Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le marché automobile italien déprime


L'industrie automobile méditerranéenne n'échappe pas à la crise. Tous les pays la subissent de plein fouet, mais le soutien de l'Etat (et aussi de la BEI pour les Européens) limite la casse. Primes pour favoriser le changement de voiture, aides directes aux constructeurs, baisses momentanées de TVA, les parades jouent bien leur rôle.

En Italie, le marché patine. Le groupe Fiat envisage des partenariats industriels avec ses concurrents.



Le Lingotto, siège du groupe Fiat à Turin (Photo Groupe Fiat)
Le Lingotto, siège du groupe Fiat à Turin (Photo Groupe Fiat)
ITALIE. Le marché automobile transalpin a attaqué l’année 2009 comme il avait fini 2008: patraque. En janvier, les immatriculations de voitures neuves ont chuté de 32,6% (en moyenne annuelle), obligeant le gouvernement Berlusconi à dégainer en urgence un plan de relance début février.

Comme en France et en Allemagne, l’une des mesures phares de cet arsenal anti-crise est une prime à la casse d’un montant de 1 500 euros pour les Italiens acceptant de troquer leur véhicule de plus de dix ans pour un modèle neuf moins polluant.

Ce coup de pouce a immédiatement produit son effet. En février 2009, les transalpins ont retrouvé le chemin des concessionnaires. Les commandes de véhicules neufs ont progressé de 4% par rapport à février 2008 (220 000 contre 213 000).

Ce regain a permis de ralentir le déclin du marché, la baisse du volume des ventes sur un an n’étant plus que de -24,4% contre - 2,6% un mois plus tôt.

Rebond des ventes en février

Le groupe Fiat (marques Fiat, Alfa Romeo & Lancia) a été l’un des principaux bénéficiaires de ce redémarrage.

Premier employeur privé du pays avec 78 000 salariés, la firme turinoise a vu ses ventes bondir de 50% en février par rapport à janvier et de 30% par rapport à la même période de 2008.

Ce boom a profité en premier lieu aux véhicules fonctionnant avec du méthane (gaz naturel pour véhicules, GNV) dont les ventes ont été multipliées par cinq en un mois.

Ce retour de la demande a permis au constructeur de suspendre les mesures de chômage partiel qu’il avait prévu d’imposer à 8 200 ouvriers de ses chaînes de montage.

Gel des investissements

Le succès de la nouvelle Fiat 500 peine à masquer la crise (Photo Groupe Fiat)
Le succès de la nouvelle Fiat 500 peine à masquer la crise (Photo Groupe Fiat)
Malgré cette embellie, la santé du constructeur transalpin reste précaire. Fin janvier 2009, en présentant les résultats 2008 du groupe, le patron de Fiat Sergio Marchionne reconnaissait que le constructeur traversait "l’une des pires périodes de son histoire".

En dépit du succès de la nouvelle Fiat 500, nombre de clignotants restent au rouge au Lingotto, siège turinois du groupe. En cinq ans, son endettement s’est encore gonflé de 11%, atteignant le chiffre stratosphérique de 5,9 mds€.

Ce boulet a obligé le constructeur à effectuer des coupes sombres dans son budget . En 2009, ses dépenses d’investissement vont fondre de 20% (de 5 à 4 mds€). Cette cure d’austérité va le conduire à geler son programme de lancement des nouveaux modèles, dans l’attente des jours meilleurs.

Alliances industrielles

Face à la gravité de la situation, la piste d’une alliance avec des concurrents revient en force. Après l’échec des fiançailles avec General Motors en 2004, la firme turinoise s’est rapprochée de l’américain Chrysler. But de la manoeuvre: nouer un partenariat industriel qui permettrait à Fiat de prendre pied sur le marché nord-américain.

Convaincu qu’au terme de la crise, il ne restera plus que six constructeurs automobiles sur le marché mondial, Sergio Marchionne pousse également en faveur d’un rapprochement avec un partenaire européen.

Récemment, la presse transalpine s’est fait l’écho de discussions en coulisses entre les dirigeants turinois et leurs homologues du groupe Peugeot-Citroën (groupe PSA). Encore tabou, le projet de fusion a été aussitôt démenti. La conjoncture pourrait pourtant précipiter le mouvement...

Lire aussi: Le chiffre d'affaires de Ferrari fait un bond en 2008

Lire la suite de notre dossier
La France prête 6,5 mds€ aux constructeurs automobiles
Le Maroc croit en l'avenir de son industrie automobile
L’Algérie reste un marché en croissance pour le secteur automobile
L'Espagne injecte 4 mds€ pour sauver son secteur automobile
La production automobile turque en chute de 60% par rapport au début de 2008




Vendredi 20 Mars 2009



Lu 4954 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mercredi 30 Novembre 2016 - 08:43 PSA va fabriquer un pick-up en Tunisie

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise