Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les Marocains votent pour élire leurs députés


Treize millions de Marocains sont attendus aux urnes aujourd’hui pour renouveler le Parlement, cinq mois après l’adoption de la nouvelle Constitution. Deux inconnues : le taux d’abstention et le score du parti islamiste PJD.



Rue de Casablanca (Christelle Marot)
Rue de Casablanca (Christelle Marot)
MAROC. Treize millions de Marocains sont attendus aux urnes, ce vendredi 25 novembre 2011, pour élire les 395 députés de la chambre basse du Parlement.

Des élections législatives anticipées qui ont valeur de test, cinq mois après l’adoption de la nouvelle Constitution. Celle-ci prévoit que le premier ministre sera désigné par le roi Mohammed VI dans les rangs du parti arrivé en tête des élections.

L’abstention reste un enjeu majeur de ces élections. En 2007, 37% seulement des inscrits avaient fait le déplacement. La méfiance des Marocains à l’encontre de la chose publique, conjuguée à l’appel au boycott du mouvement du 20 Février, font craindre une faible participation.

Le PJD veut croire en la victoire

Mais la véritable interrogation porte sur le score du Parti Justice et Développement (PJD), parti islamiste modéré.

Dans un Maroc aux prises avec des revendications sociales grandissantes, le parti de la lampe apparaît comme une alternative crédible sur le front de la lutte contre la corruption, la mauvaise gouvernance et les privilèges.

« Les Marocains que je rencontre sont désespérés. Ils n’ont pas vu le changement avec les partis politiques traditionnels. Aujourd’hui, ils veulent essayer, voir ce que le PJD est capable de faire », affirme Abdessamed Haiker, candidat PJD dans l’arrondissement d’Anfa à Casablanca.

« Je suis issu d’une famille de gauche et j’ai toujours voté à gauche, explique un avocat de Casablanca. Mais aujourd’hui, vu le contexte régional, je ne m’interdis pas de voter PJD, c’est un parti légitime (…) Et je suis convaincu que le tissu associatif et politique marocain est capable d’affronter toute tentative de prendre tout le pouvoir ».

Le PJD fait face à une coalition de huit partis, regroupés autour du Rassemblement national des indépendants (RNI, libéral) qui entend lui barrer la route. Dans la course également, l’Istiqlal, le parti du premier ministre Abbas El Fassi.

Quel que soit le parti arrivé en tête, il devra constituer une coalition afin d’obtenir une majorité et gouverner.

Les bureaux de vote seront ouverts de 8 h à 19 h. Pour assurer la transparence du scrutin, 4 000 observateurs marocains et étrangers sont déployés dans tout le royaume.

Lire aussi : Au Maroc, les islamistes revendiquent la victoire




Vendredi 25 Novembre 2011



Lu 1201 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise