Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Le transport routier franco-turc entre en négociation




Près de 60 % des remorques débarquées de ce navire seraient non accompagnées. (Photo NBC)
Près de 60 % des remorques débarquées de ce navire seraient non accompagnées. (Photo NBC)
FRANCE-TURQUIE. Mercredi 27 octobre 2010, se tient à Paris une réunion entre les Ministères des Transports français et turcs et deux fédérations de transport routier, UND, côté turc, et AFTRI côté français. 

Cette réunion a pour objectif de faire en sorte que les chauffeurs turcs effectuent leurs opérations terminales de transport en France dans le respect de la réglementation nationale.

Les remorques non accompagnées, chargées en Turquie, et débarquées par voie maritime à Toulon et Marseille étaient, jusque-là, conduites par des chauffeurs turcs  au grand dam des transporteurs français qui n’ont pas hésité à dénoncer ces opérations de cabotage illégal sur le sol français dès l'été 2010.
 
Afin de mettre un terme à ces pratiques, l’AFTRI a organisé le 20 octobre 2010 à Marseille, une rencontre professionnelle à laquelle ont participé les entreprises françaises et une dizaine d’entreprises turques adhérentes de l’UND.

« Les échanges entre les transporteurs français et turcs ont été professionnels, constructifs et chacun a exprimé ses besoins. Les prises de contact doivent se poursuivre. En ce sens, l’AFTRI encourage les transporteurs français à manifester leur intérêt et leur volonté à prendre part à l’acheminement des semi‐remorques turques. Sur ce dossier, l’AFTRI considère le développement de la coopération comme une alternative économique complémentaire du cadre réglementaire », a indiqué la Fédération française du transport rotier international qui revendique un rôle de « facilitateur dans la coopération internationale entre les transporteurs des pays du pourtour méditerranéen ».

Selon, le président de l’Aftri, Marc Grolleau, près de 60 % des remorques embarquées sur les lignes maritimes franco-turques sont non accompagnées. Si un accord était trouvé cela permettrait aux transporteurs français de prendre une part active dans ces flux de trafics importants.

Lire aussi : Ouverture d’une ligne ro–ro bi hedomadaire France - Turquie 
                   : UN Ro Ro déploie un second navire à Marseille


Nathalie Bureau du Colombier


Mercredi 27 Octobre 2010



Lu 5329 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts