Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le projet marocain de cimenterie à Fos-sur-Mer s'enlise


La cimenterie marocain de Sudvrac n'est pas la bienvenue à Fos-sur-Mer. Bénéficiant d'un avis favorable de la Préfecture, elle doit désormais faire avec l'hostilité des salariés syndiqués de ses concurrents dans la région mais aussi celle de la mairie de Fos-sur-Mer. D'une capacité de 400 000 tonnes par an, cette usine proposerait une centaine d'emplois.



L'usine de Belli Mellal au Maroc (photo : Cimat)
L'usine de Belli Mellal au Maroc (photo : Cimat)
BOUCHES-DU-RHÔNE. La société marocaine Sudvrac (groupe Sefrioui) envisage d'implanter un complexe cimentier à Fos-sur-Mer, près de Marseille. Les oppositions ne manquent pas, à commencer par celles des élus locaux mais aussi des salariés des usines de ciment Vicat, Lafarge et Calcia.

Dernier épisode en date, vendredi 16 décembre 2016 à Marseille, une délégation du syndicat Force Ouvrière (FO) a manifesté devant le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur pour dénoncer cette arrivée.

Le groupe dirigé par Anas Sefrioui, veut traiter dans ce centre de broyage et d'expédition d'une capacité de 400 000 tonnes (extensible à 600 000) de clinker, la matière première servant à fabriquer le ciment. Ce projet d'usine sans carrière comprend deux phases. La première consiste en l'importation de ciment, le stockage en silos, l'ensachage et l'expédition en sacs ou en vrac. La seconde englobe l'importation de clinker, de gypse et d'ajouts (calcaire et matériaux inertes) , leur stockage, le broyage, et l'expédition du ciment. 80% de la production devrait être livrée en vrac par camion citerne et 20% par ensachage (sacs de 25 ou 35 kg).

50 M€ d'investissement et une centaine d'emplois

Après un investissement de 50 M€, Sudvrac voulait générer quarante-quatre emplois directs et soixante indirects. Selon FO, ce sont en revanche 300 emplois directs et 700 indirects qui seraient menacés par cette implantation dans le sud de la France. La région consomme 40% de la production française de ciment. Les salariés des usines Vicat, Lafarge et Calcia critiquent notamment le fait que le clinker sera importé du Maroc et pas extrait en France. Contrairement aux usines existantes qui se fournissent auprès des sites présents autour de Fos-sur-Mer et dans le Haut-pays niçois.

Immatriculée fin novembre 2011 au registre du commerce (capital social de 200 000 €) et domiciliée à Marseille, Sudvrac est dirigée par Malik Sefrioui. L'actionnaire majoritaire (75%) est Omnium des industries et de la promotion dont le Pdg est Anas Sefrioui également Pdg du groupe Addoha (promotion immobilière) et Cimat (Ciments de l'Atlas - opérateur cimentier) au Maroc. Le second actionnaire, à 25%, est CEM 21 créée par Jean-Marc Domange, ancien directeur général de Ciments Calcia France et Belgique et présidé aujourd'hui par Vincent Lefebvre, ancien directeur général d'Holcim Espagne.

L'entreprise a déposé un dossier en mars 2013 auprès du Grand Port maritime de Marseille (GPMM) qui l'a accepté en novembre 2014. Le GPMM avait lancé, en décembre 2012, un appel à projets (SITMAT) pour sa Zone industrialo-Portuaire à "tout opérateur économique qui serait porteur de projet (s) générateur (s) de trafic maritime reposant sur de l'import/export de matériaux de construction en vrac".

Le permis de construire est obtenu, au lieu-dit Caban Sud, en mai 2016. Le début des travaux était prévu trois mois après l'autorisation d'exploiter. L'enquête publique (mai à juin 2016 avec cinq réunions) a donné lieu à un avis favorable du commissaire enquêteur. Même ci, de l'aveu même de la Préfecture dans son arrêté sur les conclusions et avis, "le public ne s'est pas mobilisé pour cette enquête".

Le Havre accueille le groupe marocain

En mai 2016, une réunion publique à la Maison de la mer à Fos-sur-Mer, permet à la société de manutention portuaire Carfos de faire part de son soutien au projet "au motif d'une ouverture supplémentaire du trafic maritime". La société Carfos assurerait l'acheminement des matières premières du terminal minéralier au site de Sudvrac, par bande transporteuse.
Dans la même sallle, le maire de Fos-sur-Mer, René Raimondi, exprimait de fortes réserves. "Vous aurez une opposition de la part de la municipalité de Fos-sur-Mer, non pas sur le volet technique mais le volet social du dossier" indiquait-il alors.

En juin 2016, son conseil municipal émet effectivement un avis défavorable pour l'installation de la société marocaine. Dans leur compte-rendu, les édiles affirment "identifier un impact économique très important. Avec une chute de consommation de 15% entre 2012 et 2015, le marché du ciment est en pleine crise. A ce jour, l'industrie cimentière fait l'objet de rationalisation, de fermetures de sites ou de transformation de cimenteries en stations de broyage". Ce à quoi répondait Sudvrac, par anticipation, dans l'enquête publique : "Nous investissons en bas de cycle afin de (nous) préparer à une forte demande de ciment dans les dix prochaines années".

Evoquant "une concurrence inéquitable", les élus pointent aussi "l'importation de clinker ainsi que des matières premières depuis l'étranger et notamment du Maroc et de l'Espagne avec un prix plus faible que celui du marché français." Réponse de Sudvrac, toujours dans l'enquête publique, "la majorité des matières premières qui rentreront dans la fabrication des ciments de Sudvrac seront achetées sur le marché international en provenance des pays du bassin méditerranéen. Les prix sont donc accessibles à toutes les entreprises de l'industrie cimentière".

Depuis 2014, le groupe Sefrioui a trouvé un meilleur accueil au port du Havre où il exploite Vracs de l'Estuaire à Oudalle. Les actionnaires ont racheté des participations (75%) dans une cimenterie déjà existante pour installer leur projet similaire à celui de Sudvrac. Opérationnelle depuis octobre 2016, elle bénéficie d'une capacité de production de 700 000 tonnes par an.

Ciments de l'Atlas (CIMAT), filiale du groupe Sefrioui qui porte les deux projets, dispose de deux usines au Maroc (Ben Ahmed, à 70 km de Casablanca, et Beni Mellal au centre du pays) d'une capacité de 1,6 million de tonnes chacune.




Vendredi 16 Décembre 2016



Lu 2518 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 19 Octobre 2017 - 10:24 Premier vol de l'A330neo pour Airbus

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA