Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le salaire minimum algérien sera réévalué de 25% en 2010


ALGERIE. La réunion de la Tripartite qui regroupe le gouvernement algérien, les syndicats patronaux et l’unique centrale syndicale de salariés, l’Union générale des travailleurs (UGTA), a décidé dans la nuit du 2 au 3 décembre 2009 une réévaluation du Salaire national minimum garanti (SNMG) de l’ordre de 25%.



L’inflation de l’ordre de 5,6% pourrait faire perdre le sourire aux membres de la Tripartite (photo DR)
L’inflation de l’ordre de 5,6% pourrait faire perdre le sourire aux membres de la Tripartite (photo DR)
ALGERIE. La réunion de la Tripartite qui regroupe le gouvernement algérien, les syndicats patronaux et l’unique centrale syndicale de salariés, l’Union générale des travailleurs (UGTA), a décidé dans la nuit du 2 au 3 décembre 2009 une réévaluation du Salaire national minimum garanti (SNMG) de l’ordre de 25%.

Dès le 1er janvier 2010, le SNMG passera de 12 000(110€) à 15 000 DZD(135,5€) , soit une augmentation de 3 000 DZD(27,5€).

Des négociations de branche et d’entreprises devraient suivre d’ici un mois en vue d’ajuster les grilles de salaires correspondantes sur cette décision.

L’Etat, en tant qu’employeur, mènera de son côté des négociations dans la Fonction publique.

Négociera-t-il alors avec les syndicats autonomes, largement majoritaires dans la Fonction publique ?

Les pouvoirs publics se refusent en tout cas, jusqu’à aujourd’hui, à inviter ces organisations pourtant largement représentatives, aux travaux de la Tripartite en tant que partenaires sociaux à part entière, aux côtés de l’UGTA.

Suppression de la retraite anticipée

Les pouvoirs publics se refusent à inviter pleinement les autonomes, pourtant largement représentatifs, aux travaux de la Tripartite, aux côtés de l’UGTA et de son patron, Abdelmadjid Sidi Saïd (photo DR)
Les pouvoirs publics se refusent à inviter pleinement les autonomes, pourtant largement représentatifs, aux travaux de la Tripartite, aux côtés de l’UGTA et de son patron, Abdelmadjid Sidi Saïd (photo DR)
La Tripartite a décidé par ailleurs que le paiement des allocations familiales des entreprises privées resterait provisoirement à la charge de l’Etat alors que les départs en retraite anticipée avant 65 ans ont été supprimés.

Du côté des entreprises, aucune nouvelle baisse fiscale ou de charges sociales n’a été annoncée.

Quant au paiement par Crédit documentaire (Credoc) qui avait fait couler tant d’encre, depuis sa promulgation comme seul mode de règlement des importations à l’occasion de la loi de Finances complémentaire (LFC) 2009, il fera l’objet de facilitations au cas par cas au profit des entreprises productives qui importent leurs intrants.

Intervenant sur les ondes de la radio publique Alger Chaîne 3 pour commenter les résultats de cette rencontre gouvernement-patronat-syndicat, l’économiste Mustapha Mekkidèche, actuel vice-président du Conseil économique et social (CNES), l’a jugée conséquente.

Il a toutefois mis en garde contre un dérapage de l’inflation, actuellement de l’ordre de 5,6%, qui pourrait annihiler les efforts consentis en matière d’augmentation de salaires.
D’une façon générale, il a considéré que le gouvernement avait fait preuve de pragmatisme.

En conclusion, il a déclaré qu’il fallait impérativement accroitre la productivité et la compétitivité des entreprises.


Lire aussi: La loi de Finances algérienne baisse les impôts et relève les minimas sociaux
et Une nouvelle politique économique algérienne


Amal Belkessam, à ALGER


Jeudi 3 Décembre 2009



Lu 8266 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise