Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le crowdfunding en hausse de 201% en Paca


L'association Finances & Conseil Méditerranée publie une enquête sur la maturité du crowdfunding en région Provence-Alpes-Côte d'Azur forte de nombreux enseignements sur l'évolution de ce nouveau mode de financement.



PACA. "Depuis trois ans, nous voyons le crowdfunding émerger dans notre région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Nous voulions savoir si ce nouveau mode de financement de projets était efficace ou pas pour les entreprises." Christian Apothéloz, délégué général Finances & Conseil Méditerranée (FCM) et secrétaire général de Popfinance, s'est donc lancé avec Aïssata Boubacar, chargée d'études à FCM, dans une enquête sur ce phénomène.

En France, le Baromètre de Finance participative évalue à 233,8 M€ les fonds collectés en crowdfunding (financement participatif) soit une progression de 40% d'une année sur l'autre. Une somme à rapprocher des 278 mrds€ de crédits nouveaux accordés par les banques aux Pme en France en 2016... En région Provence-Alpes-Côte d'Azur, le crowdfunding atteint, selon les deux seules sources disponibles, les 14 M€ soit 6% des levées nationales selon le Baromètre de Finance participative et les 6,6 M€ selon la plate-forme BPIFrance qui note une hausse de 201% entre 2014 et 2016. Une tendance nationale et même internationale. "Tout ces chiffres reposent néanmoins sur du déclaratif", regrette Christian Apothéloz. Le département des Bouches-du-Rhône représenterait quelque 40% des levées, le double de celui des Alpes-Maritimes en seconde position.

"Le crowdfunding se situe entre les Business Angels qui récoltent 4 M€ par an et le haut de bilan et ses 40 M€", précise le délégué général de FCM.

Les particuliers plus présents que les entreprises

Le culturel reste le plus présent dans les projets financés par le crowdfunding (graphique : BPIFrance, FCM)
Le culturel reste le plus présent dans les projets financés par le crowdfunding (graphique : BPIFrance, FCM)
L'étude de FCM révèle que les particuliers restent les principaux porteurs, suivis par les associations puis les entreprises. Deux fois moins d'entreprises que de particuliers lèvent des fonds sur les plates-formes de crowdfuding même si leur nombre se trouve en hausse alors que celui des particuliers ralentit.

Avec 46% des modes de financement, les dons en contrepartie étaient les plus prisés en 2014 devant le prêt rémunéré, les actions, les dons simples et les prêts non rémunérés. Mais la tendance s'inverse au profit des prêts rémunérés qui dépassaient de 2% les dons en contrepartie (33 contre 31%) en 2015 avant de prendre le large en 2016, en doublant en une année, avec 57% contre 39% (voir camemberts ci-après).

L'enquête montre également que, sur la période 2014-2016, la majorité des projets financés le sont à hauteur de 100 à 150 %. "Les actions peu préparées sont regardées avec sévérité par les contributeurs et ne passent pas le cap. Les actions sérieuses, professionnalisées emportent l'adhésion et dépassent les objectifs", indique l'étude de FCM.

Le professionnalisme s'impose

Les prêts rémunérés gagnent année après année du terrain sur les dons avec contrepartie (graphique BPIFrance, FCM)
Les prêts rémunérés gagnent année après année du terrain sur les dons avec contrepartie (graphique BPIFrance, FCM)
Pour Christian Apothéloz, plusieurs tendances s'affirment : "le crédit ou crowdlending se trouve en hausse car les plates-formes ont des panels de prêteurs qui cherchent une épargne qui a du sens ou qui peut apporter une plus forte rémunération. Le don en contrepartie dans le monde associatif, culturel et caritatif représente peu de valeurs marchande (mention sur un espace, mug ou autres gadget, dédicaces...) alors que chez les start-up il devient une prévente et s'installe comme marché test."

Selon le délégué général de FCM, "le professionnalisme s'impose. Si les levées sympathiques du début pouvaient rencontrer le public, l'exigence a aujourd'hui augmenté. Comme pour le don, une campagne de crowdfunding exige préparation, stratégie, marketing, mobilisation intense de l'équipe. L'argent du crowdfunding n'est pas de l'argent facile."





Jeudi 29 Juin 2017



Lu 2740 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.












RÉflexions

Réflexion

Arabie Saoudite : La « Nuits
des Longs Cimeterres »
se poursuit…


avis d'expert

Roland Lombardi, docteur en Histoire, consultant indépendant en géopolitique, analyste au sein du groupe JFC Conseil et chercheur associé à l'IREMAM de l'Université Aix Marseille.


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA