Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le journaliste grec Kostas Vaxevanis dénonce la censure dans son pays


Kostas Vaxevanis, 46 ans, journaliste réputé en Grèce, producteur de l’émission "Boîte de Pandore" et rédacteur en chef du magazine mensuel d'investigation Hot Doc a été acquitté jeudi 1er novembre 2012 au soir malgré l'avis contraire du procureur. Il risquait jusqu'à cinq ans de prison pour avoir publié la liste de 2 059 propriétaires grecs de comptes bancaires en Suisse. Mais trois autres journalistes restent suspendus pour des délits d'opinion et deux blogueurs demeurent en attente de procès pour les mêmes raisons. La censure s'installe en Grèce selon Kostas Vaxevanis interrogé par Econostrum.info.



Kostas Vaxevanis s'explique (photo T.Iacobi)
Kostas Vaxevanis s'explique (photo T.Iacobi)

Econostrum.info : Pourquoi avez-vous été arrêté ?      

Kostas Vaxevanis
: Les autorités politiques et la justice au lieu d’arrêter les fraudeurs ou les ministres, qui se sont rendus coupables pour avoir caché cette liste sans l’utiliser, répriment à la place la vérité et les journalistes.    
J’ai devant moi le pouvoir, un pouvoir corrompu qui fonctionne comme une mafia et j’y fais face.      

Econostrum.info : Vous attendiez-vous à cette réaction ?

Kostas Vaxevanis : Je m’attendais bien sûr à des réactions, mais je ne m’attendais pas à ce qu’une chasse à l’homme soit déclenchée, que des dizaines de policiers me suivent et surveillent les endroits que je fréquente. D’autant que cette opération s'appuyait uniquement sur un ordre verbal du procureur et sans aucune prise de position du gouvernement ou de l’État grec sur ce qui se passe, à savoir la publication d’une liste authentique de grands fraudeurs fiscaux qui existe depuis longtemps, mais gardée cachée pour protéger ceux qui y sont mentionnés.  
Une liste que deux ministres des finances ont déclaré au parlement avoir perdue (ndlr : Georges Papaconstantinou et Evangelos Venizelos) et qu'un troisième, l'actuel (ndlr: Giannis Stournaras), a publiquement déclaré qu'il allait la redemander à la France, car Christine Lagarde, alors ministre des Finances, l’avait remise à la Grèce. Ils devraient me remercier, je l'ai retrouvée pour eux !

Econostrum.info : Pour quelle raison le gouvernement n'a pas utilisé cette liste ?

Kostas Vaxevanis : Beaucoup de personnes dans cette liste sont des amis du pouvoir, de députés et des ministres. En lisant ces noms, nous comprenons pourquoi la justice et les organes de l'État se sont abstenus de réagir tout ce temps.    


"Aucun délit"

Econostrum.info : Sur quoi reposait le chef d'accusation ?

Kostas Vaxevanis : Le chef d’accusation est un délit.  Mais, ce que je trouve terrible c’est que le procureur d’Athènes, qui m’a appliqué la procédure des flagrants délits pour violation de la loi sur la protection des données personnelles, n’ait pas jugé utile de déclencher cette même procédure pour le plus grand journal du pays, Ta Nea qui publiait voici un mois une liste d’artistes grecs avec leurs déclarations fiscales à l’appui. Ce qui, pour le coup, concernait vraiment des données personnelles.      

Econostrum.info : Que répondez-vous à cette accusation ?

Kostas Vaxevanis : Nous n’avons commis aucun délit ! Vu le climat crée par la non-publication de cette liste, dont tout le monde connaissait l'existence, la publier répondait à l’intérêt public.
Fini les mensonges, maintenant ils doivent dire comment ils vont contrôler les détenteurs de ces comptes en Suisse. Bien évidemment, disposer d'un compte en Suisse ne veut pas dire être fraudeur, ça nous l’avons précisé dans l’article publié avec la liste.    
Nous publions aujourd’hui dans Hot Doc des interviews de personnes citées dans cette liste qui nous soutiennent.    
Cela devrait faire réfléchir les autorités.    


2 milliards d'euros sur la liste Lagarde

Econostrum.info : N’est-ce pas dangereux tout de même de publier ainsi des noms ?

Kostas Vaxevanis : Publier des noms de femmes prostituées séropositives comme l'a fait la police relayée par les médias est dangereux, oui, et illégal, et ça ne sert à rien.    
Pourtant, je n'ai constaté aucune suite juridique !   
Si des salariés gagnant une misère se trouvent imposés au-delà de la limite de la pauvreté et qu'ils payent alors que d'autres vident leurs comptes vers l'étranger sans payer de taxes, ça ce n'est pas un délit ? Surtout dans la situation actuelle du pays?      

Econostrum.info : Combien d’argent a quitté le pays ces dernières années, le savez-vous ?

Kostas Vaxevanis : La question n’est pas de savoir combien d’argent est parti. La question est de savoir si cet argent a quitté le pays légalement et si les taxes ont été payées.    
C'est ce qu'aurait dû faire le gouvernement au moment même ou cette liste lui a été remise.    
D'après mon enquête, nous estimons à 2 milliards d'euros les montants totalisés par la liste Lagarde. Il n'est pas exclu qu'une bonne partie de cet argent ait été déplacé depuis dans d'autres banques.  


C'est pourquoi, je pense que ces ministres des Finances, qui ont menti au peuple grec, devraient se trouver devant les tribunaux.    
  
Econostrum.info : Cette poursuite est une poursuite personnelle, ou pensez-vous que la liberté de la presse se trouve en danger en Grèce ?

Kostas Vaxevanis : Hot Doc est un journal d'investigation. Et le journalisme d'investigation gêne, il doit disparaître.    
Mais il existe une nouvelle forme de censure en Grèce. Plus aussi franche que du temps des colonels où ils interdisaient d'écrire contre l’intérêt national. L’État décidant ce qui définissait l’intérêt national. Maintenant, j'entends parler de la protection de données personnelles. Ceci s'avère plus pervers et tout aussi dangereux pour la liberté de la presse.



Propos recueillis par Thomas Iacobi, à ATHENES


Vendredi 2 Novembre 2012



Lu 1500 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Commentaires

1.Posté par Gérard Tur le 08/11/2012 16:57
Question de la rédaction aux lecteurs d'Econostrum.info : Pensez-vous que Kostas Vaxevanis a eu raison de publier cette liste ?

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise