Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Portugal s'affranchit de sa perfusion financière


Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho annonce que son pays sortira du plan d'ajustement financier le 17 mai 2014. Le Portugal voit ainsi s'éloigner le spectre de la crise économique qui le hantait depuis 2011 et sa mise sous assistance financière internationale.



PORTUGAL. La sortie de crise se rapproche pour le Portugal. Son Premier ministre, Pedro Passos Coelho, a annoncé officiellement la fin du plan d'ajustement financier en précisant qu'il l'effectue de manière "propre", c’est à dire sans aucun plan d’accompagnement, ni ligne de crédit particulière. Un scénario dit à l’Irlandaise, premier pays soutenu internationalement à être sorti du plan d’aide fin 2013. La fin du plan portugais sera officialisée le 17 mai 2014 prochain.

Le Portugal se trouve depuis 2011 sous assistance financière internationale. Il a reçu un prêt de 78 mdrs € afin de lui permettre de s’autofinancer, après le désintérêt des investisseurs privés face à une situation de quasi-banqueroute. Le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale Européenne et l’Union Européenne ont contrôlé chaque trimestre les avancées lusitaniennes. Le 2 mai 2014, la dernière évaluation technique de la Troïka s’est soldée par un nouveau satisfecit.

Dans un discours teinté de triomphalisme contenu, le chef du gouvernement portugais a rappelé que « le pays pourra continuer à bénéficier du soutien de ses partenaires européens », évoquant ainsi de manière vague une nouvelle intervention possible « si nécessaire ». Surtout, Pedro Passos Coelho a voulu montrer que son pays s'inscrit bien dans le processus européen, et qu’il retrouve sa crédibilité.

Le Portugal restera de toute façon sous surveillance, jusqu’à ce qu’il rembourse 75% des sommes prêtées, soit à l'échéance 2037 selon l’agence qui gère la dette portugaise où il devra verser 39 mrds € à Bruxelles.

Des sommes allouées par le programme d’assistance financière, le Portugal a pu dégager un excédent de 15 mrds €, qui lui permettra de soutenir l’investissement jusqu’en janvier 2015. Et la moitié des 12 mrds € affectés au service bancaire demeurent encore disponibles.

Des résultats modestes

Des manifestants à Lisbonne le 25 avril 2014 (photo Marie-Line Darcy)
Des manifestants à Lisbonne le 25 avril 2014 (photo Marie-Line Darcy)
Le Portugal semble bel et bien sorti du cycle de la récession au dernier trimestre 2013, mais le recul du PIB a atteint cette année-là 1,6 %. Pour 2014, les prévisions restent plus encourageantes, Bruxelles prévoit une croissance de 0,8 %. Insuffisant toutefois pour créer des emplois, alors que le marché du travail se situe au niveau de celui des années 1980. Le taux de chômage s'établit à 16,3 % de la population active (15,2 % chômage structurel). Selon l’opposition, la situation de l’emploi serait encore plus dramatique, avec une forte immigration et les radiations des agences de recherche d’emploi.

La forte hausse des impôts depuis trois ans, et des mesures de contentions des dépenses de l’État ont permis une diminution des déficits publics passés de 9,8 % en 2010 à 4,9 % en 2013. En revanche la dette souveraine du Portugal a explosé, et atteint désormais 130 % du PIB.

Le Premier ministre, qui visait un retour des investisseurs privés, se félicite de la baisse importante des taux d’intérêt, revenus à leur niveau de 2001, soit 3,9 %. Un test opéré en avril 2014 s’est révélé positif. Ceci a contribué à l’option d’une sortie sans filet de protection du programme d’ajustement.

Reste que les mesures d’austérité mises en place depuis trois ans vont se poursuivre. Le gouvernement a annoncé fin avril 2014 de nouvelles économies pour 2015, pour un montant de 1,4 mrd €, essentiellement par le biais de l’augmentation des impôts (relèvement du taux de TVA et de la cotisation sociale des travailleurs).

Par ailleurs, les signes de la reprise économique demeurent trop ténus, et les familles portugaises sont loin d’en ressentir les bienfaits. Le mécontentement persiste, tout comme les doutes sur une véritable avancée économique à court terme.

À la veille des élections européennes, le Premier ministre a tenu à prouver que son pays reste un bon élève de l’Union Européenne. À l’ouverture des cotations, la bourse de Lisbonne a démarré en baisse, malgré l’annonce du retour à la souveraineté du Portugal.




Lundi 5 Mai 2014



Lu 2691 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 08:27 Matteo Renzi démissionne pour de bon cette fois


Commentaires

1.Posté par Silva le 06/05/2014 09:17
Mais à quel prix ! Le secteur de la santé et de l'éducation sont dans un état lamentable. Le fossé entre les "riches" et les "pauvres" n'a cessé de se creuser : ceux qui n'ont pas accès aux soins privés doivent attendre 1 an pour une simple échographie ou une intervention chirurgicale. Les professeurs se retrouvent au chomâge, les infirmiers sous-payés, les ouvriers exploités, l'émigration contrainte, des taxes sur les principaux axes routiers ... Un peuple à l'agonie et pour sa grande majorité qui s'est résigné à la survie...

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.















RÉflexions

Réflexion

Pendant ce temps, la guerre du pétrole ne faiblit pas...


avis d'expert

Par Guillaume Almeras, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil


 




Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Anima       BEI
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee
Région PACA        EDF
 
AeroportMP            Femise