Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le gouvernement algérien donne un caractère rétroactif à la loi 49%/51% et 30%/70%




Karim Djoudi, ministre des Finances  (photo DR)
Karim Djoudi, ministre des Finances (photo DR)
ALGÉRIE. On se souvient que le gouvernement algérien, sous l’impulsion directe du président Bouteflika, avait refusé, lors de la discussion de la loi de Finances complémentaire (LFC) 2009, de donner un caractère rétroactif à l’article obligeant tout nouvel investisseur étranger à s’associer, en tant que partenaire minoritaire, à un ou plusieurs partenaire (s) algérien (s) majoritaire (s).

Depuis, la répartition du capital entre l’investisseur étranger et son ou ses associé (s) algérien (s) s’opère à hauteur de 49%/51% dans le cadre d’un investissement productif et de 30%/70% dans celui d’un investissement commercial ou de services.

Or, la loi de Finances complémentaire (LFC) 2010 contourne désormais cette disposition en affirmant que «toute modification de l’immatriculation au registre de commerce entraîne, au préalable, la mise en conformité de la société aux règles de répartition du capital sus-énoncées», en référence aux dispositions de la LFC 2009.

Ainsi, si une entreprise détenue à 100% ou majoritairement par des étrangers veut changer ses actionnaires ou la répartition du capital entre eux, elle doit impérativement se conformer aux dispositions de la LFC 2009 qui accordent la majorité au (x) partenaire (s) algérien (s) dans tout projet d’un investisseur étranger.

Sont cependant exclus de cette obligation, « la modification du capital social (augmentation ou diminution) qui n’entraîne pas un changement de l’actionnariat et de la répartition du capital entre les actionnaires, la suppression d’une activité ou le rajout d’une activité connexe, la modification de l’activité suite à la modification de la nomenclature des activités, la désignation du gérant ou des dirigeants de la société [ainsi que] le changement d’adresse du siège social

La LFC 2010 réintroduit ainsi, à certaines conditions, le caractère rétroactif des dispositions contraignant tout nouvel investisseur étranger à s’associer en tant qu’actionnaire minoritaire à un ou des partenaire (s) algérien (s). Dispositions qui n’avaient pas été retenues par la LFC 2009.

Une autre disposition de la LFC 2010 va dans le même sens. Il s’agit de l’article 58 qui stipule que «la durée de validité de l’extrait du registre du commerce peut faire l’objet d’une limitation pour certaines activités.»

Même si le même article précise que le ministre du Commerce définira par arrêté les modalités d’application de cette disposition, il apparaît clairement que tout renouvellement d’un registre de commerce détenu, en totalité ou majoritairement, par un étranger, tombera sous le coup de la nouvelle loi de répartition établie par la LFC 2009.

Lire aussi: La loi de Finances Complémentaire 2010 entre en application en Algérie
Une nouvelle politique économique algérienne
Les investisseurs étrangers dans la banque et la finance algérienne devront s'associer à des partenaires locaux
La LFC 2010 renforce le nouveau cours économique des autorités algériennes


A. Belkessam, à ALGER


Mardi 14 Septembre 2010



Lu 4022 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise