Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Le président Bouteflika annonce la prochaine levée de l’état d’urgence en Algérie




Le président A. Bouteflika a annoncé quel’état d’urgence instauré le 9 février 1992, sera levé très prochainement  (photo DR)
Le président A. Bouteflika a annoncé quel’état d’urgence instauré le 9 février 1992, sera levé très prochainement (photo DR)
ALGERIE. L’état d’urgence en vigueur dans le pays depuis le 9 février 1992 sera levé «dans un très proche avenir » a déclaré le président de la République lors d’un conseil des ministres tenu le 3 février 2011.

Abdelaziz Bouteflika a chargé le gouvernement d’élaborer de nouveaux textes afin de «poursuivre la lutte antiterroriste jusqu’à son aboutissement».

Les autorités algériennes justifient depuis toujours le maintien de l’état d’urgence par les nécessités de la lutte antiterroriste.

Alors que 21 députés d’obédiences politiques diverses déposaient, le 2 février 2011, un projet de loi mettant un terme à l’état d’urgence sur le bureau de l’Assemblée populaire nationale (APN), le vice-Premier ministre et ancien ministre de l’Intérieur, Yazid Zerhouni affirmait encore que «la levée de l’état d’urgence n’est pas actuellement à l’étude».

Il a de toute évidence été désavoué par Bouteflika.

Dans une conjoncture politique marquée par une explosion sociale de la jeunesse au début de l’année, sur fond de soulèvements populaires dans le monde arabe (Tunisie, Egypte, Yémen…), le président satisfait ainsi une revendication avancée par des partis, des syndicats, des associations et des personnalités dont certains ont appelé à une manifestation le 12 février 2011 pour exiger, entre autres, la levée de l’état d’urgence.

Les pouvoirs publics restent en revanche fermes sur la question des marches, le président réaffirmant que celles-ci sont autorisées, sauf dans la capitale.

Lire aussi: L’Algérie confrontée à une montée de la grogne sociale sur fond d’incertitude politique
Les Algériens commencent à tirer un premier bilan d’une semaine de révolte juvénile


A. Belkessam, à ALGER


Jeudi 3 Février 2011



Lu 1590 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Vendredi 24 Octobre 2014 - 11:25 Un Israélien sur sept se sent pauvre


Commentaires

1.Posté par mahmoud le 12/02/2011 21:17
A MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Monsieur le Président, nous avons mis tous nos espoirs et l'avenir de nos enfants lors de votre arrivée à la tête de l'état algérien, et nous étions toujours derrière vous pour vous soutenir dans vos efforts pour mettre sur pied ce pays qui est si cher à vos yeux, que vous portez dans votre cœur depuis la guerre de la libération.
Monsieur le Président, vous avez combattu le colonialisme afin que vive L'ALGERIE libre et indépendante et pour que chaque algérien vive heureux dans ce grand pays et ait un travail, un logement etc....
Monsieur le Président, nous somme les enfants de ce grand pays qui est L'ALGERIE, nous étions et nous somme derrière vous, afin de concrétiser votre programme, contre la hogra, l'exclusion et le marginalisme. Monsieur le Président certains cercles du pouvoir nous ont chassés de nos locaux commerciaux de MORETTI afin qu'ils se refugie au sein de la résidence d'état du sahel (club des pins, moretti) qui est le le meilleur complexe touristique d'Algérie.
Monsieur le Président, nous étions d'anciens travailleurs de L'EGT MORETTI, ils nous a été donné des locaux commerciaux en gérance libre contre notre démission de l'entreprise. On a laissé notre ancienneté qui varie entre 15 et 30 ans et depuis 4 années sans ressources, on a frappé à toutes les portes afin de pouvoir régulariser notre situation personnelle et familiale.
Monsieur le Président, nous vous implorons d'intervenir auprès des concernés, qu'ils nous rendent nos locaux commerciaux afin de subvenir aux besoins de nos familles (les 100 ex travailleurs de l'egt moretti).
Monsieur le Président, cette ALGERIE que vous avez libérée n'a pas besoin d'une résidence d'état, d’installer dans un grand complexe touristique d'une renommée mondiale, ou l'accès est interdit aux algériens, ainsi que les plages.
Monsieur le Président tous les honnêtes ALGERIEN on mis tous leurs espoirs en vous en tant que moudjahid et grand militant de la cause algérienne, qui est votre pays et restera dans votre grand cœur le seul pays, L'ALGERIE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Monsieur le Président,il y a beaucoup de HOGRA, venant de ces soit disant responsables qui occupent de hautes fonctions au sein de la présidence et au gouvernement, qui font le beau et le mauvais temps en votre NOM PERSONEL. Et au nom de la PRESIDENCE, en méprisant, marginalisant, établissant l'expulsion de ce peuple qui avait mis tout son espoir en vous, en tant que militant, moudjahid.
Monsieur le Président, la HOGRA , le chômage, l'exclusion a ramené une grande vague de protestation devant notre porte, chez nos voisin de TUNISIE et d'EGYPTE. Donc il est temps pour vous, en tant que président, de ramener une deuxième fois la paix et l'espoir en nous et dans nos cœurs en intervenant afin qu'on puissent récupérer nos locaux commerciaux et commencer à travailler et penser à l'avenir d'une Algérie que vous avez toujours défendu.

EX TRAVAILLEUR ET GERANT DU CENTRE MORETTI

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes dimensions internationales de la crise libyenne
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La situation politique en Libye est extraordinairement complexe et voisine de l’anarchie. Depuis les élections de juin 2014, il existe deux parlements et deux gouvernements.
 

avis d'expertIsraël / Palestine : la paix est-elle encore possible après la dernière guerre de Gaza ?
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Malgré les mille précautions de Tsahal et à cause de la politique du « bouclier humain » du Hamas (confirmée par l’ONU et certains journalistes), ce sont encore les civils gazaouis qui ont payé le prix le plus fort de cet ultime conflit...
 

avis d'expertVers un modèle de cluster maghrébin spécifique
 
Paulette Pommier, Consultante internationale en développement régional et aménagement du territoire
Dans les trois pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) des concentrations géographiques d’activités, clusters spontanés ou organisés, ont été recensées...
 

avis d'expertLe Maghreb est-il prêt à accueillir des coproductions ?
 
Amal Chevreau, responsable pôle études et production à Ipemed
Au sein de l'UE, le taux de chômage est estimé à 10,2% en juin 2014 (1). Au Sud, le taux de chômage est de l'ordre de 20 à 25 % chez les jeunes...
 

Autres avis d'experts