Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

"Le Qatar a été une météorite dans le ciel des relations internationales"


QATAR / MEDITERRANEE. Invité, mardi 15 décembre 2015, des Mardis de la Villa Méditerranée à Marseille par l'association Euromed-IHEDN et l'Avitem, Christian Chesnot, journaliste au service étranger de France Inter et co-auteur en 2013 avec Georges Malbrunot du livre "Le Qatar : les secrets du coffre-fort", confie dans un entretien à econostrum.info les raisons des difficiles relations entre les pays méditerranéens et le Qatar.



econostrum.info : Comment se porte aujourd'hui le Qatar ?

Christian Chesnot : Le Qatar s'est un peu assagi depuis que le Cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani, Émir visionnaire, a passé la main en 2013 à son fils le Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani. Autant le père apparaissait comme volcanique, autant lui, à trente-cinq ans, se montre plus conservateur. Il gère l'héritage du père. Le Qatar devient donc moins flamboyant. la priorité du fils reste de réussir la Coupe du monde de football en 2022 qui se déroulera dans son pays. Plus de 100 mrds$ d'investissements sont prévus sur une douzaine de stades !  Cet événement offre aussi l'occasion de refaire toutes les infrastructures, le métro, l'aéroport, le port... Douze musées se trouvent en construction à Doha la capitale. Des travaux énormes dont profitent d'ailleurs notamment les entreprises françaises.

Après s'être montré très actif pendant les printemps arabes en Tunisie, en Égypte, en Libye, en Syrie, le Qatar a senti un peu le vent du boulet. Il demeure très critiqué et doit donc rentrer dans le rang. Au point de vue diplomatique, il s'est remis sous l'aile de l'Arabie saoudite.
Ce petit pays de 200 000 habitants nationaux (NDLR : 2,4 millions en tout) ne peut pas avoir le poids de l'Arabie saoudite, de l'Égypte, des grands pays arabes.

Le Qatar affronte des défis sur le gaz, qui a fait sa fortune avec le gaz naturel liquéfié. Des concurrents arrivent et il ne peut plus revendiquer la position de numéro un. D'autant plus qu'avec le retour dans le concert international de l'Iran, son voisin qui partage les mêmes ressources, tout devient plus difficile. Même si le Qatar reste, comme le Luxembourg, l'un des pays les plus riches au monde avec 100 000 $ par habitant et par an, deux ans de réserves de gaz, cinquante ans de pétrole. Les hydrocarbures rapportent entre 50 et 60 mrds$ par an. Leur fonds souverain se situe entre 400 et 500 mrds$. Quand il se lève le matin, l'émir se demande ce qu'il va dépenser !

L'image du Qatar fortement dégradée en Méditerranée

"Le Qatar a été une météorite dans le ciel des relations internationales"
Les relations avec les pays méditerranéens ne sont plus ce qu'elles étaient ?

C.C. : Elles se sont détériorées. A partir de 2011, lors des printemps arabes, le Qatar passe d'une diplomatie de médiation, plutôt de compromis et du carnet de chèques donc du soft power, au hard power. Avec le conflit en Libye, les Qatariens découvrent le militaire, y prennent goût et se retrouvent dans les coalitions. Ils interviennent directement avec leurs avions et poussent très loin leurs pions en Syrie, en Libye, en Égypte et en Tunisie. Ils favorisent notamment les Frères musulmans. À l'époque, les grands pays arabes ne s'impliquent pas par peur d'une contagion chez eux. Alors qu'au Qatar, la révolution a peut-être duré deux heures sur Internet. Quand on dispose de 100 000 $ par an, qu'on ne paie pas d'impôt et que l'on part à la retraite entre trente-cinq et quarante ans, on ne se révolte pas ! Le Qatar donne donc le "la" dans la région pendant cette période.

Sauf que, depuis deux ans, il existe une contre-révolution arabe, en tout cas un reflux. Les Qatariens se trouvent donc un peu accusés d'avoir jeté de l'huile sur le feu, d'avoir aidé, armé, les islamistes des plus modérés style Ennahda en Tunisie aux plus extrémistes en Libye et en Syrie. Cela se retourne contre eux. Le pari syrien de faire tomber Assad est perdu. Ils ont un peu joué les apprentis sorciers en armant des gens. Le Qatar a quand même livré 20 000 tonnes d'armes aux rebelles libyens, et pas que des petits pistolets, mais du lourd ! Ces armes-là se sont depuis disséminées dans la nature et ne sont pas forcément retombées dans de bonnes mains.

L'image du Qatar dans le monde arabe s'en trouve donc fortement dégradée, notamment en Méditerranée. Al Jazeera n'apparaît plus par exemple comme une référence ce que la chaîne de télévision était avant 2011. Elle doit compter désormais avec des concurrentes partout dans la région. Les Méditerranéens de la rive Sud assimilent son message au bras armé médiatique de la politique étrangère du Qatar. Forcément, en terme de crédibilité, ils en ont pris un coup. Le Qatar aura été une météorite dans le ciel des relations internationales.
Résultat, ils évoluent dans le paysage médiatique et passent à des domaines plus fédérateurs comme le documentaire et mieux, le sport avec beIn. Dans le même temps, le canal historique en Arabe d'Al Jazeera diminue au profit de l'Anglais.

L'objectif aujourd'hui du Qatar demeure de réussir sa coupe du monde et de se montrer plus prudent sur les grands dossiers comme la Syrie et la Libye. La Coupe du monde devient un moyen, non seulement de revenir sur la scène internationale avec une meilleure image, mais aussi de mobiliser sur un projet sa population un peu léthargique, et de disposer d'une assurance-vie sur la sécurité de son territoire, au moins jusqu'en 2022.


Propos recueillis par Frédéric Dubessy


Mercredi 16 Décembre 2015



Lu 1016 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 10:48 La Tunisie engrange 14 mrds€ d'investissements

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

La Méditerranée orientale entre permanences stratégiques
et enjeux contemporains


avis d'expert

Béatrice Chatain, Professeur d'Histoire-Géographie, spécialiste
de la Turquie, associée
au groupe d’analyse
de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise