Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Les Égyptiens ne semblent pas prêts à suivre l’exemple tunisien


Les immolations par le feu se succèdent depuis deux jours en Egypte. Ces gestes désespérés rappellent le début de la révolte tunisienne, mais ne provoquent pas de réaction populaire dans le pays.



Une rue du quartier populaire de Sayyeda Zeinab, au Caire. (Photo DR)
Une rue du quartier populaire de Sayyeda Zeinab, au Caire. (Photo DR)

EGYPTE. Ahmed Hachem Al Sayyed a succombé à ses blessures mardi 18 janvier 2011 dans un hôpital d’Alexandrie. Ce chômeur de vingt-cinq ans était le troisième Égyptien à avoir tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu : la révolte tunisienne semble avoir donné des idées aux Égyptiens.


Les autorités ont présenté deux des trois hommes comme des déficients mentaux, probablement pour éviter que leur geste ne soit perçu comme une forme de protestation face aux conditions de vie très difficiles d’une partie de la population.

Plus de 40% des Égyptiens vivent toujours sous le seuil de pauvreté, malgré une croissance économique qui varie entre 5 et 7% depuis 2006. Le chômage – officiellement de 9,4% – et la précarité touchent une bonne partie de la jeunesse, tandis que l’inflation (autour de 10% par an) est durement ressentie : la flambée des prix des produits alimentaires provoque régulièrement des tensions. 


Transition à la tête de l'Etat

Si la presse est relativement libre et que les manifestations, certes très contrôlées, sont possibles, les Égyptiens n’ont aucune prise sur les élections. Lors des législatives de novembre dernier, 83% des sièges de députés ont été remportés par le parti au pouvoir.
 

Le pays est également dans une période de transition : le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis presque trente ans, est âgé de 82 ans et un scrutin présidentiel doit avoir lieu en septembre 2011.


Pourtant les Égyptiens ne semblent pas prêts à renverser le régime en place. Seules quelques dizaines de personnes ont manifesté vendredi 14 janvier 2011 leur soutien aux Tunisiens, et les manifestations contre le régime ne rassemblent jamais plus d’une centaine de personnes.

 

Il n’existe pas de mouvement d’opposition capable d’organiser des protestations massives contre le régime égyptien. Les Frères musulmans, seule force d’opposition puissante, n’a pas intérêt à pousser à un soulèvement.


Pas de classe moyenne éduquée

« En Tunisie, les syndicats ont réussi à garder une certaine indépendance, alors qu’en Egypte ils sont complètement contrôlés par le pouvoir », expliquait Amr Abdel Rahman, un analyste égyptien interrogé par le journal égyptien Al Masry Al Youm la semaine dernière.

D’autre part, il n’y a pas encore de réelle classe moyenne éduquée en Egypte, comme celle qui a été le fer de lance des protestations en Tunisie, un pays beaucoup plus développé. « Une mobilisation de cette ampleur en Egypte ne pourrait que s’appuyer sur la population urbaine pauvre », note Amr Abdel Rahman.

 

Le ministre des Affaires étrangères égyptien, Ahmed Aboul Gheit, a qualifié, voici quelques jours, d'"absurdes" les déclarations sur les risques de contagion de la crise tunisienne. Mais le gouvernement reste prudent : les autorités ont pris soin d’annoncer que les primes dont bénéficient les fonctionnaires allaient bientôt être revues à la hausse.

 

Le président Moubarak a également rappelé qu’il était opposé à toute baisse des subventions alimentaires, garantes de la stabilité du plus peuplé des pays arabes.

 

Lire aussi : La Tunisie pourrait inspirer les rues méditerranéennes



Nina Hubinet, au CAIRE


Mardi 18 Janvier 2011



Lu 2766 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 21 Novembre 2016 - 17:59 La Libye et la Syrie ont fait fuir les investisseurs €


Commentaires

1.Posté par Celine le 19/01/2011 00:02
Chômage ? Sans emploi peut-être, mais chômeur certainement pas en Egypte.

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise