Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le transport vert des fruits et légumes face à ses limites


Au report modal de l’acheminement des fruits et légumes depuis les producteurs vers les consommateurs s’opposent de nombreuses contraintes liées essentiellement aux produits.



Le plan vert marocain pourrait conduire les agriculteurs à mieux organiser leur production pour pouvoir se tourner vers des alternatives au routier. (photo: CG)
Le plan vert marocain pourrait conduire les agriculteurs à mieux organiser leur production pour pouvoir se tourner vers des alternatives au routier. (photo: CG)
La quasi-totalité des fruits et légumes échangés en Méditerranée transitent par camion. Les acteurs de la chaîne voient bien l’intérêt de changer la donne, mais il reste encore à trouver des solutions opérationnelles.

« Si 90% des fruits et  légumes marocains sont acheminés par transport international routier, c’est d’abord pour des raisons pratiques, assure Mostapha Amri, professeur à l’école de commerce et de gestion d’Agadir (Maroc). Il s'agit d'un transport de bout en bout, rapide et dimensionné idéalement pour les cargaisons moyennes ». Cette flexibilité présente néanmoins des contreparties. La première d’entre elles réside dans le prix assure Mostapha Amri : « En 2010, le tarif proposé par un camionneur pour transporter 26 palettes de la région d’Agadir vers le Sud de la France s’élevait à environ 4 000 euros, alors que le prix pour un conteneur maritime de 20 palettes pour la même destination s’établissait à moins de 2 400 euros ! »

Le maritime conteneurisé a déjà convaincu les producteurs marocains d’agrumes : plus de 80 % de leur production transite par bateau. « Pour développer les trafics, il faudrait améliorer les dispositifs  de conditionnement et de stockage », analyse Mostapha Amri. Le Maroc a justement lancé en 2009 le plan Maroc vert, un vaste programme de réorganisation et d’investissements (17 mrds€ d’ici 2020) qui vise à rendre l’agriculture marocaine plus productive, notamment pour améliorer ses exportations.

Des expériences à la marge

Côté européen, les solutions de report modal proposées restent marginales et expérimentales. Il faut dire que le transport sous température dirigée (qui englobe le transport de fruits et légumes) par voie routière ne représente que 8 à 10% du trafic routier français selon l’Union nationale du transport frigorifique (UNTF ).

Si la filière s’inscrit dans le mouvement général de développement durable, elle pointe les limites des efforts qu’elle peut accomplir : une tonne de produits frais parcourt en moyenne 180 km selon l’association. Cette distance est réputée insuffisante pour espérer un transfert de la route vers le rail. Cela explique, toujours selon l’UNTF, que le rail se cantonne à quelques niches : la remontée de fruits de Perpignan et d’Avignon vers Rungis ou la descente de légumes du nord vers Marseille.

Alors peut-être que les expériences les plus probantes viendront de nos voisins européens, qui manifestent des besoins plus importants que les pays du sud de l’Europe en termes d’approvisionnement en fruits et légumes. Ainsi, après la ligne de Lorry rail, reliant le Boulou, à la frontière franco-espagnole, et Bettembourg au Luxembourg, une nouvelle liaison a été inaugurée en novembre 2011. Europorte, la filiale fret ferroviaire d'Eurotunnel, assure désormais une rotation entre Valence (Espagne) et Barking (Royaume-Uni). But de l’opération : transporter 30 conteneurs réfrigérés chargés de fruits et de légumes à destination des supermarchés et distributeurs de Grande-Bretagne. Ce voyage de plus de 50 heures via le tunnel sous la Manche économise selon Europorte près de 250 camions par mois sur les autoroutes espagnoles, françaises et anglaises.

english version

Voir l'ensemble du dossier innovation fruits et légumes


Article réalisé en partenariat avec le Medfel .



Lire aussi :
Quelle place pour les fruits et légumes dans les ports méditerranéens ?
La Turquie veut augmenter ses exportations de fruits et légumes
Le port de Livourne se dote d'un nouveau terminal frigorifique




Lundi 16 Avril 2012



Lu 2681 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 16 Avril 2012 - 08:51 Change of track for fruit and vegetables

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise