Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le sort de la Syrie en ballotage défavorable entre New York et Genève




Le Conseil de sécurité de l'Onu a rejetté le projet de résolution sur les armes chimiques utilisées par la Syrie (photo : Onu / Manuel Elias)
Le Conseil de sécurité de l'Onu a rejetté le projet de résolution sur les armes chimiques utilisées par la Syrie (photo : Onu / Manuel Elias)
SYRIE. Le Conseil de sécurité des Nations unies a finalement rejeté, mardi 28 février 2017, le projet de résolution visant à imposer des sanctions à la Syrie pour l'utilisation d'armes chimiques.

Présenté par la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, son adoption a échoué alors que le scrutin laissait apparaître neuf voix pour, trois contre (Chine, Russie et Bolivie) et trois abstentions (Egypte, Ethiopie et Kazakhstan). Le veto déposé par la Russie et la Chine a scellé le sort de ce projet de résolution. L'Onu et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) avaient conclu leur enquête par une responsabilité des militaires syriens dans les attaques à l'arme chimique perpétrées dans les localités de Tell Méniss, Sarmin et Qaminas entre avril 2014 et mars 2015.

Pour Nikki Haley, ambassadrice américaine auprès des Nations unies, "c'est un triste jour pour le Conseil de sécurité quand les membres commencent à trouver des excuses à d'autres Etats membres qui tuent leur propre peuple."

Parallèlement, la diplomatie s'active à des milliers de kilomètres de là pour tenter de préparer l'après-conflit en Syrie. Et là encore, les résultats demeurent peu probants. A Genève, les différentes parties - sont exclus des négociations les Islamistes mais aussi les Kurdes - n'arrivent pas à s'entendre malgré les efforts de Staffan de Mistura, émissaire de l'Onu pour la Syrie, qui reçoit individuellement les délégations syriennes.

Au Palais des Nations de la ville suisse, les représentants du régime et de l'opposition demeurent loin de partager les mêmes positions. Si tous dénoncent le terrorisme islamique, Salam al-Meslet, porte-parole du Haut comité des négociations (HCN), principal groupe d'opposition, y voit une tactique de la part du gouvernement pour gagner du temps et sauver sa peau : "depuis le début des négociations de Genève, le seul mot que le régime a à la bouche est le terrorisme. En fait, il bloque les choses en utilisant ce prétexte." Ce à quoi répond Bachar al-Jaafari, représentant de Bachar al-Assad, mettant en avant le récent attentat kamikaze - revendiqué par Fateh al-Cham, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda (42 morts) -  contre les services de renseignement syriens à Homs, "si une partie refuse de condamner le terrorisme, cela voudra dire qu'elle est complice."

L'opposition, qui demeure fragmentée, voudrait voir au centre des discussions la transition politique. Et laisser au processus d'Astana (Kazakhstan) - organisé sous l'égide des Russes et des Turcs - les questions militaires et notamment l'application du cessez-le-feu proclamé le 30 décembre 2016.


Eric Apim


Mercredi 1 Mars 2017



Lu 2287 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Lundi 16 Octobre 2017 - 10:36 Rakka libérée des jihadistes

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


















RÉflexions

Réflexion

Finance islamique : l'Algérie dans les starting blocks


avis d'expert

Ezzedine Ghlamallah, fondateur et directeur du cabinet de conseil Saafi


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA












EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook









Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF