Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le spectre de l’abstention pèse sur les législatives algériennes


Les Algériens qui s’intéressent de près à l’élection présidentielle française mesurent le contraste saisissant entre la passion et la mobilisation qui marquent la campagne électorale dans l’Hexagone et le désintérêt de la population algérienne pour les législatives du 4 mai 2017.



Le FLN, parti du président Bouteflika, devrait conserver une large majorité aux législatives (photo : F.Dubessy)
Le FLN, parti du président Bouteflika, devrait conserver une large majorité aux législatives (photo : F.Dubessy)
ALGÉRIE. La campagne des législatives qui s’est officiellement achevée en Algérie le 30 avril 2017 n’a guère passionné les foules.
Durant plus d’un mois, les télés, radios et panneaux publicitaires ont porté la campagne officielle demandant instamment aux citoyens de faire entendre leur voix en se rendant dans les centres de vote pour y accomplir leur « devoir ».
Les autorités ont incité à la participation des électeurs et à celle des partis d’opposition afin de crédibiliser leur politique et leur démarche aux niveaux intérieur et extérieur. Le pari est loin d’être gagné tant l’activité politique en Algérie est entravée et dépréciée aux yeux des citoyens.
 
Les membres des partis politiques et des listes d’indépendants en lice se sont de leur côté activés pour tenter de capter l’attention des Algériens, sans succès. Leurs candidats ont multiplié les meetings et autres rencontres de proximité, distribué leurs tracts et autres prospectus, sans résultat probant.
 
Jusqu’à la dernière minute, et même après, ils ont mené une véritable bataille des affiches pour tenter de monopoliser l’espace des panneaux d’affichage officiellement installés à cet effet.
Toute cette énergie dépensée conjointement par les autorités et les candidats en vue d’inciter les électeurs et électrices algériens à aller choisir, jeudi 4 mai 2017, leurs députés risquent de déboucher sur l’un des taux de participation les plus faibles d’une histoire pourtant déjà extrêmement riche en la matière.

Forcing pour amener les électeurs à voter

Parallèlement à la campagne électorale, le Premier ministre a sillonné nombre de wilayas (départements) du pays pour vanter les bienfaits de la politique gouvernementale, promettre le maintien du caractère social de l’Etat algérien, inaugurer logements et autres réalisations et appeler les citoyens à préserver la stabilité du pays dans un environnement régional (monde arabe et Sahel) des plus incertains.
 
La journée du 1er Mai, officiellement chômée et payée, a été l’occasion pour le Président de la République de s’adresser au peuple. Dans un message à la nation lu en son nom par le ministre de la Culture, Abdelaziz Bouteflika a appelé la population « à redoubler d’effort pour surmonter la nouvelle crise financière » que connaît le pays.
Le portrait du premier magistrat du pays, qui est également président du Front de libération nationale (FLN), le parti majoritaire à l’Assemblée populaire nationale (APN), a été placardé dans les rues de toutes les villes et villages du pays.                    

Un taux d’abstention record attendu

Il n’est pas sûr que ce forcing convainque les Algériens de glisser leur bulletin dans l’urne. Le scrutin sera donc départagé par la base électorale de chaque courant.
Ceux qui s’intéressent aux résultats tablent sur une victoire écrasante des deux partis qui gouvernent conjointement depuis vingt ans maintenant : le FLN et le Rassemblement national démocratique (RND).
Ils devraient être rejoints par les partis de deux formations plus petites et dont les dirigeants respectifs appartenaient au gouvernement voici encore quelques années : le TAJ (issu de la mouvance des Frères musulmans, mais se voulant plus large) et le laïc Mouvement pour l’Algérie (MPA).
 
Les partis d’opposition ne s’attendent pas à un miracle et savent qu’ils resteront minoritaires au sein de la future APN. Ils espèrent néanmoins améliorer leurs scores et continuer à utiliser la tribune parlementaire.
 
Les islamistes ont fait un effort de rassemblement. Le principal parti d’entre eux, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) - d’obédience Frères musulmans - a réintégré l’une de ses dissidences à la veille de la campagne. Une autre coalition islamiste un peu plus radicale rassemble autour d’Abdallah Djaballah trois petits partis : le Front pour la justice et le développement (FJD), Ennahda (Rennaissance) et El Bina (la construction).
 
Côté démocrates, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), d’obédience libérale, a fait son retour à la compétition législative après avoir boudé les urnes lors de la dernière législature.
Il devra faire face au « plus vieux parti d’opposition », le Front des Forces socialistes (FFS) de feu Hocine Aït-Ahmed d’essence plus sociale et qui a occupé le terrain au cours de la législative qui s’achève.
 
A gauche, le Parti des travailleurs (PT) de Louisa Hanoune tentera de maintenir voire d’accroître le nombre de ses députés alors qu’il se fait de plus en plus critique vis-à-vis du gouvernement et du président Bouteflika.


Acia Kaci, à ALGER


Mardi 2 Mai 2017



Lu 800 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 22 Novembre 2017 - 12:10 Saad Hariri pourrait revenir sur sa démission


Commentaires

1.Posté par Ata - ûllah GOURINE le 03/05/2017 06:45
c est un désaveu populaire , systématique , intégral du pouvoir politique en place ! le peuple n'est plus dupe de la mascarade des soi - disant hommes politiques , qui sont en fait, que des hommes de paille du régime militaire pour faire croire ! le réveil politique des algériens se fera quand ils "sentiront" qu ' il y a de vrais hommes d’État la tête du pays , acquis à la cause du peuple , qui le servent et non pas qui se servent et élus démocratiquement ,ayant de vrais programmes de développement, avec une vision claire , nette et précise sur la situation du pays sur 10 , 15 , 20 ans , et qui croient dans le génie national pour transformer l'Algérie en un État de droit , moderne , libre , entreprenant, riche et juste!que peut - on attendre d'un pouvoir qui a appauvri son peuple alors que l on vit dans un pays si riche?

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF