Econostrum

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Le gouvernement espagnol valide un budget 2011 « de récupération »




La vice-présidente du gouvernement, María Teresa Fernández de la Vega (photo: DR)
La vice-présidente du gouvernement, María Teresa Fernández de la Vega (photo: DR)
ESPAGNE. En voulant satisfaire tout le monde, le nouveau budget de l'État espagnol risque de faire l'unanimité contre lui. À l'occasion du dernier Conseil des Ministres, la vice-présidente du gouvernement, María Teresa Fernández de la Vega, a défini ce budget comme celui « de la récupération économique, de la stabilité et de la confiance ».



Concrètement, les dépenses de l'État diminueront de 16% en 2011. Les principales sources d'économie concernent le gel du salaire des fonctionnaires (amputé de 5% cette année), la baisse de 10% des offres d'emplois publics, et une diminution de 10% également des frais de fonctionnement et de l'investissement. Ce qui suppose une économie de 230 € pour l'ensemble des administrations publiques.



Avec une augmentation maîtrisée de la dette publique de l'ensemble de ces administrations, qui passera de 62,8% à 68,7%, soit « 20 points en dessous de la moyenne européenne », a précisé la vice-présidente du gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero.



Seule concession concernant les dépenses : la revalorisation des retraites les plus faibles (non soumises à l'impôt sur le revenu) qui augmenteront de 1% en 2011.



Côté recettes, l'augmentation des impôts pour les plus riches a été confirmée, mais atténuée. Les revenus supérieurs à 120.000 € par an seront soumis à un taux d'imposition de 44% (+1%), contre 45% (+2%) pour les revenus annuels supérieurs à 175.000. Cela représente une charge supplémentaire de 300 € par an pour les contribuables concernés, et 175 M€ de recettes supplémentaires pour l'état espagnol.



Les comptes de ce nouveau budget de l'État seront approuvés au Parlement le 30 septembre 2010.



Francis Mateo, à BARCELONE


Lundi 27 Septembre 2010



Lu 2014 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 26 Août 2014 - 19:02 La France se dote d'un nouveau gouvernement


Commentaires

1.Posté par Julio Martínez le 28/09/2010 08:57
Ce sont des budgets irréels qui vont produire plus de chômage et vont être approuvés grâce aux votes du Parti Nationaliste Basque lequel recevra 420 millions d'EURO de Zapatero seulement pour être maintenus au pouvoir. Les nationalistes, toujours avec le chantage...

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertLes questions non réglées de la négociation du Caire
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
La négociation laborieusement engagée au début du mois, au Caire, entre Israéliens et Palestiniens est dramatiquement bloquée.
 

avis d'expertIrak : l'État islamique pourrait bien changer la face du Moyen-Orient…mais pas comme nous le croyons…
 
Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Actuellement, dans le nord et l'ouest de l'Irak, a surgi un nouveau péril : l'État islamique (EI), le Daech, en arabe, d'Abou Bakr al-Baghdadi, connu à présent sous le nom du calife Ibrahim.

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL'économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d'acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d'Algériens.

Autres avis d'experts