalitat de se débarrasser en partie de la responsabilité d'une politique d'austérité qui semble si nécessaire, et si redoutée.


Francis Mateo, à BARCELONE


Lundi 28 Novembre 2011



Lu 1660 fois
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.