Econostrum
pub

Read in your language
Facebook
Twitter
Google+
Rss
en.econostrum.info
Econostrum le blog
Mobile


            partager partager

Le franc rapporte 526 M€ à la Banque de France


Le culot d'émission, produit des billets en franc non échangés, représente une recette de 526 M€ à l'Etat français. Il reste 55 millions de billets libellés en franc, et donc non échangeable en euro, dans la nature.



Le Franc est définitivement mort et enterré (photo DR)
Le Franc est définitivement mort et enterré (photo DR)
FRANCE. Le 17 février 2012 à minuit marquait la fin officielle du franc. Depuis cette date,dix ans après l'introduction de l'euro (le délai était de trois ans pour les pièces), les Français ne peuvent plus échanger des billets en franc contre des euros.

Fini les 20 francs Debussy, les 50 francs Saint-Exupéry, les 100 francs Cézanne, les 200 francs Eiffel et autres 500 francs Pierre et Marie Curie. Ils sont désormais démonétisés et ne trouveront plus qu'un peu de valeur auprès des collectionneurs. Et encore, à condition de provenir d'une émission recherchée ou présentant des défauts.

C'est donc l'heure du bilan pour la Banque de France qui enterre définitivement l'ancienne monnaie de l'hexagone née le 5 décembre 1360 pour payer la rançon de Jean II le Bon prisonnier des Anglais. D'où son nom de franc signifiant libre. Les pièces pesaient alors 3,88 grammes d'or fin !

Mardi 28 février 2012, l'institution a annoncé avoir récupéré depuis le 1er septembre 2011, 1,5 million de billets représentant une somme globale de 378 millions de francs (57,6 M€) qu'a du verser la Banque de France aux particuliers venus ramener leurs coupures.

Dans un communiqué publié mardi 28 février 2012, la Banque de France précise que pour la période comprise entre septembre 2011 et février 2012, la dernière ligne droite, "le volume moyen des échanges s'est élevé à 15 billets par opération, pour une valeur moyenne de 3 627 francs (553 euros). Les deux-tiers des coupures rapportées sont des billets de 200 francs et 500 francs."


526 M€ de recettes non récurrentes

Ca c'est pour les échanges de bons vieux francs contre des euros. Mais, si la Banque de France a du se délester de 57,6 M€ en contrepartie des billets promis à la démonétisation, elle ne fait pas une mauvais affaire pour autant.

En effet, il resterait encore 55 millions de billets libellés en franc dans la nature. Qu'ils soient dans les coffres de collectionneurs, oubliés dans un bas de laine ou un vieux matelat, ou qu'ils aient tout simplement été détruit par inadvertance ou provocation comme le fameux "Pascal" brûlé par Serge Gainsbourg pour montrer combien il lui restait du billet de 500 francs une fois les 74% d'impôts payés. C'était le 11 mars 1984, vingt huit ans, avant la proposition du candidat François Hollande...

Et ces 55 millions de billets en franc représentent une valeur de 526 M€. Appelé très poétiquement "culot d'émission" cette somme devient une recette pour le Trésor Public et a donc été reversée au budget de l'Etat qui devient donc créditeur d'un demi million d'euros. Une recette non récurrente !




Mardi 28 Février 2012



Lu 1818 fois


Articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


réflexion
 
avis d'expertTurquie : les risques assumés de l’option kurde
 
Michel Roche, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
L’accélération brutale de la crise au Proche Orient avec l’exportation du conflit syrien en Irak, a deux conséquences pour la Turquie...

avis d'expertPour un renouveau de la santé en Méditerranée. Le cas du médicament.
 
Macarena Nuño, chef de projet prospective et capital humain à l'Ipemed
Depuis les printemps arabes, les populations des pays méditerranéens expriment avec force une demande croissante pour un meilleur accès aux soins de qualité, à moindre coût.

avis d'expertL’économie algérienne en 2014 : sur la route de la pauvreté
 
Guillaume Almeras, Consultant indépendant, associé au groupe d'analyse JFC Conseil
Dans un pays où les aides publiques sont assez généreuses pour être régulièrement soupçonnées d’acheter la paix sociale, ce titre surprendra sans doute nombre d’Algériens.

avis d'expertLa diaspora maghrébine : un potentiel économique à exploiter pour favoriser le développement économique de la région méditerranéenne
 
Amal Chevreau, responsable du pôle Etudes d'Ipemed
La circulation des personnes constitue la quatrième dimension de la mondialisation, aux côtés de celle des marchandises, des flux financiers et de l'information...
 

Autres avis d'experts