Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le sort de la Libye reste incertain et la communauté internationale se divise




LIBYE. Jeudi 14 avril 2011, plusieurs raids aériens de l'Otan ont frappé la capitale libyenne Tripoli. Des attaques qui se poursuivent alors que plusieurs voix dans la communauté internationale demandent l'arrêt des frappes aériennes.

La journée a d'ailleurs encore été très chargée sur le front avec des combats entre les forces régulières et les forces d'opposition à Misrata (200 km à l'est de Tripoli) dont le port est toujours détenu par les insurgés. Les bombardements auraient fait treize morts. 

Même scénario à Ajdabiya où l'opposition a repris la ville mercredi 13 avril 2011. Elle bénéficie désormais de l'appui aérien de l'Otan.

En coulisses, trois réunions importantes se sont tenues jeudi 14 avril 2011 avec comme thématique la Libye. La première à Berlin entre les ministres de la défense de l'Otan, la seconde à Doha avec les pays de la Ligue arabe et la dernière à Sanya (Chine) autour des puissances émergentes (Brésil, Russie,Inde, Chine et Afrique du sud). Et les avis divergent. 

L'Otan sous l'impulsion de la France et de la Grande-Bretagne entend poursuivre ses raids aériens et demande plus d'avions alors que l'Espagne refuse d'accroître sa participation. 

Les  pays arabes insistent sur la nécessité de fournir aux forces de l'opposition, maîtres de l'est de la Libye, des armes. Tandis que les BRICS militent pour une cessation des frappes aériennes occidentales et condamnent dans un communiqué les bombardements.

Un mécanisme financier temporaire au Conseil national de transition (CNT) qui représente l'opposition à Benghazi, va être mis en place conjointement avec les pays de l'Otan et une vingtaine de nations arabes et africaines. Pour alimenter ce fonds international, décidé lors de la réunion de Doha mercredi 13 avril 2011, ces pays pourraient puiser dans les quelques 100 mrds$ (69 mrds€) d'avoirs du régime libyen placés à l'étranger.




Jeudi 14 Avril 2011



Lu 1088 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte


Commentaires

1.Posté par Imbert de Dion le 14/04/2011 18:45
Ce n' est pas le moment de "lâcher" !! La crise Ivoirienne vient de trouver son dénouement mais cela a duré 4 mois, beaucoup de morts et de drames humains........! De surcroit la France a joué un rôle quasi irréprochable et elle fait de même en Libye. Mais ce genre de problème ne se règle hélas pas par un coup de baguette magique : il faut de la vision, du courage et de la ténacité. Le véritable printemps Arabe et peut-être Africain est à ce prix !

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise