Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le gouvernement espagnol veut très fort le télescope européen


Le gouvernement espagnol affiche sa volonté de tout faire pour accueillir le télescope européen géant E-ELT, sans toutefois s'engager sur son propre investissement financier dans l'opération. Cette course qui l'oppose au Chili et au Maroc a pris, au fil des mois, une dimension politique et nationale.



L'emplacement final de l'E-ELT devrait être connu sous peu (photo ESO)
L'emplacement final de l'E-ELT devrait être connu sous peu (photo ESO)
ESPAGNE / EUROPE. Alors que le choix final de l’ESO (l’Organisation européenne pour la recherche astronomique dans l’hémisphère sud) pour l’emplacement du super-télescope européen (E-ELT ) devrait être dévoilé dès la fin 2009, le gouvernement espagnol n’en fait plus mystère: ses ministres ont  décidé de s’engager coûte que coûte pour la candidature espagnole.

La péninsule concourt désormais contre le Chili et contre le Maroc, l’Argentine ayant récemment été écartée de la course.

Un projet qui prend un tour politique

Le 18 novembre 2009, la ministre espagnole de la Science et de l’Innovation, Cristina Garmendia, a solennellement déclaré devant l'Assemblée que l’engagement du gouvernement espagnol en faveur de l’accueil de ce super-télescope de 42 mètres de diamètre serait « total et maximum ». 

Une déclaration qui intervient alors que le député de l’opposition (Parti Populaire), Pablo Matos, interrogeait la ministre sur les actions entreprises pour soutenir la candidature de l’Espagne: « il ne suffit pas d‘appuyer le projet, il s’agit de lutter pour obtenir cette implantation, a-t-il martelé devant l‘Assemblée. Le Chili est un sérieux rival qu'il ne faut pas sous-estimer. » En effet, ce pays héberge déjà deux observatoire de l'ESO. 


Il faut dire que l’accueil du télescope géant pourrait procurer à l'Espagne de larges retombées financières, la création de 250 emplois mais surtout « un rayonnement scientifique international », comme l'a souligné Pablo Matos.  
 
Or, cet hébergement supposerait un investissement de l'ordre de 1 md€ au total: si 300 M€ étaient pris en charge par l'ESO, l'Espagne n'a dit mot de sa volonté d'investissement. 

La Palma en bonne position

Le site du Roque de Los Muchachos (La Palma) possède de solides atouts (photo ESO)
Le site du Roque de Los Muchachos (La Palma) possède de solides atouts (photo ESO)
L'Espagne peut néanmoins se targuer d’avoir remporté une bataille puisqu’elle a reçu, en mars 2009, le feu vert de l'ESO « pour la création d’un groupe d’experts qui devrait évaluer précisément les points forts du site à La Palma », a rappelé Cristina Garmendia.   

Les critères d'évaluation comprennent notamment les paramètres atmosphériques, les synergies avec les autres sites de l'ESO et la qualité du terrain de construction du futur télescope de 5000 tonnes et de 80 mètres de haut.  

En effet, si l’Espagne est choisie, l’emplacement prévu pour l’implantation de l’E-ELT se situera au Roque de los Muchachos à La Palma, aux Canaries, « un lieu dont le risque sismique reste très faible et où la qualité de l'air est très favorable », selon Jesús Burgos, directeur des projets institutionnels de l'Institut d'Astrophysique des Canaries (IAC ). 

Autre avantage de ce lieu : les scientifiques qui y travailleront « pourront concilier vie privée et recherche, contrairement au Chili où le site potentiel se trouve au beau milieu du désert », explique-t-il. Enfin, le site espagnol supposerait un investissement financier moindre que le site chilien. 
 
Lire aussi : L'Espagne veut accueillir le télescope géant européen


Anna Casal, à BARCELONE


Jeudi 26 Novembre 2009



Lu 3815 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise