Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy en visite officielle au Maroc


Le Premier ministre espagnol réserve au Maroc sa première visite officielle. Une visite test pour le nouveau gouvernement PJD, conduit par Abdelilah Benkirane. Parmi les dossiers sensibles : la pêche et l’agriculture.



Pêcheurs à Dakhla (Christelle Marot)
Pêcheurs à Dakhla (Christelle Marot)
MAROC. Le nouveau chef de gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, issu du Parti Populaire, est mercredi 18 janvier 2012 en visite officielle au Maroc.

Pour le gouvernement PJD (Parti Justice et Développement) d’Abdelilah Benkirane, c’est également une première.

Cette visite a pour objectif de « renforcer la relation de bon voisinage » et la coopération dans les « questions clés » entre les deux pays, a expliqué la porte-parole du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria. Bien que bref, ce déplacement est « politiquement et symboliquement important », selon une source gouvernementale à Rabat.

Parmi les dossiers ultra-sensibles: la pêche et l’agriculture.

L’accord agricole avec l’ Union européenne, finalisé en 2009, attend toujours d’être ratifié, suspendu au vote des parlementaires européens, suite à la levée de boucliers des lobbies espagnols et français. Cet accord prévoit la suppression des droits de douane pour 55% des importations totales en provenance du Maroc.

L'Espagne, notamment, craint la concurrence de produits marocains, comme les tomates et les fraises ; concurrence qui déstabiliserait la filière "producteurs", affirment les agriculteurs espagnols. Avec la crise, le chômage a explosé en Espagne et touche désormais 21,5% des actifs.

Si sur le volet agricole, les Espagnols font bloc pour empêcher la mise en œuvre de l’accord… sur la pêche, en revanche, la position est diamétralement opposée.

Non reconduction de l'accord de pêche

Les professionnels ibériques déplorent la non-reconduction de l’accord par l’UE. En échange d’une compensation financière de 36,1 M€ par an, quelques 120 navires européens, à 80% espagnols, étaient autorisés jusqu’en décembre 2011 à venir pêcher dans les eaux marocaines. Mais pour les parlementaires européens, ce droit à pêcher n’apportait que peu de bénéfices notables à l’Union et ne profitait guère à la population du Sahara.

Le départ des navires européens a porté un coup au secteur de la pêche espagnol. Madrid, qui a demandé réparation à l’Europe, espère toutefois la reprise des négociations.

« Ce sont les pays nordiques qui ont fait blocage », explique Youssef Fnoune, responsable de la délégation des pêches maritimes de Laâyoune. « Les pays du nord de l’Europe cherchent un accord pour pêcher les petits pélagiques (ndlr : anchois, sardine, maquereau) présents dans le sud du Maroc et qu’ils ne trouvent pas chez eux. La plupart des navires européens, espagnols surtout, pêchaient dans le nord du Maroc ; une pêche débarquée dans la journée, dans les ports de Cadiz, Malaga (…) Sur le Sahara, il n’y a guère de retombées, puisqu’il n’y a pas d’extraction ! », lance le responsable. « Et sur certaines espèces, nos stocks sont à la limite ! »




Mardi 17 Janvier 2012



Lu 2267 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise