Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les Marocains disent « oui » à la nouvelle Constitution


Le référendum sur le projet de révision constitutionnelle au Maroc s'est transformé en plébiscite avec 98% des votants qui ont approuvé le projet.



Bureau de vote à Casablanca (C. Marot)
Bureau de vote à Casablanca (C. Marot)
MAROC. Sans surprise, les Marocains ont voté à une large majorité pour le « oui » au référendum sur le projet de révision constitutionnelle.

Selon le ministère de l’Intérieur, plus de 98% des votants ont approuvé le projet.

Des résultats communiqués dès vendredi 1er juillet 2011, avant même que les Marocains résidant à l’étranger (MRE) aient pu finir de s’exprimer. Les MRE avaient en effet jusque dimanche 3 juillet 2011 au soir pour voter dans l’un des 527 bureaux mis à disposition à l’étranger.

Selon les premiers chiffres, le taux de participation a atteint 73,4% : la région de Oued Eddahab-Lagouira arrive en tête (92,19%) ; le Grand Casablanca a en revanche enregistré la plus faible participation (57,17%).

Les chiffres définitifs devraient être connus dans la journée.

A l’international, les réactions ne se sont pas fait attendre.

Le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a salué samedi 2 juillet 2011 la volonté de réformes du roi du Maroc, devenue « une référence pour beaucoup d'autres pays ».

Le président français Nicolas Sarkozy a également félicité le roi Mohamed VI et exprimé le souhait « que le Maroc rejoigne le partenariat de Deauville qui vise à soutenir concrètement les pays arabes engagés dans une transition démocratique ».

Les manifestations continuent

Malgré l’approbation de cette nouvelle Constitution, des milliers de manifestants, emmenés par le mouvement du 20 Février, sont sortis dimanche 3 juillet 2011 dans plusieurs grandes villes du Maroc pour exiger plus de réformes politiques.

« Mamfakinch (nous ne lâcherons pas) », ont notamment scandé les manifestants, réclamant plus de liberté, de dignité et de justice sociale.

Les contestataires avaient appelé au boycott du référendum. Un scrutin organisé dans la précipitation, qui avait interpelé nombre d’observateurs.

Cette nouvelle Constitution renforce le rôle du Premier ministre tout en conservant au Roi la main haute sur les pouvoirs politiques et religieux.

Parmi les avancées : la reconnaissance de l’amazigh comme langue officielle aux côtés de l’arabe et la constitutionnalisation des droits humains, en particulier l’égalité hommes femmes.

« Je suis sceptique quant au fait d’utiliser le droit pour dire que l’on est plus démocratique. Il ne faut pas confondre Etat de droit et démocratie, ce sont deux choses différentes », tempère Jean Zaganiaris, politologue, enseignant-chercheur au Centre de recherche sur l’Afrique et la Méditerranée (Ceram), rattaché à l’Ecole de gouvernance et d’économie de Rabat.

« Sur l’égalité hommes femmes, il y a un bémol, souligne par exemple Abdessamad Dialmy, sociologue, rattaché à l’université Mohammed V de Rabat. Cette égalité se fait dans les constantes de la nation, à savoir l’Islam. Maintenant, on attend de voir. On attend de voir si le code de la famille que l’on vante tant depuis 2004, sera réformé ».

Le défi est bien là : mettre en pratique les grands principes énoncés par cette nouvelle Constitution.




Lundi 4 Juillet 2011



Lu 2154 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois


Commentaires

1.Posté par Farid Mnebhi le 04/07/2011 12:25
Le Maroc est en mouvement et l’Algérie reste en inertie totale.
Selon des résultats officiels, le taux de participation au référendum constitutionnel au Maroc s’élèverait à plus de 72% et le oui l’emporterait avec près de 98%. Cette consultation populaire, qui s’est déroulée dans le calme et la sérénité, a été suivie par plus de 500 journalistes nationaux et étrangers.
Ce résultat constitue en conséquence une belle leçon de citoyenneté donnée par le peuple marocain au mouvement du 20 février. Un mouvement qui a utilisé tous les subterfuges pour saboter ce référendum. Finalement, ce mouvement ne peut, et ne pourra à l’avenir, en aucune manière prétendre parler au nom des citoyens marocains ou défendre ses intérêts car son appel au boycott a été rejeté fermement avec cette forte participation.
Ainsi, ce 1er juillet 2011 restera éternellement un grand jour pour le peuple marocain. Unanimement, il s’est rendu librement aux bureaux de vote pour déposer son bulletin de vote sur le projet de réforme constitutionnelle.
Une réforme constitutionnelle, lancée par le Roi Mohammed VI, qui constitue une évolution significative dans le sens d‘un approfondissement démocratique dans le cadre de la spécificité marocaine. Une réforme qui prend également en considération les grandes constantes de la nation marocaine et consacre l’exception marocaine et être, à court ou moyen terme, un exemple pour les autres pays de la région.
Les citoyens marocains ont donc parfaitement compris que ce projet marque une avancée notable et historique en matière de démocratie.
Pour toutes ces raisons, les citoyens marocains ont validé ce projet de réforme constitutionnelle.
S’agissant du mouvement du 20 février, il vient de recevoir, en ce 1er juillet 2011, une double volée monumentale, et en aller-retour s’il vous plait, pour être précis à la Terence Hill, et ses alliés visibles et invisibles également.
Les marocains ont, en effet, rejeté ce mouvement de la manière la plus magistrale. Ils n’ont pas cru, un seul instant aux allégations de ses dirigeants accusant les autorités d’actes d'agression et de harcèlement des partisans du non, d’une répartition du temps à l'antenne inégalitaire, d’une atteinte dangereuse à la liberté d'expression, des fraudes électorales à craindre, des violations flagrantes du code électoral concernant le vote des Marocains de l'étranger, des actes de corruption des citoyens pour les faire voter oui, des versements de sommes importantes à des partis politiques pour soutenir le oui et d’une ingérence étrangère inacceptable, notamment de Nicolas Sarkozy.
Les Marocains ont donc, en ce 1er juillet 2011, écrit une nouvelle page de l’histoire de leur pays. Car la politique de la chaise vide, prônée par le mouvement du 20 février et d’autres groupuscules, n’est en fait qu’une fuite en avant. Les problèmes du Maroc ne peuvent être résolus par le boycott, aucun argument ne peut justifier une telle décision. Et ceux qui ont choisi de ne pas voter n’ont pas la légitimité de critiquer le choix des urnes. Seuls ceux qui ont exprimé, par le vote, leur choix de la voie démocratique peuvent monter au créneau et, le cas échéant, dénoncer les éventuels dérapages.
La sanction, par les urnes, est donc une preuve de maturité du peuple et un acte qui a marqué les esprits. Les formations appelant au boycott, se sont mis en position de hors jeu politique en ne s’inscrivant pas dans une logique constructive. Face à une telle attitude, le peuple marocain leur a répondu en les renvoyant aux bancs de l’école.
Concernant l’Algérie, force est de constater que la presse de ce pays voisin sait être d'une intelligence et d'une vaillance sans faille à l'encontre des oppressions quotidiennes qu'elle subit de la part d'un régime ou l'opacité des détenteurs réels du pouvoirs n'a d'égal que la corruption qu'il le maintient en vie. Mais cette même presse se met au garde-à-vous aux injonctions des généraux véreux et ventripotents et de leurs autorités incompétentes sur tous les plans, dès qu'il s'agit du Maroc.
Il suffit de consulter la presse online des grands quotidiens tant arabophone que francophone pour s'apercevoir en quelle estime les éditorialistes et journalistes algériens tiennent le Maroc en sa globalité peuple, institutions et gouvernements. Hormis la presse en exil forcée, notamment Kabyle.
C’est pourquoi, Alger appréhende avec beaucoup de crainte les avancés démocratiques au Maroc et tente de saper par tous les moyens, possibles et inimaginables, son progrès aux plans économique, social, éducatif et santé, entre autres. Des avancées que l’Algérie, avec sa manne pétrolière, est incapable de donner au peuple algérien. D’où sa totale inertie sur ces domaines vitaux pour ce peuple voisin.
En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Une réponse par courriel serait appréciée. Merci.
Farid Mnebhi.

2.Posté par Rightso le 04/07/2011 12:56
C'est bizarre de voir dans le camps des opposants ce mariage pas très catholique entre les Jeune Marxistes d'une part et les fondamentaliste rigoureux d'Yassin d'un autre côté. Chacun veut sa part, mais si la majorité des Marocains a voté "Oui", les quelques milliers d'opposants feraient mieux de s'organiser en un nouveau parti politique, comme ça se passe ici en Europe...au lieu de chercher la bagarre ou la contestation dans la rue ...

3.Posté par Imbert de Dion le 04/07/2011 16:42
C'est INSUFFISANT, mais ce n'est pas RIEN...............!!!!!!!!!!!!!
.........Et si l'on remet tout cela dans son contexte, qui eut pu prédire, l'année dernière, que les Egyptiens voteraient les premiers avec plaisir et enthousiasme, et que les Marocains suivraient ! Les Tunisiens qui ont initié le Printemps Arabe sont en retard, mais l'Assemblée Constituante va (doit) être élue à la rentrée prochaine...Tout ceci est CONSIDERABLE !!!!!!
Effectivement, la seule note discordante dans cet ensemble est que l'Algérie ne bouge toujours pas. Je pense que que cela est lié en grande partie à l'attentisme face à l'issue de la Révolution Libyenne. En effet, si après l'éviction de Mouhammar Kadhafi qui semble maintenant inéluctable, la Libye réussit à enclencher la démocratisation (et ce n'est pas le moindre des défis) annoncée et souhaitée par une MAJORITE de sa population, le Gouvernement Algérien ne pourra pas (ne voudra pas) apparaitre comme le SEUL d'Afrique du Nord à ne pas faire un effort d'émancipation à l'endroit de son Peuple (qui de toute manière ne le permettra pas). Mais évidemment il vaudrait mieux que cela se passe en douceur ! L'atroce boucherie Syrienne devrait aider TOUT le MONDE à réfléchir dans ce sens..........!!!!!!!!!!
.........Et si les choses ont l'heur de se passer ainsi, l'année 2011 (qui n'est pas finie) apparaitra à tous comme une année déterminante dans la marche en avant et le progrès du MONDE !

4.Posté par Lavallard Gisèle le 05/07/2011 16:50
Bonjour
Il est réjouissant de constater le nombre de participants à ce vote, et plus précisément le taux de 98% obtenu, pour avoir approuvé ce projet.
Bravo aux Marocains.

5.Posté par rguibi le 08/07/2011 12:26
Suite à la Réforme de la Constitution, les futures élections législatives pour mettre en place un nouveau parlement, un nouveau gouvernement sont prévues pour le 7 Octobre, c'est à dire dans 3 mois. Bien entendu les ultra-minoritaires réunis autour de la nébuleuse dite du 20Fev (islamistes du 20Fev et ultra-gauchistes laïcs d'Annahj Dimocrati) vont fuir la consultation populaire, ils vont se cacher devant le boycott. Bizarre, pour des gens qui n'arrêtent pas de parler du "peuple" mais ils le fuient le jour des élections car ils n'ont bien entendu aucune crédibilité chez le peuple, aucune proposition concrète à faire, vu leurs différences intrinsèques, ils sont incapables de faire une seule proposition économique, industrielle, sociale, fiscale etc... Rien !! le vide ..à part le culte de la martyrologie et se filmer avec leurs portables et tout mettre sur Youtube,
Sinon, déjà au mois d'Aout, avec l'arrivée du ramadan, on va bien rigoler puisque les ultra-gauchistes ont promis de manifester en mangeant dans les rues devant tout le monde !!!
Comment vont réagir leurs copains de Adl wa Ihssane ? Comment vont réagir les autorités ? Comment va réagir le marocain moyen qui sera mramdan m3a rassou et sous la canicule estivale ?

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise