Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le couvre-feu instauré en Tunisie




La Tunisie replonge dans l'incertitude (photo DR)
La Tunisie replonge dans l'incertitude (photo DR)

 

TUNISIE. Suite à la vague de violence qui a ébranlé différents gouvernorats durant la nuit du dimanche 11 au mardi 12 juin 2012, le gouvernement tunisien décrète le couvre-feu pour une période indéterminée dans les huit régions touchées de 21h à 5h du matin. Cette décision montre, encore une fois, l'inaptitude de ce gouvernement à gérer les situations difficiles d'autant plus qu'une telle décision risque de ternir, davantage, l'image du pays et de noyer une économie ayant déjà du mal à se relever.

Rappelons que les actes de violence et de destruction concernent les cités El Intilaka, Ettadhamen et de Sidi Hassine Sijoumi, délégations populaires situées dans la périphérie de la capitale Tunis et où le mouvement salafiste compte beaucoup d'adeptes. Ont également été touchés, les gouvernorats de Jendouba, de Médenine, de Monastir, de Ben Arous...

Des groupes hétérogènes et qui seraient composés, selon les dernières déclarations du ministre de l'Intérieur, de salafistes et de repris de justice aux casiers judiciaires bien chargés, ont attaqué et incendié le tribunal de première instance de Sijoumi, le siège de l'UGTT( Union Générale Tunisienne du travail) à Jendouba ainsi que nombre de postes de police et de locaux de partis (Parti démocratique progressiste et Mouvement des nationalistes démocrates).

L'espace culturel Abdelleya à la Marsa ( banlieue nord de Tunis) a, lui aussi, été saccagé la même nuit, des œuvres jugées préjudicieuses et portant atteinte aux symboles sacrés de l'Islam ont été arrachées et brulées.

Si certains pensent que l'exposition tenue dans cet espace explique cet éclat de violence, d'autres s'interrogent sur les véritables raisons et sur les commanditaires de ces actes d'autant plus que la réaction des groupes insurgés n'intervient que deux semaines après le démarrage de l'exposition, fait qui laisse supposer des manipulations.

D'autres estiment que le discours audio du leader d'Al Qaida, Ayman Al Dhawahiri, et où il dénonce le laxisme du parti au pouvoir Ennahdha et l'effritement des valeurs de l'Islam en Tunisie interviendrait pour beaucoup dans cette vague de violence.

D'autres, encore, pensent que ces incidents serviraient à détourner l'attention de l'opinion d'une situation économique et sociale difficile et de certains dépassements administratifs dont la fuite enregistrée au niveau des examens du baccalauréat reste la dernière en date.

Les membres du gouvernement, s'exprimant à l'occasion de conférences de presse exceptionnelles, insinuent l'implication potentielle de certains partis de l'opposition dans ces actes de violence.

Aujourd'hui, les salafistes, les partisans de l'ex parti au pouvoir (Rassemblement Constitutionnel Démocratique) et les hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption avec l'ancien régime sont montrés du doigt...l'enquête en cours permettra d'éclairer l'opinion publique sur les véritables commanditaire de cette dérive sécuritaire.





Mercredi 13 Juin 2012



Lu 2541 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 09:06 L'Etat islamique ne règne plus sur Syrte


Commentaires

1.Posté par laary le 13/06/2012 18:22
C'est grave se qui se passe dans notre pays.

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise