Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

"Le gouvernement a compris qu'il faut aller vite vers des pôles industriels de classe internationale"


Député à l'Assemblée populaire nationale (APN) dont il est membre permanent de la commission des Affaires économiques, du développement, de l'industrie, du commerce et de la planification, Kouadria Smain était auparavant secrétaire général du syndicat du complexe sidérurgique ArcelorMittal d’El Hadjar situé à Annaba. Réagissant à la dernière mesure de reprise de la totalité des parts du groupe ArcelorMittal en Algérie, il répond aux questions d’econostrum.info.



Smain Kouadria lors d'un meeting (photo DR)
Smain Kouadria lors d'un meeting (photo DR)
econostrum.info: Quelles raisons exactes ont amené, selon vous, les  autorités algériennes à reprendre la totalité des parts du groupe  ArcelorMittal en Algérie ?


Smain Kouadria: Il s'agit d'un accord de séparation négocié à l'amiable avec le groupe ArcelorMittal. Parmi les raisons à l’origine de cette décision, figure d’abord l’incapacité du groupe ArcelorMittal à mobiliser les fonds pour la réhabilitation du complexe d'El Hadjar, de la Tuberie sans soudure et des mines de Boukhadra et Ouenza. Or, cette réhabilitation était contenue dans le pacte des actionnaires d'octobre 2013.
 

Une autre raison tient à la sous-performance du premier sidérurgiste mondial par rapport à ses concurrents mondiaux. La valeur de l'action d'ArcelorMittal est allé trop loin dans sa chute : plus de 50% depuis le mois de mai 2015.

Des causes externes ont également joué. En premier lieu, la faiblesse de la demande de métaux de la part des pays émergents, Chine en tête, confrontés au ralentissement de leurs économies. Le ralentissement de la croissance dans les pays de la zone euro a poussé ArcelorMittal à allumer et éteindre les hauts fourneaux en fonction des cours mondiaux et de différer tous ses investissements à travers le monde.

Du côté des pouvoirs publics algériens, l'accord d'octobre 2013 (NDLR : qui a été préparé en mai 2013 par une équipe d'experts dans le domaine sous la conduite de l'ex-ministre Cherif Rahmani) a permis à la partie algérienne de négocier en position de force en se basant sur les différentes clauses, particulièrement celles liées à la cession des actifs et au bénéfice (NDLR : pendant sept ans et deux ans).

Du point de vue stratégique, l'Algérie a besoin d'assurer une balance devises positive en réduisant sa facture d'importation de produits sidérurgiques qui a atteint 10 mrds$ en 2012. Elle a également besoin de couvrir les besoins domestiques (NDLR : aujourd'hui 80% des besoins d'acier sont importés), ce qui a amené les autorités à reprendre le complexe, la tuberie et les mines dans la perspective de les développer et les pérenniser. 

Concernant ArcelorMittal, vous avez parlé de "renationalisation à  100%" , terme que récuse le ministre de l’Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb, qui évoque une "restructuration de l’actionnariat". S’agit-il d’une simple différence de termes ou d’une différence  d’appréhension de cette mesure ?


S.K.: Il s'agit d'une simple différence de termes. Le terme de renationalisation peut nuire  à l'image de marque de la multinationale ArcelorMittal et pourrait même affecter la valeur de ses actions en Bourse. C'est ce terme qui a gêné le ministre. Nous dirons donc que c'est une étatisation du complexe, de la tuberie et des mines.


La politique de privatisation a été "un échec total"

"ArcelorMittal s'est retrouvé dans l' incapacité de mobiliser les fonds pour la réhabilitation du complexe" (photo DR)
"ArcelorMittal s'est retrouvé dans l' incapacité de mobiliser les fonds pour la réhabilitation du complexe" (photo DR)
Cette reprise par l’Etat algérien d’une ancienne entreprise publique privatisée au profit d’un groupe étranger est-elle exceptionnelle ou annonce-t-elle selon vous un infléchissement de la politique économique du gouvernement dans le sens du "patriotisme économique" ?


S.K.: Le gouvernement a compris, à travers la crise économique et l'effondrement des prix de pétrole, qu'en parallèle du lancement de plusieurs investissements dans les énergies renouvelables, il fallait aller rapidement vers des pôles industriels de classe internationale offrant l'agilité nécessaire dans un environnement économique mouvant.

C’est pourquoi le gouvernement a récupéré les actifs d'ArcelorMittal et lancé des plans de réhabilitation publics dans des investissements productifs dans ce secteur stratégique qu'est l'acier qui constitue la plate-forme de développement de toute activité industrielle. Il a aussi décidé la valorisation des gisements miniers de Gara Djebilet et de Mecheri Abdelaziz situés dans le Sahara à 2000 km au Sud-Ouest d’Alger pour la matière première.

Quel bilan général tirez-vous de la politique de privatisations  entamée au cours des années 1990 et 2000?


S.K.: En deux mots, c'est un échec total : perte de milliers de postes d'emplois et de savoir-faire avéré, retard technologique, transfert illicite de devises, destruction du tissu industriel et fermeture des centres de formation.
Mais, mieux vaut tard que jamais pour que l’Etat récupère toutes les entités économiques privatisées pour les réhabiliter et les intégrer dans le processus de développement industriel pour une éventuelle relance de la croissance et la création d'emplois qualifiés et durables. Nous possédons un atout majeur : le capital humain et des richesses à valoriser. Il suffit de faire confiance au savoir-faire algérien, d’encourager l’investissement privé créateur de richesses et combattre les prédateurs.

 
Lire aussi : Les parts dans trois sociétés d'ArcelorMittal renationalisées en Algérie


Propos recueillis par Acia Kaci, à ALGER


Jeudi 15 Octobre 2015



Lu 2430 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise