Econostrum

Read in your language
Facebook | © icondock.com
Twitter | © icondock.com
Google+ | © icondock.com
Rss | © icondock.com
Flickr | © icondock.com
en.econostrum.info | © icondock.com
Econostrum le blog | © icondock.com
Mobile | © icondock.com


            partager partager

Le marché de l'automobile rétrograde dans le sud de l'Europe


La circulation est fluide... dans les concessions automobiles françaises, espagnoles, portugaises, italiennes et grecques. La vente de véhicules neufs ou d'occasion a atteint des niveaux planchers en 2011 et aucun embouteillage n'est prévu en 2012. La crise et la fin des mesures incitatives ont freiné les achats durablement.



Le marché de l'automobile péréclite en Europe du sud (photo F.Dubessy)
Le marché de l'automobile péréclite en Europe du sud (photo F.Dubessy)
EUROPE DU SUD. Le marché de l'automobile subit un accident de parcours notoire autour des pays du sud de l'Europe. La crise économique les plonge, en effet, dans une récession sans pareil. Selon une enquête d'Euler Hermes, la production mondiale automobile a augmenté de 11% dans le monde au cours des cinq dernières années mais se trouve en baisse en Europe (-11%).

Pire, en Europe du Sud, toujours selon Euler Hermes, Espagne, France et Italie "affichent des volumes produits inférieurs de -20%, -36% et -38% à leur niveau 2007. Ces trois marchés ont souffert de la baisse de la demande, mais aussi, pour la France et l’Italie, de la délocalisation en zone low cost d’une partie importante de leur production."

Ceci ne fait que traduire le recul persistant des ventes constaté depuis quelques années chez les concessionnaires sud-européens.

Étouffé par la conjoncture économique, le Portugal voit ses ventes de voitures neuves chuter de 31,3% en 2011 avec 153 433 véhicules, d'après l'Association automobile portugaise (Acap ). Quant aux ventes totales, elles reculent, au mois de décembre 2011, de 50,6% par rapport à la même période de 2010 indique l'Acap. Renault se positionne à la première place sur ce marché malgré une baisse de 37,6%.

Les Françaises en chute libre en Espagne et en Italie

La Renault Mégane reste le véhicule le plus vendu en Espagne (photo DR)
La Renault Mégane reste le véhicule le plus vendu en Espagne (photo DR)
L’Espagne voisine n'est pas épargnée non plus. Avec seulement 808 059 véhicules neufs immatriculés (174 000 unités de moins qu’en 2010), les ventes de voitures dans le pays chutent de 17,7% sur l’ensemble de l’année 2011. Un recul de 3,6% est constaté sur le mois de décembre 2011. Sur la totalité de l'année, les ventes aux particuliers ont baissé de 33,6% alors que les ventes aux entreprises augmentaient de 6,3% et celles aux loueurs de 4,3%. Le constructeur Seat reste en retrait (- 17,8%) sur son marché domestique qu'il continue pourtant de dominer.

Les Françaises quittent le podium ibérique avec des baisses conséquentes : - 22,5% pour Peugeot, - 21,9% pour Renault et - 27,1% pour Citroën. Même si la Renault Mégane aura été le modèle le plus vendu en Espagne avec 35 597 unités suivie de la Seat Ibiza (31 106) et de la Citroën C4 (28 825).

Selon Centro Studi Promotor (CSP), le cabinet d'étude italien spécialisé, "l'aggravation de la crise économique" et la hausse "anormale" des tarifs de l'assurance et des carburants expliqueraient la diminution de la demande en Italie en 2011. Une diminution sévère puisque, selon le ministère italien des transports, le pays voit ses ventes de voitures neuves chuter de 15,3% en décembre 2011 et de 10.88% pour l'année 2011 qui a vu l'immatriculation de 1,78 million de véhicules (dont 111 212 neufs). Le plus bas niveau depuis 1996 !
Les ventes de véhicules d'occasion baissent de 6,4% en décembre 2011.

La marque Fiat accuse une diminution de ses ventes sur son marché domestique de 19,5 % pour l'année 2011 avec 363 017 véhicules vendus soit 90 000 de moins qu'en 2010. Lancia se trouve en baisse de 2,4% (84 856 unités soit 2 000 de moins) alors qu'Alfa Romeo affiche une progression de 12% (58 148 ventes soit 7 000 de plus).
À noter que sur ce marché, même les marques importées sont en recul et notamment les Françaises avec respectivement -21,4%, -22,8% et 25,8% pour Renault, Citroën et Peugeot.

L'association des importateurs d'automobiles (Unrae) envisage une nouvelle baisse du marché en 2012 avec un résultat sous la barre des 1,7 millions de voitures vendues.
Selon Promotor, "les perspectives pour 2012 n’apparaissent pas positives ; la tendance défavorable observée au second semestre de 2011 devrait se poursuivre et même s’aggraver."

Pessimisme pour 2012

En France, après un fort recul en 2010, expliqué par l'arrêt de la prime à la casse dans ce pays, les concessionnaires affichent encore un recul de 2,1% pour les immatriculations neuves en 2011 selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Dans l'hexagone, il s'est vendu 2,2 millions de voitures neuves. Les marques les plus touchées restent les Françaises (- 7%) avec un recul de 9,6% pour Renault (-15% pour Dacia), 7,7% pour la marque Peugeot et 1,5%. Un lourd contraste avec les marques étrangères qui elles réalisent une hausse de 4,9% avec mention spéciale à Nissan (+32,7%)

Dans l'hexagone, les ventes de voitures chutent de -17,8% en décembre 2011 par rapport à la même période en 2010. Parmi les grands noms de l'automobile, PSA chute de -4,9% et Renault de -9,6%, tandis que les constructeurs étrangers enregistrent une augmentation de leurs ventes de +4,9%. Ce qui laisse envisager une bien terne année 2012.

En Grèce, les chiffres 2011 ne sont pas encore disponibles. En 2010, les immatriculations de voitures neuves avaient dégringolé de 37% selon l'Autorité de statistique grecque (El.Stat.) avec seulement 153 000 voitures neuves et d'occasion vendues (sur 5,2 millions en circulation à fin 2010). Les dernières données publiées par El.Stat. montrent la poursuite du déclin avec une chute de 42% des immatriculations neuves et d'occasion pour les six premiers mois de l'année 2011. Avec 72 048 véhicules vendus.

La crise économique amorcée, le marché de l'automobile pour 2012 pourrait s'avérer plus morose encore en Europe du Sud.

Selon Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes, « le marché est logiquement rattrapé par la réalité économique. Avec la fin des plans de relance et l’austérité ambiante dans la majorité des pays européens, l’automobile ne peut que poursuivre sa lente agonie et devrait baisser de nouveau de -3 à -5% l’an prochain.»

Le pessimisme est même accentué pour la France. " Nous constatons actuellement une forte dégradation des carnets de commandes qui devrait se traduire par une chute de croissance de -10% en 2012, la plus forte en Europe. Par ailleurs, les constructeurs français pâtissent d’une rentabilité faible à 2,2%, trois fois inférieure à celle de l’Allemagne" affirme Yann Lacroix, responsable des études sectorielles chez Euler Hermes.
A l'image de son économie, la situation du marché de l'automobile est catastrophique en Grèce (photo F.Dubessy)
A l'image de son économie, la situation du marché de l'automobile est catastrophique en Grèce (photo F.Dubessy)


Astrid Jousset avec Frédéric Dubessy


Mercredi 4 Janvier 2012



Lu 4313 fois
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes relations euro-méditerranéennes, quel avenir ?
 
Jean François Coustillière Consultant indépendant - Associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
Les relations internationales autour de la Méditerranée, sur les frontières sud de l’Europe conditionnent la paix et la sécurité de l’Union européenne.
 

Autres avis d'experts
 




Budget et fonds européens 2014/2020

Econostrum.info propose en partenariat avec le Parlement Européen, un dossier spécial « Budget et fonds européens 2014/2020 »